Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Taranis Nat Eiran ET JE SUIS Admin ▬ Taranis
Diverses Informations
Multi-Compte : Moana Goldrain ▬ Cyriel Lemingvinder ▬ Kotha & Kanon ▬ Sorel Wineldil ▬ Magnus Sventyr ▬ Zoria ▬ Gaël Virdyn ▬ Yusef Farakhan ▬ Tatiana Nuixa ▬ Akihide Inagawa

Informations RolePlay
Âge: 28 ans.
Métier: Empereur de Talrëa.
Disponibilité pour RP: Disponible o/
Message(#) Sujet: Taranis Nat Eiran Dim 6 Déc - 22:04

Identité du Personnage
Informations Générales
▬ Nom : Nat Eiran
▬ Prénom : Taranis
▬ Âge : 28 ans (Lunes Ascendante 1556)
▬ Genre : Masculin (♂)

▬ Groupe : Talrëa.
▬ Métier ou Fonction : Empereur de Talrëa. Et n'attendez plus que je sois le "gentil empereur"...Je n'en ai plus le cœur, plus autant.

▬ Origine : Je suis natif de la Région de Tilesse, à Talrëa.
▬ Nationalité : Pur produit Talrëan.

Psychologie & Physiologie
Vous avez réellement besoin de ça alors que vous êtes, présentement, assis face à moi ? Enfin, passons. Je comprends votre requête.
Comme vous le voyez, j’ai le teint halé. Ceci provient du fait que ma mère est originaire d’un Duché du Sud, proche du littoral. Elle a la peau d’un léger marron. Le même que ceux des travailleurs en fait. Vous savez, les paysans qui bronzent sous le soleil, lors de leur travail. Mais elle, c’est naturelle. Mon père étant aussi pâle qu’un habitant du Nord, je suis d’une douce couleur marron clair.

J’ai hérité de la chevelure blanche-argenté de mon père, et mon grand-père avant moi. Je crois que cela fait quatre générations d’empereur à avoir cette couleur de cheveux. Je me demande si on doit parler là, de signe distinctif. C’est relativement bête, mais j’aime cette couleur…
On m’a souvent dit que cela tranché avec ma peau, et j’avoue que je le crois sur parole, mais je me dis que c’est un précieux héritage, celui de mon père. Mes yeux ? Ils sont d’un bleu très clair : héritage de mon père la encore. Ma mère a les yeux verts elle.

Pour ce qui est de la taille, je mesure un bon mètre 82. Je ne suis pas un géant, mais je suis loin d’être petit. Ma musculature n’est pas digne de mes meilleurs soldats. Je suis plus en finesse, étant meilleur cavalier et archer que bretteur ou chevalier en armure lourde. Et puis, je suis plus habile avec des lames légères, tel que les dagues.
Père a toujours dit que j’étais relativement fin, et d’une musculature nerveuse, par rapport à lui ou mes ancêtres. Mais, j’ai put m’en sortir honorablement dans l’apprentissage martial, alors, il n’a jamais montré de dédain à cette physionomie.

Pour les vêtements, je vous prierais de m’épargner la question. Il est certain que j’ai des vêtements d’étoffes remarquables, et finement cousu. Des vêtements « uniques » pour « parader » dans les Bals et la Cour. Mais, pourtant, je suis du genre à préférer les vêtements simples. Tout du moins, ceux qui suivent la ligne du corps afin de gêner le moins possible la gestuelle. J’aime bien ma tenue de « combat » en fait. Avec son cuir noir et robuste. Mais bon, je la garde pour les cas d’entraînement ou de visites de garnissons et de troupes.
Dans le privé, je mettrais des chemises assez évasées. Et certainement peu colorée, et loin d’être dotées de belles broderies. Je resterais sobre, naturel…Car je manque déjà assez de franchise dans mon comportement de Cour, pour agir ainsi dans ma vie privée, en dehors des regards.

Enfin, en deux ans : j'ai quand même gagné en muscle et en maturité. Physiquement, je fais moins "chétif". La pratique assidu de l'archerie à développé mes muscles et formé ma silhouette autrement. Je suis loin d'être un "grand gabarit" mais au moins, on voit le passage du temps sur mon physique. Probablement mon expression moins souriante, plus glacial, joue-t-elle aussi sur cette impression.

Car, vous savez, la noblesse de mes terres tend à me croire trop doux…surtout avec les roturiers. Mais, en réalité, je pense surtout différemment d’eux. Durant des années, j’ai esquivé mes tâches d’héritier impérial. J’aimais passer du temps avec les gens de la capitale, avec mon peuple. Et j’aime toujours autant ce peuple.
Je ne considère pas les roturiers comme moins bons que les nobles. Je pense qu’ils ont autant de chances de réussites, qu’eux. Néanmoins, leur naissance, le manque d’argent ou d’aide, tout cela les force à rester ce qu’ils sont.

On me dit progressiste, et j’avoue que je n’ai pas la moindre honte à l’être. Les pirouettes politiques que je me dois de faire pour ne froisser aucun parti font que j’ai du mal à apprécier les conseils. Les remarques sont de plus en plus perfides, et j’avoue que face à cela, j’ai tendance à réagir avec beaucoup de froideur. Voir, parfois, avec du dédain.
Mais ma nature est celle de la concession. Je veux être un guide, un guide qui rendra L’Empire de Talrëa digne de mes ancêtres, digne d’Eiran.

Dans le publique, je m’affiche comme un empereur fier, et droit. Je ne tolère pas la corruption dans mes rangs, car c’est selon moi c’est la lie de l’humanité, et ce qui conduira inexorablement à la chute de l’Empire. Car ce que j’essaie de faire comprendre, c’est que sans mon peuple : je ne suis pas empereur ! Mon statut me vient de la fidélité de mon peuple…et j’aimerai améliorer leur vie.
Enfin, déjà, j’ai réussit à aider les inventeurs. Je suis, moi-même, dénué de Magie. Je comprends parfaitement le besoin de création en dehors de la Magie…Et je respecte l’intellect d’hommes et de femmes comme les Arsion, ou Firenza.

Mais voilà...Les choses changent vous savez ? Et maintenant, c'est juste la colère qui m'habite. J'enrage contre ma noblesse. Cette noblesse corrompue, que je me doute seule responsable de cette tentative d'assassinat. Cette noblesse qui attend que je reste le "gentil petit Taranis" qui sourit facilement et se fiche du Protocole. Oh oui, le protocole...je pense que je me souviens bien de ce qu'il est désormais. Et si les roturiers peuvent se tromper, ma noblesse doit marcher droit. Car je bouillonne devant leur attitude. Car la fureur m'habite de ne pas avoir put la protéger. Car je n'arrive plus à rester "moi-même" qu'avec mes enfants, ma famille, mes amis proches ou mes chevaliers d'Eiran.
J'ai mal, et cette douleur se traduit par la seule chose à laquelle m'accrocher. Le sentiment de pouvoir la venger. Quand je ferme les yeux, je revoit son sourire, ses rires. Je ressens l'odeur de son parfum. Sa voix qui me gronde de taquinerie. Son éclat avec les enfants dans les bras. Et cette perte me fait mal, autant qu'elle me maintient sur les flots du jeux politiques.

Taranis Nat Eiran le gentil est mort avec Irisia Nat Eiran. Désormais, je n'ai qu'une seule idée : faire le ménage dans cette noblesse avide et corrompue. Et leur rappeler que je suis l'unique Empereur de ce territoire. Que l'on me nomme "despote" peu m'importe. Tant que le responsable n'aura pas payé, tant que le fin mot ne sera pas révélé, je serais intraitable avec cette irritante noblesse, et ses jeux tordus.

Biographie
Hum : mon histoire ? Vous savez, mon histoire, il suffit de demander à n’importe quel…je vois, vous m’avez percé à jour. En effet, l’histoire de mon « règne » commence à se répandre, mais ce n’est pas spécialement ma vie de façon plus vraie, plus intime. J’aurais put espérer vous duper, mais j’ai manqué de finesse je crois.

Je suis né en 1556. Mon père était un homme bon, et reconnu. Son mariage avait été d’intérêt, et uniquement d’intérêt. Probablement est-ce la raison pour laquelle je n’attendais pas grand-chose de mon futur « amoureux ».
Sidus Nat Eiran eut un règne relativement calme. Il n’a pas spécialement eut de déboires, digne de nos ancêtres, avec le culte de Solyma. Pas de conflits avec Feliona. Aucuns soucis avec le Peuple des Glaces. C’est la raison pour laquelle il put se concentrer sur notre peuple : les talrëans. Mais là est l’histoire du règne de mon père : et non mon histoire.

Moi, j’étais l’unique fils que mon père avait donner à ma mère : l’Impératrice Mère. Car oui, n’allait pas croire que ma mère est morte car mon père n’est plus. Seulement, elle préfère vivre en dehors de la capitale depuis trois ans. Elle vit dans une demeure, sur les terres d’où elle est native. Ishy Nat Eiran vit une vie paisible, et j’apprécie toujours autant de lui rendre visite.
Une chose est certaine, j’ai longtemps était le « fils à ma maman ».

C’est idiot : non ? Mais j’ai été éduqué en grande partie par ma Mère. Quand je n’avais pas de cours de chevalerie, de gestion, et autres finesses politiques…J’étais souvent auprès de ma mère. Je l’écoutais me raconter des histoires de magie. D’ailleurs, son frère, mon oncle, est un mage.
Enfin, c’était ainsi jusqu’à mes douze ans. Le début de ma période d’adolescent rebelle je dirais.
A cette époque, je passais mon temps à me faufiler hors d’atteinte et du regard de ma garde rapproché, de mes tuteurs, de mon père ou de ma mère. Je me sentais oppressé, et je rêvais de liberté.

Je battais la campagne comme on dit. Découvrant mon peuple, me faisant passer pour un simple jeune. Mon visage n’était pas spécialement connu après tout. Pas comme si j’avais normalement le droit de quitter le palais impérial.
Mais, j’étais émerveillé de ce monde que je découvrais réellement. Les boutiques d’arcanistes…les ventes farfelues des inventeurs. Le travail de la terre des paysans. Les échoppes des commerçants…Tout m’émerveillait, me passionnait.
Je me faufilais, je séchais mes cours, je découvrais. J’avais l’impression de me libérer des responsabilités qu’on m’avait mit sur les épaules…Que je pouvais redevenir un garçon comme un autre.

Au fond, je craignais ces responsabilités…Mais quand j’ai aperçu Kadvael, si jeune et déjà conseillé impérial, je crois que j’ai eu quand même un peu honte de moi. Je me suis alors calmé, même si dés que j’avais du temps libre, je m’évadais dirons-nous. J’aimais bien raconter mes aventures champêtres à ma Mère. Mon père ? Il était si grand et si loin pour moi…J’étais son héritier, oui…mais je ne crois pas me souvenir d’une proximité parentale entre nous. Du respect. C’était du respect que j’avais pour lui, et non l’amour d’un fils à son père.
Le temps fila encore, et l’année de mes dix neuf ans me sembla être la fin du monde. Le ciel aurait put me tomber sur la tête, je n’aurais pas eu de plus grande réaction.

Mon monde tomba en ruines, tout simplement. Ma vie, encore insouciante, se révéla bien plus complexe que jamais. La mort, foudroyante, de mon Père vint à me surprendre. Oui, j’avais accepté mon destin : mais pas aussi rapidement ! J’étais : désarçonné. Mais mon peuple avait besoin d’un empereur : je fus couronné.
J’avais eu un mal de chien à ne pas laisser voir mon trac et ma gêne ce jour-là. Dans ces vêtements d’une richesse incroyable, avec le protocole et tout. Ma mère semblait émue, moi, perdu. J’avais tant à apprendre sur la gestion d’un empire…

C’est deux ans plus tard, alors que grâce à Kadvael j’arrivais à m’en sortir et à reprendre les rennes de l’empire…surmontant la politique conservatrice avec mes idées un peu nouvelle, que j’ai rencontré ma future femme : Irisia de Numis.
Un bal était donné dans ma Cour…Après tout, on me reprochait d’être toujours célibataire et de collectionner les aventures sans lendemain. Lorsque je l’ai vu, je l’ai trouvé splendide.

Avec franchise, au départ, je la trouvais juste : belle. Je n’avais vu en elle qu’une femme à glisser dans mon lit, pour m’amuser avec elle. Mais elle s’est révélée différente des autres. Elle me repoussa…Et par « défi », je lui fis la Cour. Au final, c’est moi qui fus pris à mes jeux de charme…car je n’arrivais plus à me la sortir de la tête. Et cela malgré les inventeurs qui réclamaient des droits semblables aux mages. Une folie. Il me fallu prés de 5 mois pour la faire mienne, et lui demander sa main. J’étais, et je suis toujours, sous son charme.
Et c’est à cette période, alors que mon mariage semblait parfait, que mes rapports avec Kadvael ont commencé à se détériorer. Pensait-il réellement que je prendrais la main de Fydia, sa sœur ? M’en veut-il pour ça ? Je l’ignorais aussi rancunier si c’est le cas.

Mais, faire accepter la création de l’Académie du Savoir, que me demander Hewine Arsion…fut difficile. Tout du moins, Kadvael me rendit la tâche difficile. Et tout alla de mal en pie.
L’académie créée, les dissensions furent délicates à être gérer. Et l’absence d’enfant, d’héritier, étant de plus en plus pesante, les médisances de la noblesse allaient bon train.
Lorsque la famille royale de Feliona mourut dans cet accident, je sus la difficulté à venir. Le royaume de Feliona et notre empire ont toujours été des alliés. Un lien de sang, aussi lointain soit-il, ne se renie pas avec aisance ! Alors, les jeux de pouvoir qui y ont prit place me laisse avec des craintes.

Dois-je prendre partie pour un duché, afin de mettre en place un gouvernement fantoche et récupérer les terres qui étaient nôtre il y a tant de siècles ? Dois-je refuser tous parties et laisser une guerre civile éclater entre les duchés ? Dois-je m’en mêler ?! Je suis vraiment tiraillé, et j’ignore qui suivre.
J’avoue que, je ne peux que plaindre les intendantes, les Prêtresses des Lunes. Mais mon empire est déjà en proie à la discorde lui aussi…Que j’ai d mal à définir mes choix. Sans oublier, récemment, l’annonce concernant Irisia et cette étoile.

Depuis que je suis devenu empereur, je me demande seulement si le précepte de vie privée existe encore…et je suis nostalgique de ma vie d’anonyme. Mais je me dois de faire face, pour ceux qui ont mit leur confiance en moi.

Aventures de Terre 1581 à Terre 1582

Cette étoile tombé du ciel...Peu après tout cela, nos troupes qui patrouillaient aux abords ont détecté de la vie. Ainsi, j'ai put découvrir ce peuple venu des étoiles. "Les Terriens" comme ils se prénomment. Arrivé chez nous par accident, ils ne pouvaient réellement repartir. Alors, durant de nombreux jours et mois, nous avons travaillé à des accords. En parallèle, je dû faire face à la pression croissante sur notre couple impérial.
J'imagine que je dois remercier la dénommé "Diana Jones" de m'avoir parlé de la médecine des Terriens ? Grâce à elle, je put voir avec le Commandant Crescent, pour nous aider dans notre soucis d'infertilité. Mais au milieu de cette joie, de nombreux soucis survinrent.

Le climat de tensions entre les Mages et les Inventeurs n'ont eut de cesse de croitre. Modérer le Duc de Shana et celui de Ferel qui se tire dans les pattes n'est pas toujours simple. Kadvaël ne m'a pas laissé un instant de repos...attaquant avec précision. Frappant vite et fort.
Les Harpies sont réapparues...même si ma rencontre avec une dénommée "Athéna" me laisse penser qu'elles ne sont peut-être pas toutes des sauvages sans cœur. Je ne saurais trop le dire...

Alors qu'Irisia confirmait sa grossesse. Alors que je travaillais à voir nos rapports se faire positif avec le Royaume des Glaces, et à ne pas m'interposer dans le conflit de Feliona...la disparition du Comte de Melethis et de son expédition fut un nouveau coup dur. Des recherches furent faites, et le verdict tomba comme un couperet. L'assaut sur la Capitale, et en de nombreux autres lieux, laissa des cicatrices.
Les mages furent aussi frappé durement, aussi, je n’eus pas à gérer une crise leur demandant des comptes...Mais la peur a, pendant un moment, assombrit le cœur de mes gens. Qui a dit que la vie, en une année, est calme ? Enfin, le Mois du Soleil arriva sous des hospices bien triste. Mon réconfort ? Irisia, ma belle et douce Irisia : enceinte.

Ellipse des 2 ans
Il fallut reconstruire, et réparer, les dégâts engendrés par les "Sombres Possédées". De plus, je dus faire passer à Kadvaël l'annonce de la grossesse d'Irisia, et que les terriens en auraient pour 3 années avant de pouvoir voir des secours. Expliquer que je leur alloué une parcelle de terre, en échange de leur aide agronomique pour augmenter la productivité du reste de Turquoise. Et forcer cela par un décret impérial.

Je demandais à mère de s'occuper de la régence de la Région de Tilesse, ne pouvant m'en charger et Irisia étant fatiguée. Car nous avons appris que c'était des triplés. Trois enfants. Nous allions être bénit par l'arriver dans notre vie, de trois bébés. Rien n'aurait put me rendre plus heureux !
Le temps s'écoula, les gens reprenant leur routine. Je dû envoyer mes hommages, pour le décès de sa Majesté Wineldil. Repensant à nos rencontres...Je regretterais sa sagesse et son expérience. Car malgré sa dureté, elle était juste dans ses propos. A cela, je du gérer la décoration de certains nouveau Chevalier d'Eiran. Je du aussi traiter avec Stern, sous d'autres formes. Ce qui nous a mis mal à l'aise tous les deux je pense pouvoir dire.

Mais malgré tout, le plus beau jour de ma vie restera celui de leur naissance. Kylian, Maïwenn et Nigel Nat Eiran. Mes enfants. Mes bébés. Mes fils et ma fille. Kylian qui a gardé les yeux bleu en grandissant...et dont les cheveux vont sur la même couleur que sa mère. Le teint mat, comme Irisia et moi. Maïwenn, qui a la même touffe de cheveux que moi, et les yeux des Nat Eiran. Nigel ? Il est le plus pâle des trois...et a les jolis yeux de sa maman. Mais ma touffe de cheveux. Un véritable dégradé de nous deux : un véritable dégradé de notre amour. Ce fut la joie. La fête. Mes enfants seront donc natifs du Mois du Vent.

Par la suite, je pus réussir à terminer et valider les accords avec les terriens. Réussissant à faire passer le tout, enfin. Mais la politique demande son lot de temps. Pourtant, j'avoue que je soupire au grand bruit que quelques temps après il y eut. Cette histoire avec les harpies...mais, je ne peux agir. Et, au fond, je n'ai pas envie non plus. Nous avons jugé ce peuple sur sa culture différente, et une haine qui nous vient de notre religion. Est-ce réellement juste ? Ma rencontre avec Athéna, à qui je dois la vie sans quoi je serais mort en tombant de cette falaise...continue de cogiter en moi.
Le rude hiver qui nous frappa me chassa les idées difficiles. Et apprendre la révélation sur la lignée de la célèbre "Maîtresse des Secrets" m'offrit un soulagement. Affirmant, sans retenue, qu'il était bon de savoir la lignée des Nat Urvan encore en vie. Je suis heureux, car c'est ma lignée cousine après tout.

Tant de changement auquel je du faire face. Mais au moins, j'avais ma vie au Palais : heureuse. Les "soucis" trouvaient des solutions bien qu'étrange et éparses : comme le collège de Technomancie. Cette séparation intrigua et captiva Irisia d'ailleurs, que l'invention, les sciences et la magie ont toujours passionné. Mais bon, je profitais de chaque instant libre pour rire et jouer avec mes enfants. Savourant chaque instant. Me refusant à ce qu'ils grandissent comme moi, avec juste leur mère et des serviteurs. Je veux être présent pour eux trois.

Mais voilà, il y a un mois : au début du mois de la Terre 1584...Cet incident eut lieu. Nous dinions entre nous deux, taquin. Savourant que les enfants fassent leur nuit et dorme tranquillement. Une soirée romantique, en amoureux. Elle s'empara de mon verre, avant que je ne puisse le prendre. Notre jeu de taquinerie, alors que je la dévorais du regard. Mais à peine eut-elle but une gorgée : qu'elle devint livide. Inquiet, j'appelais des secours. Arkyen quittant le plafond, tous se déplaçant. Les médecins arrivant...Mais il était trop tard. Un poisson : un foudroyant et inconnu. Il se révèla avoir été versé dans ma boisson, m'être destiné. Mais c'était elle : ma femme. Ma précieuse épouse. La mère de mes enfants.
Je sentis mon cœur s'arracher. Mon âme se consumer. Je ne pus retenir mes cris et mes larmes. La gardant dans mes bras...Je ne peux l'accepter. Pas elle. Pourquoi ? QUI ?!

Le Mois du Soleil, et les Fêtes de Solyma...notre anniversaire de Mariage. Cette année, c'est le deuil qui m'habite. Et déjà, la noblesse attend que je passe le cap. Mais je n'en démordrais pas : le responsable sera démasqué. Et il paiera. Si je dois retourner tout Erkin pour le trouver, je le ferais. Parole de Nat Eiran.

Informations IRL
▬ Pseudo : Lou et plein d'autre ^^
▬ Âge : 24 ans. Moi aussi, j'ai vieillit par rapport à la première fiche de Taranis XD
▬ Comment avez-vous connu le forum ? Je l'ai créé avec Vanessa.
▬ Quel code se cache dans le règlement ? Ok, by Me.
▬ Comment était surnommé la nouvelle Reine de Feliona, avant d'être couronnée ? Ok, by Me.
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com
Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: Identification :: Présentations :: Fiches validées :: Les Talrëans :: Taranis Nat Eiran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Vayu Taranis [Seconde validation s.v.p]
» Relation de Taranis
» A genoux devant l'Empereur Taranis ![100%]
» Taranis Amarantha - Un vagabond parmi les vagabonds
» Taranis et Watersky, la fiche [Validé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: