Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Pyreinth Kendrak ET JE SUIS Felionienne
Diverses Informations
Multi-Compte : Kenichiro Natsumaru, Jykhara Glorenyë, Ishy Nat Eiran & Satice Drolus

Informations RolePlay
Âge: 29 ans
Métier: Chevalier aigle-roc de la reine
Disponibilité pour RP: Ralentie
Message(#) Sujet: Pyreinth Kendrak Ven 25 Déc - 22:20

Identité du Personnage
Informations Générales
▬ Nom : Kendrak (par sa mère) officiellement, Ringvild (par son père) officieusement
▬ Prénom : Pyreinth Phèdra
▬ Âge : 29 ans, née en 1554
▬ Genre :  ♀

▬ Groupe : Félioniens
▬ Métier ou Fonction : Chevalier membre de la garde royale

▬ Origine : Sorëan
▬ Nationalité : Royaume de Féliona

Psychologie & Physiologie
Celle que l’on surnomme le Renard, ou même la Grande Bâtarde, est une femme remarquable sous bien des aspects. De stature et de taille moyennes, Pyreinth possède un corps joliment athlétique, aux formes généreuses et fermes, un corps désirable en somme. Toute sa force réside dans son agilité et sa rapidité. Son teint de porcelaine arbore un hale doré donné par le grand air. Dans son visage d’un ovale allongé scintillent des yeux en amandes d’une couleur stupéfiante : luisant tel du vieil or dans la pénombre, brûlant tel de l’or en fusion sous l’éclat du soleil. Une grande partie de son charme est conféré par ces deux prunelles héritées de sa mère. Les traits de son visage sont bien marqués, ciselés, très fins. Des lèvres pulpeuses l’agrémentent. Une opulente chevelure d’or rouge croule en cascade jusqu’à mi-dos. Sa démarche est féline, presque chaloupée comme celle d’un marin. Il ne faut pas se fier à son apparente fragilité et son excentricité, c’est une redoutable guerrière. Elle manie avec dextérité le glaive, la lance, la dague et l’épée bâtarde. Pudique quand ça l'arrange, Pyreinth aime se vêtir avec décontraction et dans des tenues favorisant les mouvements. Son confort passe avant tout. Ce qui ne l’empêche pas d’être coquette. Elle adore tout ce qui brille et n’hésite pas à se parer de bracelets, de bagues, de plumes, de chaînettes, de coquillages, de clochettes, de perles et autres colifichets souvent sans valeurs mais qui scintillent pour son bon plaisir. Quelques cicatrices, d'entraînement ou de combat, parsèment son épiderme.

Pyreinth est un être insaisissable, emplie de la joie de vivre et farouchement indépendant. Ses émotions sont exacerbées, quoiqu’il se passe. Pyreinth est un être foncièrement bon mais qui le cache bien. Sa franchise est acérée, parfois brutale et souvent d’une ironie mordante. Il lui arrive fréquemment de manquer de tact.  C’est une jeune femme qui mord dans les plaisirs offerts par la vie et ce sans concessions. Elle veut vivre pleinement, goûter à tout, être curieuse de tout. Rusée, voire calculatrice, elle est dépourvue d’ambiguïtés lorsqu’elle accomplit ses missions. La pitié n’entre jamais en compte. Implacable est le Renard lorsqu’il fond sur une proie. Dotée d’un esprit retors, elle s’emporte facilement, demeure très solitaire et a fait du mensonge un art dans lequel elle excelle… presque. Taquine et malicieuse est la Grande Bâtarde de Feliona. Elle aime rire de tout et souvent au dépend des autres. Elle sait faire preuve d’ouverture d’esprit et ne rejette aucune idée tant que son contraire n’a pas été prouvé. Si elle tient férocement à son libre-arbitre et sa liberté – de mœurs, de pensées et de vie -, son cœur se montre d’une loyauté infaillible si elle croit en une juste cause. Pyreinth, si elle se sait trompée face à plus malin qu’elle, peut se révéler d’une violence extrême. Très rancunière, la Félionienne est une adepte de la vendetta : elle rend coup pour coup. Elle se méfie de tout le monde et de n’importe quoi. Plutôt hautaine et égoïste, elle cultive son ego surdimensionné avec patience et ferveur. Très ambitieuse, elle a tout de même la fâcheuse tendance à foirer systématiquement tout ce qu’elle entreprend. Et lorsqu’elle réussit, ce n’est jamais comme c’était prévu et elle ne le doit qu’à la chance. Elle est aussi particulièrement obstinée. Une fois persuadée qu’elle défend une cause qu’elle croit juste, il est pratiquement impossible de la faire changer d’avis.

La guerre civile a quelque peu assagis la jeune rebelle, surtout depuis qu'elle a laissé de côté le masque triomphal et menteur du Renard - qui lui servait avant tout à masquer sa véritable identité et tout lien de parenté avec la lignée ducale de Huss. En vérité, elle arbore l'identité fictive du Renard, grand contrebandier et mercenaire, que lorsqu'il s'agit de converser avec son réseau dans le milieu de la pègre. Pyreinth a quelque peu changé depuis plusieurs mois. Elle tient à sa place de chevalier et à la nouvelle stabilité du royaume. Elle est également moins prompte à juger autrui sur des ragots. Mais cela ne l'empêche pas de conserver son caractère enjoué et effronté.

Biographie
Pyreinth Phèdra Kendrak Ringvild est née en 1554 dans le Duché de Huss, au cœur du Royaume de Feliona. L’enfant grandit à Uola, entourée de sa mère et de ses oncles, les frères plus âgés de sa génitrice : Uthred le maître d'armes, Altan le tavernier, Edric le poète-troubadour et Leyran le couvreur. Phèdra Kendrak était ce qu'on appellerait plus tard une Inventeuse itinérante, jusqu’à ce qu’elle tomba enceinte et prit le parti d’élever sa fille dans sa ville d’origine. Elle obtint le droit d’ouvrir son propre atelier pour y prendre les commandes de clients fortunés en ville. Elle s’était spécialisée dans le maniement des métaux et leurs alliages, expérimentant différentes formes d’acier et d’usages. On la surnomme encore aujourd’hui la Dame des Épées. La petite Pyreinth fut soigneusement éduquée par des précepteurs grassement payés par Phèdra Kendrak. Rien ne fut laissé au hasard. Pour une enfant roturière, même ayant une mère célèbre, cela semblait surprenant dans le voisinage. Elle apprit à lire, écrire, quelques notions d’Histoire et de politique, un peu de musique pour laquelle elle se désintéressa facilement et le pugilat, cette matière étant enseignée par l’un de ses oncles plutôt doué. L’enfant grandit en solitaire, se bagarrant volontiers avec les enfants pauvres du quartier, se posant en leader parmi la bande et n’hésitant pas à cracher sur les fils de riches nobles venant à passer dans sa rue pour se moquer. A peine pubère, le nom du père de la donzelle lui fut révélé par sa mère. Elle était fille de la Dame des Épées et du Duc de Huss.

Elle apprit presque du même coup qu’elle avait une sœur, d’un an à peine moins âgée qu’elle : Aelia, la véritable héritière du duché. Avec les difficultés financières qui survinrent peu après, Pyreinth commença à envier cette demi-sœur inconnue et cette vie qu’elle n’aurait jamais en tant que fille illégitime. Phèdra Kendrak intégra l’Académie du Savoir et quitta Uola, y laissant à regret sa fille chérie et ses frères. Ce qui ne l’empêcha pas d’envoyer une solide pension à Pyreinth pour que celle-ci tente d’intégrer l’armée prestigieuse du duché. La jeune fille rêvait de conquérir des territoires inconnus et se montrait insolente en dépit de ses bonnes dispositions militaires. Le premier coup de théâtre se produisit lors de l’éclosion d’une ponte d’aigles-rocs. Pyreinth jeta a alors son dévolu sur un avorton albinos à demi aveugle, dont on affirmait qu’il ne passerait pas la nuit. Mais l’animal, non seulement était encore vivant le lendemain, grandit au point de représenter fièrement son espèce, le tout grâce aux bons soins attentionnés de la jeune Pyreinth. Le grand mâle au plumage blanc et aux yeux rouges prit le nom de Vroen.

Malheureusement, son séjour dans l’armée aérienne fut écourté de manière brutale. Pyreinth se montrait insolente, tête-brûlée et supportait mal toute forme d’autorité. Si bien qu’elle se mit à dos la plupart des officiers – quand ceux-ci ne partageaient pas ses faveurs. La jeune femme n’en faisait qu’à sa tête. Et même si ses talents guerriers et la place stratégique de son aigle-roc dans la formation étaient indéniables, on ne put bientôt plus fermer les yeux sur ses activités frauduleuses. Pour goûter au frisson de l’adrénaline au quotidien et arrondir sa solde de chevalier, Pyreinth n’hésitait pas à prendre part à du commerce illicite et à aider quelques receleurs du marché noir local. Elle n’était leur complice que pour leur protection et leur permettre de se cacher. Elle détestait se salir les mains. Dans la plupart de ses missions nocturnes, Vroen ne l’accompagnait pas. Un aigle-roc albinos serait trop repérable. Ils furent découverts et jugés. On déchut la bâtarde de son titre de chevalier. Pyreinth refusait de se laisser faire et d’être peut-être séparée de Vroen. Il lui appartenait, tout comme elle lui appartenait. Ils s’enfuirent, gagnant leur pain par diverses missions ingrates, poursuivant leur route jusqu’à la capitale Felios.

La chance leur sourit enfin. Il y eut un incident près du palais royal. Pyreinth volait soi-disant trop près et fut prise en chasse par des gardes montés sur leurs aigles-rocs. Flattée de leur attention et souhaitant pousser plus loin la provocation, elle les incita à la poursuivre pour savoir qui serait le plus rapide. Vroen allait être rattrapé quand ils passèrent près de la plus grande des terrasses. Le roi Revor Nat Urvan leva les yeux sur la scène et arrêta tout. A la suite d’un long entretien, où les gardes se retinrent à grand peine de ne pas jeter aux fers ou frapper à l’envie l’effrontée, celle-ci fut miraculeusement engagée pour une période d’essai, en tant que palefrenière royale. Elle devrait s’occuper des leçons d’équitation et des montures du jeune prince héritier. Le roi avait été impressionné par sa performance sur le dos de son étrange aigle-roc. Pyreinth saisit sa chance au vol.

Pyreinth se fit rapidement à sa nouvelle vie. La capitale lui offrait des plaisirs inégalés et ses fonctions de Grand Ecuyer une grande liberté de déplacements. Elle sympathisa très vite avec le jeune prince Rannel et sa petite sœur la princesse Cacianne. Pyreinth aimait participer aux divers jeux organisés pour des festivités royales. En bref, elle menait une vie tranquille, jusqu’à ce que Ses Majestés nomme le chevalier en disgrâce membre de la garde personnelle de la famille royale. Pour la première fois de sa vie, Pyreinth comprit qu’il y avait quelque chose de plus grand dans la vie que l’opportunisme pur et simple. Elle comprit le sens du mot honneur et prêta serment d’allégeance et d’indéfectible loyauté au roi, son épouse Sedirice et leurs descendants. Elle jura sur son sang et le peu d’honneur qu’elle possédait de les protéger au péril de sa vie. Car ils avaient été les seuls, en dehors de sa famille maternelle, à reconnaître sa valeur.

Le jour où la famille royale quitta Felios pour un rapide trajet parfaitement anodin, Vroen se montra inexplicablement nerveux. On racontait que parfois les animaux, grâce à un étrange sixième sens, sentaient les dangers venir. Pyreinth aurait mieux fait de l’écouter. Ce fut en tout cas ce qu’elle pensa lorsque la nouvelle de la mort des Nat Urvan lui parvint. La jeune femme en fut effondrée. Non seulement elle perdait les meilleurs protecteurs qu’elle ait jamais eu, mais elle regrettait aussi amèrement de n’avoir pas été là. Le roi et sa famille disparus, qui allait prendre soin du royaume ? Et qui allait prendre la peine de poser un œil bienveillant sur un chevalier déshonoré doublé d’une bâtarde ? Pyreinth quitta Felios peu après les funérailles, se laissant porter par les vastes ailes neigeuses de Vroen au gré du vent, des larmes dévalant ses joues et le goût brûlant de l’impardonnable défaite sur la langue.

Pyreinth et Vroen vécurent, depuis les derniers mois, comme des âmes en peine. Le prestige de leur ancienne charge leur permettait de gagner plus honorablement leur vie. Mais le passé revient toujours au galop. Certains trafiquants n’avaient pas oublié la mercenaire dorée et son aigle-roc albinos. La jeune femme tentait de se racheter un conduite. Ses travers reprirent néanmoins le dessus. Pour arrondir ses maigres revenus, elle accepta de nouveau de servir de laquais et de garde du corps pour des contrebandiers. Elle n’avait pas le choix. Elle revint brièvement sur les terres de Huss mais déchanta lorsqu’elle sut que sa demi-sœur Aelia était devenue duchesse. Une sœur qu’elle détestait par principe et qu’elle jugeait trop arriviste. Pas question de lui apporter le trône sur un plateau ! Elle refusait d’avoir affaire à elle et s’envola pour le duché d’Amecar. Il lui reste encore à y trouver du travail, si possible honnête…

Ellipse des 2 ans
Bien des choses changèrent en Féliona en deux ans. Et dans le cœur du Renard, ce fieffé contrebandier monté sur un aigle-roc blanc, les changements furent encore plus radicaux.

Après avoir quitté la demeure des Peyredragon, pour éviter d’attirer des ennuis à Rafaël et sa famille, après avoir erré dans Felios lors des Fêtes des Lunes, Pyreinth commença à remettre en question les enseignements de sa mère. Elle avait toujours considéré son Inventeuse de mère comme une sainte et ses mots comme une parole divine à suivre absolument. Mais Phèdra Kendrak était en réalité aveuglée par la rivalité naturelle avec les Mages, par son travail et ses inventions en matière d’alliages, au point de ne plus se préoccuper réellement de sa fille unique. Pyreinth avait fait des rencontres qui changeaient sa façon de voir le monde. Et elle avait vu le vrai visage de la guerre.

Contre toute attente, Vroen et elle rentrèrent en Amecar et se mirent au service du duc. Le duo dut batailler pour se faire accepter dans les rangs de l’armée. Mais puisqu’aucune attache ne le reliait à Yliss et que tout lien de parenté était tu avec la lignée ducale de Huss, les gens d’Amecar envisagèrent de s’habituer à la présence de la femme dorée et de son rapace albinos parmi eux. Pyreinth et Vroen combattirent vaillamment. En tant qu’éclaireurs, en tant qu’archère, en tant que bombardier. La jeune femme et son compagnon retrouvèrent leur enseignement de l’académie militaire d’Uola.

Lorsque la demi-sœur de Revor Nat Urvan se révéla, la guerre cessa. Et Pyreinth fut de nouveau sans emploi et sans but. Ses pas les menèrent vers Felios. Au contact de la nouvelle reine, elle se souvint de son serment envers feues Ses Majestés. Au fond, il était toujours valide, même si elle avait déserté et voulu fuir cette partie de sa vie. Elle multiplia les demandes d’audience auprès de Hanaël Nat Urvan, espérant prouver sa valeur et retrouver assez d’honneur pour réintégrer la chevalerie. D’un autre côté, elle renforça ses liens avec la contrebande et les compagnies de mercenaires des environs, faisant jouer son nom de Renard et sa sulfureuse réputation pour gagner leurs faveurs. Un formidable réseau de renseignements s’ouvrait à elle. Parfois avec un sourire, parfois avec un coup de dague, on finissait toujours par lui donner ce qu’elle voulait.

Elle fit également la connaissance du nouveau chef de la garde royale : Ikien Ibos. Par certains aspects, il lui rappelait Rizen Trabis et il forçait son respect – même si l’absence de nouvelles de l’ancien champion royal l’attristait. Le chevalier Ibos la mit à l’épreuve comme jamais personne ne l’avait fait. Pyreinth eut souvent l’envie de tout abandonner et de retourner à sa vie sauvage. Seulement, si elle cédait de nouveau à ses mauvais penchants, cela serait sans retour. Finalement, elle fut adoubée par la reine en personne et redevint un chevalier de Féliona. Pyreinth aimerait croire que sa valeur est enfin reconnue. Cependant, un doute subsiste. Et si on l’avait réintégrée pour d’obscures raisons ? Parce qu’elle est la demi-sœur bâtarde d’Aelia Ringvild, duchesse de Huss, par exemple ? Ou pire encore…

Informations IRL
▬ Pseudo : Persée
▬ Âge : 22 ans
▬ Comment avez-vous connu le forum ? Abonnée à la V1
▬ Quel code se cache dans le règlement ? OK by Solyma
▬ Comment était surnommé la nouvelle Reine de Feliona, avant d'être couronnée ? OK by Solyma

_________________

" Ma parole, des engins comme vous, cela devrait être fourni avec une notice ! "
" Je ne pense pas que deux trous-du-cul soient plus efficaces qu’un seul. "
" La politique, j’en connais qu’une : un soldat pour trente péquenots ;
et le premier bouseux qui se plaint des taxes, on lui coupe un pied ! "
Léodagan, Kaamelott
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.org/index.php
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Pyreinth Kendrak Ven 25 Déc - 22:59

Ho ! le retour de Pyr qui balise XD

Elle a peu raison vu la réputation de sa nouvelle patronne XD

FICHE VALIDÉE
"C'est partie pour le Grand Voyage ! Découvrons Sorëan et l'Arche tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur L'Arche de Sorëan et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants, ainsi que d'aller recenser ton groupe et ton métier.
De plus, n'oublie pas de remplir ton Profil s'il te plait ! Il te faudra aussi activer la partie "Information Roleplay" !

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: Identification :: Présentations :: Fiches validées :: Les Felioniens :: Pyreinth Kendrak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: