Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Les Harpies Dim 29 Nov - 15:39

Les Harpies
~ Sommaire ~

L'étrange race de femmes-oiseaux, longtemps exilés dans de lointaines îles tropicales au sud et que l'on crut éteinte avant qu'elles ne reviennent prendre possession des îles situées au sud du continent. Vous apprendrez ici plus de choses sur cette race que l'on dit sauvage.

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Les Harpies Dim 29 Nov - 15:41

Les Harpies
Les harpies sont un peuple étrange de créatures physiquement à mi-chemin entre la femme et l’oiseau. Cela faisait presque 230 ans que les gens d’Erkin n’en avaient plus entendus parler, jusqu’à maintenant…


~ Physique ~
La première particularité du peuple harpie est le fait qu’il se compose uniquement de femmes, pas le moindre mâle n’a jamais existé dedans. D’un point de vue physique, elles semblent être le croisement étrange entre un être humain et un oiseau. Pourtant, les harpies présentent un grand nombre de variétés physiques.

Leur première caractéristique est la présence d’ailes d’une grande puissance, leur permettant de voler avec aisance. Celles-ci peuvent être positionnées différemment selon l’individu, certaines les possèdent dans le dos au niveau des omoplates, distinctes des bras, d’autres les ont, au contraire, directement sur les bras mais disposent tout de même toujours de mains. Et enfin, plus rares, certaines les ont au niveau des hanches.

Leur jambes sont toujours annelées, c’est-à-dire qu’elles ressemblent à des serres de rapaces, écailleuses et toujours griffus avec des ergots. Certaines possèdent la même disposition sur les bras s’ils sont séparés des ailes mais pas toutes, certaines ayant juste des griffes.

Le plumage, certaines harpies n’ont de plumes que sur leurs ailes, d’autres ont  des plumes ou un duvet sur tout ou partie de leur corps, là encore, chaque individu est unique, de même que le schéma de couleur de ces dernières.

Les cheveux peuvent être normaux, ou juste un ensemble de longues plumes, voir un mélange des deux.

Le visage possède des traits humains, elles ont généralement des canines plus longues que la moyenne. Les yeux peuvent avoir apparence humaine ou celle des oiseaux de proie. Leurs oreilles sont réceptives à de plus larges plages de fréquence que les oreilles humaines, ce qui inclue notamment les ultrasons.

En résumé, il y autant de modèles physiques qu’il y a de harpies, toutes sont différentes.

L’étrangeté de cette race vient avant tout de sa reproduction. En effet, les harpies ne sont composées que de femelles, elles ont l’étrange particularité de se reproduire avec des hommes humains ! Elles ne pondent pas d’œufs et disposent de tous les organes reproducteurs et mammaires d’une femme. Suite à l’accouplement, elles portent leurs enfants normalement pendant 6 mois sorëans et leur donnent naissance par accouchement comme une femme humaine. L’enfant, en revanche, sera toujours une harpie, même si elle peut hériter de quelques traits physiques de son géniteur humain. Les harpies ne peuvent pas se reproduire avec des hommes des glaces et n’ont, de toute façon, aucun contact le peuple des glaces en général.

D’un point de vue physiologique, les harpies sont très robustes et vivent en moyenne jusqu’à 90 ans.


~ Histoire et légendes ~
On raconte qu’à l’origine du peuple harpie, on trouve le facétieux dieu du vent Vjetar. Ce dernier, jaloux de Woda qui avait eu le droit de créer ses propres enfants, décida d’en faire de même et créa les siens, nés des oiseaux du ciel. Mais il n’avait pas la bénédiction de Solyma et cette dernière le punit en affligeant une tare à sa création, les empêchant d’avoir le moindre mâle dans leur rang et les condamnant à terme à disparaitre. Mais c’était mal connaitre le dieu trompeur qui leur accorda la capacité de se reproduire avec des hommes humains. Aujourd’hui encore, les harpies ne reconnaissent comme divinité que Vjetar, qu’elles nomment le Seigneur-vent.

Dans la pratique, les harpies ont toujours fait parties de la culture d’Erkin, elles vivaient dans les archipels d’îles au sud du continent. Seul les marins et les habitants des territoires sud étaient amenés à les côtoyer. Certaines osaient parfois tenter de s’installer sur le continent, dans les récifs montagneux mais toujours elles finissaient par se faire déloger.

Le mode de vie sauvage et la structure clanique des harpies empêchaient tout accord avec elles. Sans être une menace, elles sont toujours restées une simple épine dans le pied à cause des raids qu’elles organisaient de temps à autre sur les bateaux et les villages côtiers.

C’est dans les années 1340 du calendrier impérial que la situation a évolué. Une harpie assez étrange a fait son apparition. Jusqu’ici, les chefs de clans harpies étaient toujours rivales et incapables de faire quoi que ce soit en commun mais l’une d’entre elles a fini par se démarquer du lot. Tzenker, la première et seule véritable reine harpie qui n’a jamais existé. Disposant d’une grande force de caractère et d’une grande puissance, elle parvint à unir tous les clans harpies, autant majeurs que mineurs et lança une vague offensive sur le continent. La situation s’aggravant, on trouva des avant-postes de l’armée harpie jusque dans les Crocs de Talamh et les Pics célestes.

Coup du destin, l’empereur talrëan de l’époque est Odavh Nat Eiran, surnommé Odavh le sanglant, un tyran sanguinaire, belliciste et très dangereux. Il parvint à un accord avec le royaume de Feliona et se lance dans une large contre-offensive envers l’armée harpie à qui il arrache des victoires et la repousse sur les côtes sud. La guerre atteint son paroxysme lors de la bataille des rives du Jalan au sud de Numis en 1351. Odavh et Tzenker se battent en duel et finissent tout simplement par s’entretuer.

Privé de leur reine, les clans harpies ne peuvent maintenir leur cohésion et fuient vers le sud. L’armée impériale, privée de chef, ne peut les poursuivre efficacement, sans compter que l’héritier, le prince Ilukian Nat Eiran est très différent de son belliciste de père. L’armée de Feliona seule tente de les déloger de leurs îles, aidée pour cela par le premier inventeur, Gelën Modill et ses créations.

Finalement, les chefs harpies pratiqueront une dernière grosse offensive, pillant le maximum de ressources, capturant le maximum d’humains et de bateaux, elles fuient avec leur butin de guerre et leurs nombreux esclaves très loin au sud pour éviter les représailles humaines. Elles finiront par s’installer dans un archipel d’îles tropicales où elles devront apprendre à survivre et s’adapter à ce nouvel environnement.

Mais elles sont tenaces et s’adapteront bien à la situation, profitant des plantes locales pour renforcer leurs drogues et tenir en docilité leur esclaves. Mais presque 230 ans ont finit par épuiser leur patience, les îles tropicales n’ont plus assez de ressources pour satisfaire les clans et le nombre de leurs esclaves humains a fini par baisser inexorablement.

Ce fut l’étoile tombée du ciel qui changea tout. Pour les harpies, la voir tomber sur la position d’Erkin était un signe, un message du Seigneur-vent lui-même pour leur dire de regagner leur ancienne terre avant que leur peuple ne disparaisse !

Cela leur prit plusieurs mois afin de se préparer mais elles finirent par entreprendre le dernier voyage pour sauver leur espèce. Elles n’eurent aucune difficultés à reprendre possession de leurs anciennes terres, les îles du sud, chassant les pirates et les quelques communautés isolées.

On ne recommence à entendre parler d’elle qu’à cause des quelques raids qu’elles ont organisé sur des petits villages des côtes de Numis et d’Ylliss, trop surpris face à ces créatures oubliées depuis plus de 200 ans pour réagir correctement.

Mais le retour des harpies est maintenant connu, comment tout cela va-t-il bien pouvoir affecter tout le continent ?


~ Culture ~
Les harpies sont une société étrange, mélangeant la loi du plus fort avec des traditions claniques. La chef de clan est forcément la plus forte mais on ne peut la défier pour prendre sa place que lors de journées bien précises dictées par les chamanes, cœur spirituel de leur culture.

Les harpies sont donc divisées en clans qui sont rivaux mais peuvent parfois s’allier selon les circonstances. Les clans harpies sont des structures dynamiques, les clans qui grossissent trop finissent par être victimes de dissensions internes et se fractionnent en plus petits clans. Les clans trop petits fusionnent parfois, ou plutôt, l’une des chefs élimine l’autre et absorbe son clan dans le sien. A l’heure actuelle, il existe trois clans majeurs, le clan de la serre sanglante, le clan des quatre vents, et le clan du bec venimeux, qui regroupe à eux trois plus de la moitié de la population harpie, ainsi qu’une dizaine de clans mineurs.

Les harpies sont considérées comme des pillardes opportunistes et des esclavagistes, ce qu’elles sont totalement et ne s’en cachent pas. Hormis la pèche, la chasse, la cueillette et un artisanat simple, elles ne produisent rien par elles-mêmes et pillent les villages et bateaux humains pour obtenir à la fois des richesses et des hommes humains comme esclaves reproducteurs. De plus, la légende de leurs origines fait qu’elles sont considérées comme des créatures indignes de Solyma car crées par Vjetar sans son accord.

Vu que l’on ne trouve quasiment pas d’hommes prêts à s’accoupler volontairement avec une harpie, celles-ci passent par la contrainte. En effet, depuis des siècles, les harpies sont passées maîtresses dans l’herboristerie et les poisons. Sans magie, elles sont capables de créer des élixirs et poisons qui feraient pâlir même les alchimistes humains les plus doués. Elles s’en servent surtout pour maintenir leurs esclaves dans un état de docilité et pour « les mettre en condition » quand elles veulent avoir recours à eux pour des ébats. Elles capturent aussi parfois des femmes humaines pour diverses tâches voir leur faire porter des nouvelles générations d’esclaves.

Les esclaves humains sont divisés en deux groupes aux seins d’un clan harpie, qu’on appelle des harems. Le premier est le harem de la chef, réservée à cette dernière, c’est son privilège sur les autres harpies, là où elle garde pour son usage et son service personnel les esclaves qu’elles jugent meilleurs selon ses critères, très souvent les hommes les plus beaux ou les plus robustes. Le second est le harem commun à l’usage du reste du clan où chaque membre peut venir se servir librement, on y trouve le tout-venant et ce dont la chef ne veut pas. Il est interdit pour une harpie de toucher au harem de sa chef sous peine de mort. Parfois une chef reconnaissante peut récompenser une membre de son clan en l’autorisant à se servir dedans. Quand ils ne sont pas utilisés pour la reproduction ou le plaisir, les esclaves se chargent de toutes les tâches fatigantes et ingrates, maintenus dociles par les drogues que leurs maîtresses leur administrent. Leur seul espoir de liberté repose sur des aides extérieures.

Par rapport aux humains d’Erkin, les harpies ont clairement des allures de sauvages. Elles s’habillent de peaux de bête, d’écailles de créatures marines, se protègent avec du cuir ou des morceaux d’armures retouchés pour leur morphologie unique. Parfois, elles améliorent le tout avec des vêtements ou des bijoux pris lors de leur pillage, couplé à des breloques et des colifichets dont la signification leur est propre. On reconnait souvent la chef au fait qu’elle porte les bijoux les plus beaux où les étoffes les plus rares. Niveau armement, elles privilégient presque toutes la lance ou l’arme d’hast en général, jouant sur l’allonge et leur capacité à voler.

Les harpies parlent mal le sorëan, elles le comprennent parfaitement mais s’expriment souvent avec une structure simple du type « sujet, verbe non conjugué et complément », rares sont celles qui parlent correctement mais ça leur suffit à se faire comprendre. Cela vient du fait qu’entre elles, les harpies ont leur propre langage, fait de cris, d’ultrasons, de langage corporel et de signes. La parole n’est utilisée que pour compléter le tout.


~ Croyances et magie ~
Les harpies ne reconnaissent qu’un seul dieu, le Seigneur-vent, qui est une vision du dieu Vjetar. Elles sont assez superstitieuses par nature et voient facilement des signes partout, souvent relayés par leurs chamanes.


Les crieuses

Certaines harpies naissent avec le don de la magie, même si elles sont aussi rares, comme chez les humains. Ces harpies mages portent le nom de Crieuses. Cela n’est pas sans raison, les mages harpies sont en quelques sortes des élémentalistes du vent qui utilisent souvent la voix ou le son comme vecteur pour déchainer leurs pouvoirs. Les harpies n’ayant pas une grande imagination ni beaucoup de connaissance scientifique, elles se limitent souvent à l’utilisation de phénomènes simples, les palliant souvent en s’entrainant à en augmenter la puissance.

Pour le reste, elles sont soumises aux mêmes impératifs que les mages humains ou le peuple des glaces, leur énergie limite leurs capacités, elles peuvent profiter des nexus et peuvent ressentir la présence des autres utilisateurs de magie ou des objets magiques, tout comme les mages peuvent ressentir la présence des crieuses.

Considérées comme béni par le seigneur-vent, les crieuses ont souvent des places privilégiées au sein de la communauté harpie, elles peuvent devenir chef plus facilement mais beaucoup préfèrent cumuler avec la fonction de chamane.


Les chamanes

Au sein d’un clan harpie, les chamanes ont bien des rôles, érudites, guérisseuses, prêtresses, elles sont la mémoire des harpies et les garantes de leurs antiques traditions. Ce sont elles qui reçoivent la parole du seigneur-vent, qui communique sa volonté, officiant un peu comme des prêtresses. Ce sont également elles qui annoncent les jours sacrés où les harpies peuvent officiellement défier une chef de clan pour prendre sa place. Et aucune harpie, aussi puissante soit-elle ne pourrait prétendre à créer un nouveau clan sans avoir au moins l’une d’entre elles à ses côtés.

Ce sont également des apothicaires de génie, gardiennes des secrets ancestraux permettant de fabriquer la majeure partie des drogues et des toxines que les harpies utilisent pour se battre ou dominer leurs esclaves humains.

Certaines sont aussi parfois des crieuses, associant leurs dons magiques à toutes leurs autres fonctions.

On reconnait aisément les chamanes à leurs tenues singulières, aux tatouages sur leurs peaux, à leurs bâtons étrangement décorés, symbole de leur fonction et au fait que la plupart sont assez érudites pour parler le sorëan à peu près correctement.


~ La vie dans les lointaines îles tropicales du sud ~
Quand les harpies ont fuis leur ancien domaine, elles sont parties droit au sud, assez pour mettre de la distance entre elles et Erkin. L’endroit où elles sont arrivées était un vaste archipel d’îles situé dans la partie équatoriale de Sorëan. Nulle vie humaine ne les attendait, juste une végétation inconnue, des animaux sauvages et un climat avec ces fortes chaleurs et ces tempêtes tropicales. Là, elles ont tenté de rebâtir quelque chose avec leurs esclaves humains.

Sans communautés humaines à piller, les harpies ont finit au fil des années par se battre entre elles. Plus précisément, elles pillaient chacune les communautés humaines des autres. Mais paradoxalement, cela permettait d’entretenir une certaine diversité génétique entre les humains qui leur servaient d’esclaves. Ces derniers, trop abrutis par les drogues de leurs maîtresses, ne se souciaient pas vraiment de développer leur communauté pour prospérer et au fil des décennies, leur nombre a fini par diminuer, inexorablement, faisant planer sur les harpies le spectre de la consanguinité, notion que même elles comprennent, et à terme, le risque de ne plus avoir de reproducteurs.

Quand l’étoile est tombée sur le continent, le signe qui en fut interprété n’était plus qu’une simple goutte d’eau dans le vase de l’exode car tôt ou tard, les harpies auraient sans doute migré de nouveau pour survivre. L’arrivée de l’Arche a simplement précipité les choses.

Les harpies actuelles sont donc toutes les enfants de ces esclaves humains, descendants de ceux enlevés à la fin de la guerre de la reine harpie. Abrutis de drogues depuis leur naissance, le peu qu’elles ont ramené avec elles ne connaissent rien d’Erkin, de son histoire, de sa culture, de sa religion et ils parlent à peine mieux que leurs maîtresses ailées.

Une fois revenus sur les îles du sud, il n’a pas fallu grand-chose pour que les harpies reprennent leurs marques et attaquent les humains du continent avec enthousiasme, profitant du fait qu’ils ne savent plus se défendre contre elles.

Le fait d’avoir été limité en choix de reproducteurs pendant 200 ans est paradoxalement ce qui pousse certaines harpies de hauts-rangs à être si exigeantes sur leur choix de reproducteurs, maintenant qu’elles ont vraiment le choix, elles veulent de la qualité…


~ Passation de pouvoir, les règles pour être chef de clan ~
Même si les harpies sont régies par la loi du plus fort et que le chef d’un clan gagne sa place au combat, il y a tout de même des lois et des traditions qu’elles doivent suivre et respecter, empêchant leur peuple de sombrer dans l’anarchie totale.

Ces règles et ces lois sont maintenues par les chamanes dont personne ne remet la parole en cause. Toute harpie qui irait contre ses traditions se condamnerait à l’exil ou la mort.

La chef de clan ne peut être défiée que lors d’un jour sacré annoncé par les chamanes. Ces jours ne sont pas fixes et sont choisis d’une part en fonction des présages mais aussi de la situation actuelle du clan. Les duels sacrés commencent à l’aube et se terminent au crépuscule, ou jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une survivante dans la course et que toutes les autres se soient soumises. Certains jours sacrés sont de simples duels entre deux harpies puissantes, d’autres, de véritables mêlées sanglantes.

Si une harpie tue sa chef en dehors d’un jour sacré, elle est immédiatement mise à mort par les chamanes, à moins d’être assez rapide pour fuir mais sera considérée par toute la communauté harpie comme une traitresse et sans espoir d’intégrer le moindre clan.

Le jour sacré n’est prononcé que si la chef de clan est en pleine possession de ses moyens et au mieux de sa forme, la victoire n’a de sens dans leur culture que contre un adversaire à son plein potentiel.

Si une chef de clan est trop vieille ou trop affaiblie pour préserver son titre. Les chamanes peuvent décider en conclave de la destituer au profit d’une nouvelle candidate. Généralement, une chef de clan préfère tout de même une mort honorable pour défendre sa place que la honte de la destitution. Mais une destitution reste toute de même une décision rare et prise en fonction de circonstances exceptionnelles.

Même les chefs de clans ont le droit à avoir une descendance, une chef de clan attendant une fille ne sera pas défiée, les chamanes ne prononceront aucun jour sacré tant que sa fille ne sera pas née et assez âgée pour reconnaitre sa mère. Une chef de clan enceinte a donc la paix pour quelques années. Les plus malines utilisent habilement leur reproduction pour se garantir la tranquillité le temps nécessaire de consolider leurs pouvoirs. Cependant, une chef qui abuserait trop de cette règle risquerait la destitution car on attend d’une chef de clan autre chose que de jouer les poules pondeuses.

Si un clan se retrouve sans chef pour une raison ou pour une autre, les chamanes prononcent le jour sacré le lendemain de ses funérailles. Les candidates aux pouvoirs doivent simplement s’affronter jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus qu’une debout et que les autres soient mortes ou soumises.

Une harpie qui défit une chef de clan se soumet à son bon vouloir, si la perdante n’est pas morte à l’issue du duel, son destin appartient entièrement à la gagnante qui peut aussi bien la tuer que l’exiler, l’épargner, l’humilier ou tout ce qui lui plaira. La plupart des harpies s’assurent de leurs forces et de leurs réussites avant de tenter leurs chances…


~ Les clans majeurs ~
Au jour d’aujourd’hui, il existe une petite dizaine de clans mineurs au sein de la communauté harpie mais surtout, trois puissants clans majeurs qui représentent la plus grosse force des femmes-oiseaux. Fort heureusement, le retour des harpies dans les îles du sud n’a pas enlevé la rivalité qui les anime.


Le clan de la serre sanglante

Il s’agit d’un clan de guerrière. Il possède les combattantes les plus dangereuses et les plus douées au combat direct. Fières et puissantes, elles combattent sans relâche, ne se rendent jamais et tentent les raids les plus dangereux mais rapportant le maximum de bénéfices. Paradoxalement, c’est peut-être le clan majeur le plus ouvert aux humains, un interlocuteur intelligent pourrait les convaincre, contre bonne rémunération, de travailler à l’occasion comme mercenaires. Leur repère dans les îles du sud est une montagne servant de véritable forteresse naturelle.


Le clan des quatre vents

Ce clan a l’avantage de posséder la plus grosse population de crieuses de tous les clans harpies. Sa puissance est avant tout magique et les vents déchainés par les crieuses du clan ont mis plus d’un bateau humain en déroute vers des récifs, leurs proies favorites. Elles ont pour repère un pic montagneux où se situe un puissant nexus magique alimentant le pouvoir des mages harpies y vivant. Le plus dangereux adversaire de ce clan sont les mages traqueurs, les seuls qu’elles ne sentent pas venir.


Le clan du bec venimeux

La grande puissance de ce clan lui vient de ses chamanes et de leur maîtrise exceptionnelle de l’herboristerie et la concoction de poisons, même au sein de la communauté harpie. Le bec venimeux est un clan très vicieux, dont les tactiques lui assurent de subir le minimum de dégâts, généralement par l’utilisation préventive de toxines paralysantes sur les villages ciblés, permettant ensuite à ses guerrières de piller et kidnapper sans presque aucune résistance. Affronter l’une d’entre elles est très dangereux car leurs armes sont généralement toutes empoisonnées. Elles ont élus résidence dans une profonde forêt à la flore variées leur donnant accès à un vaste arsenal toxique.


~ Les clans Mineurs ~
Ici vous trouverez une brève description des clans mineurs. Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure que les chefs de ses clans seront joués et les créeront.


Le clan des Perce-nuages

Ce petit clan mineur d’à peine quelques centaines de Harpies est né il y a plus d’un siècle dans les îles du sud, à coups de sécessions, absorptions, et fusion issus d’autre clan. Leur nom viendrait de la fondatrice du clan, une crieuse dont la magie disait-on « perçait même les nuages ». Aujourd’hui, il ne compte que trois crieuse et moins d’une dizaine de chamanes. Il est dirigé d’une main de fer par Ark’na Perce-nuage qui a su lui redonner une identité propre. Les Perces-nuages préfèrent la qualité à la quantité et ciblent les cibles de valeurs quand elles sont isolés et vulnérables à coup d’embuscades. Sous l’impulsion d’Ark’na, il compte maintenant de nombreuses archères ainsi que des éclaireuses de talents.


Le clan des Serres-de-foudre

Un petit clan mineur qui était déjà très affaibli avant l'exode vers le nord, dirigé par At'ël Serre-de-foudre. Arrivée sur les îles, elles n'ont pas réussi à se forger un territoire intéressant et faute de ressources ou d'esclaves, il allait normalement suivre la voie habituelle des clans trop affaiblis, à savoir se faire absorber par un autre clan plus puissant. Ce fut la rencontre d'At'ël avec un terrien qui les sauva de ce sort, lorsque le clan signa les accords avec les terriens qui leur permit de choisir une autre voie.

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: changements chez les Harpies Dim 29 Nov - 15:51

Changement chez les Harpies
~ les deux dernières années pour les filles de Vjetar ~

Les filles de Vjetar ont eut leur lots de nouveautés elles aussi. Redécouvrir le continent et les terriens en même temps n’a pas été sans conséquences. Les premiers contacts entre harpies et terriens ne se firent pas sans heurts mais très rapidement, les clans comprirent qu’il y avait des gens très différents des sorëans.

L’une des premières à se rapprocher d’eux fut Ene’l Serres-sanglantes mais vu qu’elle n’était qu’une paria au sein même de son propre clan, son histoire mit du temps à remonter aux autres harpies et se faire savoir. Le rapprochement le plus significatif fut donc celui de 1583 du calendrier impérial, lorsqu’un technicien de l’Arche, Kanekuro Nobu, rencontre une harpie, At’ël Serres-de-foudre, accessoirement chef de son clan mineur. Les deux tombent rapidement amoureux et partent dans une romance passionnée. Nobu présente ensuite sa compagne à Vanessa Crescent qui a pour la première fois l’occasion de négocier avec une chef harpie. Comprenant que les terriens sont différents et qu’elle a beaucoup à y gagner, At’ël signe les premiers accords avec les terriens, permettant à son petit clan fragile et affaibli d’avoir une zone sanctuaire pour survivre.

Les accords concernent principalement de la non-agression, du libre-échange commercial tant que les harpies ne vendent rien de volé, la libération de leurs esclaves qui sont confiés aux soins des terriens en échange de quelques facilité pour les aider à se passer d’eux et surtout la protection de l’Arche tans qu’elles sont dans la zone du village.

La chef des Serre-de-foudre envoie ensuite des messager pour porter la nouvelle à tous les autres clans, aussi bien mineurs que majeurs et en l’espace d’un an, la communauté harpie se divise à son tour.

D’un côté, certains clans saisissent cette chance d’améliorer leurs vies sans passer systématiquement par la violence et l’esclavage et viennent signer les mêmes accords, notamment les Perces-nuages chez les clans mineurs et la moitié d’entre eux suivront. Chez les clans majeurs, les Bec Venimeux les signent aussi sous l’impulsion d’Aenness qui comprend que l’Arche est l’étoile du ciel et qui annoncent que les terriens sont donc les envoyés de Vjetar sensés leur apporter des réponses. Officieusement, sa soif de savoir ne peut résister à tout ce qu’apportent les terriens avec eux.

De l’autre côté, Nokwan des Quatre Vents dénoncent ces accords avilissant pour leur race et estime que les harpies doivent rester fidèles à leur héritage et conquérir en se rassemblant derrière une grande reine harpie comme au temps de Tzenker. Nokwan aimerait évidemment tenir ce rôle et elle est soutenue par le reste des clans mineurs.

Quand aux Serres-sanglantes, elles n’ont pas prit partie pour le moment mais devront bien choisir un jour ou l’autre…


~ Les positions des différents clans~


En accord avec les Terriens :
-Serres-de-foudre
-Bec Venimeux
-Perce-nuages

Farouchement opposés aux accords :
-Quatre Vents

Neutre pour le moment :
-Serres-sanglantes
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas


JE M'APPELLE Contenu sponsorisé ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Les Harpies

Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: Le Préambule :: Le Contexte :: Les Harpies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quant les harpies attaquent
» Quant les harpies attaquent [Libre]
» Suite quand les harpies attaquent...
» Bal de Noël 2000
» Harpie en charpie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: