L'arche de Sorëan :: La Terre des Discussions :: Archives V1 :: Fiches refusées ou abandonnées :: Marc Beauclerk D'Ylliss, noble de Felonia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Marc Beauclerk D'Ylliss, noble de Felonia Mar 23 Juil - 23:33

Marc Beauclerk d’Ylliss
IDENTITÉ

[ Dracule Mihawk ~ One Piece ]
Nom : Beauclerk d’Ylliss
Prénom : Marc
Age : 31 ans
Sexe : Masculin

INFORMATIONS IMPORTANTES

Groupe :   Felionien
Métier ou fonction : Armateur, commerçant, capitaine et accessoirement duc
Origine :  Sorëan
Nationalité :  Felonia


CARACTÈRE
Bla Bla

PHYSIQUE

En fin d’une douce matinée  d’été, dans une des chambres de la taverne ’’la Sirène Mutilée’’, Marc était allongé de tous son long dans un grand lit deux places fixant le plafond perdu dans ses pensées, aussi nu que le jour de sa naissance. Une jeune femme quasiment nu elle aussi le rejoignit aux milieux des draps défait, s’allongent a ses cotés en laissant sa main remonter le long du torse musclé du duc, passant ses doigts sur ses muscles ferme…

-Tu a beaucoup de vielle cicatrice mon beau… mais celle-ci semble plus récente que les autres…

Passant sont doigt fin sur la fine cicatrice barrant le torse de sa clavicule jusqu’aux milieux de l’abdomen, d’une couleur rouge preuve qu’elle était plus recente les quelques autres. A peine eut elle remonté de quelque centimètres que le jeune homme saisi son poignet, fortement à voir le petit rictus de douleur qui se dessina sur son visage. Relâchant quasiment immédiatement sa prise…

- Excuse-moi… Elle représente un mauvais souvenir

- … La vie de marin est dangereuse… Piraterie ?...

Souriant, le duc se redressa et sortis du lit d’un bon, faisant preuve de son habituelle souplesse, prenant la bouteille qu’il avait monté la veille. Buvant une lampé de la forte boisson qu’elle contenait en observant son visage dans la glace Réarrangent ses cheveux noir encore rabattu comme à son habitude mais sa barbe habituellement finement dessiné avait besoin d’une bonne taille… Il passa sa mains sur sa peau, étonnamment peux marquer par la rudesse du métier de marin…

- Oui, c’est à une petite garce que je dois ça...

- J’ai du mal à imaginer ça… Tu m’a pourtant prouver disposer d’une force et d’une vigueur redoutable cette nuit…

Marc eu un petit air surpris avant de rire à la remarque. Saisissant et se coiffant de son chapeau garnie de plume en prenant une pose de fanfarons, le pied triomphalement poser sur le pied de lit qu’il dominait de son mètre quatre-vingt de haut.

- Et encore, tu n’as rien vus encore… je suis capable de bien mieux que ça.

La jeune femme se mis rire, prenant un pose provocante en passant la main sur son corps…

- Prouve le dans ce cas… j’ai toute la journée de libre moi…


Le duc sourit, ramassant sa chemise de lin en l’enfilant négligemment…

- Moi pas malheureusement… il va falloir remettre ça a une prochaine fois ma jolie.

- A d’autre, tu m’oublieras à peine la porte passé.

Enfilant son pantalon, Marc serra son ceinturon en enfilant ses grosses bottes en cuir avant de saisir le reste de ses effets, se résumant à sa longue veste et son sabre d’abordage finement décoré.

- Bien sûr que non, j’attendrai ma prochaine escale pour ça…

Esquivant l’oreiller balancé vers sa tête avant de s’éclipser de la pièce sous les injures de la fille qui avait encore un minimum de fierté. Claquant la porte en riant, le duc repartis vers le port, la marée ne l’attendrait pas…
HISTOIRE

« -- Extrait du journal de l’ancien duc d’Ylliss -- »

‘‘-- 14 du mois de l’eau 1550 –

.   Nous sommes malgré tous rentré saint et sauf, une fois encore, après un début de journée des plus favorables. Un fort vent arrière nous a permis d’avoir le port Saphir en vus largement avant que le soleil n’atteigne son zénith. Nous rapportons une grande quantité d’épice, produit manufacturé et de soierie, j’espère en tirer un bon prix auprès de la noblesse de Felonia, j’espère  cela compensera les pertes tant humaines que matériel que nous avons subi face au pirate qui devienne de plus en plus hardis. Mais j’ai eu en ce jour une bonne raison de me réjouir, une missive m’est arrivé peu de temps après notre accostage. A peine quelques secondes après l’avoir parcourus, j’ai délégué mes taches à mon second pour me précipiter chez moi, ouvrant a grande volée ma porte d’entrée pour gravir quatre à quatre les marche menant à ma chambre à coucher. Reprenant mon souffle un instant devant la porte, j’ai ensuite toquée a la porte, attendant un réponse avec impatience…

.   Les quelques seconde qui suivre me parure interminable, alors que maltraitait nerveusement un de mes gant, une voix que je reconnaîtrais entre mille m’invita a entré. Expirant une dernière fois avant d’ouvrir et de passer la porte. Le plus beau spectacle de ma vie s’offrit a moi, celle de ma tendre épouse, assise dans le lit, occuper à donner le sein à notre premier enfant. Je fus vite ramener à la réalité quand le regard noir de la dame plongea dans le mien, lançant un cinglant « Vous êtes en retard mon époux, il est né voilà trois jours… ». J’en fus tellement surpris que je n’ai pu que me confondre en excuse auxquelles elle sourit et me fis signe de la tête de la rejoindre comme seul réponse. Me hâtant auprès d’elle je pus enfin voir  notre enfant. « Notre petit Marc est en parfaite santé, il a d’ailleurs un appétit féroce… ». Un fils, et comme nous l’avions décidé de longue date, si nous avions un garçon, il portait le nom de Marc…


-- 27 du mois du feu 1556 –

.   J’ai enfin eu une journée de tranquillité que j’ai pu passer en compagnie de ma femme et de mon fils. Je m’étonne chaque jour de la vitesse à laquelle il grandi et progresse. Et oui, cela fait maintenant quelque mois que ses précepteurs ont commencé à lui apprendre les bases de l’écriture, du dessin et de l’interprétation des cartes navales. Avec une forte préférence pour celle-ci, comme tous ce qui se rapproche de près ou de loin à la navigation. Il passe toujours de long moment à observer les navires qui font des allers et retours dans le port de Saphir, toujours aussi passionner par les bateaux. Il s’amuse d’ailleurs a m’en récité les différentes origines pendant les repas, au grand damne de sa mère qui aimerai le voir parler de chose plus de son âge. Mais malheureusement, il ne peut fréquenter que peux d’enfant de son âge à cause de son titre, rien d’étonnant a ce qu’il s’intéresse à d’autre chose… J’ai d’ailleurs commencé à lui apprendre les bases du combat, j’y ai d’ailleurs pris un grand plaisir et j’espère le voir progresser rapidement… Il y a d’ailleurs une autre nouvelle que j’ai apprise une fois la nuit venus, car ma douce m’a glisser qu’elle avait un important retard sur ca période d’indisposition…

-- 21 du mois de l’eau 1557 –

.   Cette journée commençait pas si mal, j’ai dû me lever très tôt pour terminer les affaires courantes du duché, ainsi que les problèmes de ‘‘voisinage’’ avec les duchés voisin. Laissant mon épouse et son ventre arrondi par sa grosse en proie au sommeil. Mais les discutions furent de courte durée lorsqu’une femme de chambre entra en trombe, bloquer par la garde en éructant mon nom… La reconnaissant, j’ordonnais au garde de la lâcher. Elle se précipitât vers moi, m’annoncent de but en blanc que ma femme avait perdu les eaux que le travail allait commencer et qu’elle mettrait ses menaces a exécutions si je ne ramenais pas mes fesse immédiatement auprès d’elle… M’excusant platement auprès des nobles ayant fait le déplacement, je me précipitais pour vivre ce qui fut un des pires moments de ma vie… Le spectacle d’une naissance est vraiment quelque chose d’horrible, ponctué par les cris et l’effervescence des femmes présente… Ma pauvre main pus également constaté que la poigne de ma douce Valentine n’avait rien à envier à celle d’un vieux marin aguerris… Je préfère jeter un voile sur ce qui a suivi, rien que d’y penser me donne des remonter peu ragoutante… La seul chose que j’en retiens est que malgré mon aptitude à garder une certaine dignité et maintenir les apparences, je préférais partir en mer affronter une horde de monstre marin chevaucher par des pirate et des démons en tous genre plutôt de que revivre ça…

.   Mais passons sur cet épisode fâcheux, je suis finalement le plus heureux des hommes, car la petite Florence est venus agrandir notre famille. Ma femme est au ange, elle désirait tant une petite fille, elle se repose tranquillement dans notre chambre, serrant la petite nouveau-né. Marc à passer un peu de temps avec elles d’ailleurs, tous curieux qu’il était de cet évènement. Il dort tranquillement lui aussi, quant à moi, je vais rester un peu seul dans mon bureau a tenir compagnie a ma bouteille…

-- 40 du mois de l’eau 1563 –

.   Cette journée est très importante pour moi, car elle représente quelque chose pour laquelle je suis particulièrement fière. Mon fils Marc va enfin embarquer comme marin et commencer à apprendre de façon pratique, le fait que très peut connaisse son visage est un gros avantage car seul le capitaine et quelques officiers sont au courant de sa vrai identité. J’espère qu’en le faisant embarquer en tant que marin aussi jeune il pourra s’endurcir asse pour supporter la lourde tacher qui l’attendra en tant que future duc d’Ylliss… En tous cas, Marc a fait preuve d’une motivation et d’un empressement marqué, au grand damne de mon épouse… J’espère que les deux mois de voyage qui m’attende apaiserons son humeur… Je vais d’ailleurs pouvoir voir ce que donne mon fils en situation réel, puisque le navire dans lequel il embarque est un des navires marchands qui doivent partir avec le mien. Je pense lui avoir fournis ce qu’il fallait pour s’en sortir… Il est d’ailleurs devenus très doué a l’épée, commencent déjà à me mettre en difficulté de plus en plus souvent, il semble beaucoup s’entrainer seul, je l’ai surpris en plein exercice la dernière fois que je suis rentré d’ailleurs.

-- 17 du mois de la foudre 1569 –

.   Un autre jour à marquer d’une pierre blanche dans la vie de mon fils, après à peine sept ans de navigation où il prouva sa valeur à plusieurs reprises, fut promût navigateur. Je suis sa carrière depuis des années de très près, ayant des entrevus avec le capitaine de son navire, qui se trouve être un ami de longue date. Il m’a conté comment il se comportait en mer, m’apprenant que les leçons qu’il a suivie avait porté leurs fruits. Bien sûr, il y eu des haut et des bas, comme cette fois il y a deux ans où il fut blesser lors d’une attaque de pirate, rentrant avec une fièvre de cheval… Il du garder le lit pendant presque une semaine, semaine pendant laquelle Valentine m’assailli de reproche, au point que j’en pris une chambre à part dans la résidence… Mais il eut quand même de la chance car oui, il doit cette promotion à la maladie qui emporta l’ancien navigateur, proposant au capitaine de prendre sa place le temps rentré, mettant en avant les capacités qu’il avait acquise lors de ses leçons, qu’il continuait de suivre entre chaque départ…. Il y suivait également, avec moins d’entrain certes, les leçons pour pouvoir remplir ses futures fonctions de duc.

.   Le carré d’officier ainsi que le capitaine furent très étonné par les capacités exceptionnel dont Marc fit preuve, guidant le navire avec une adresse étonnante pour son âge et le ramenant à bon port malgré les dommages subit par le navire lord d’une tempête. Il y a d’ailleurs gagné en assurance, obtenant une grande confiance de la part de ses camarades. J’espère que cela continueras dans ce sens pour lui.


-- 35 du mois du feu 1570 –
.   Je ne pense pas écrire grand-chose dans ce journal aujourd’hui, cela fait d’ailleurs quelque jour que je le néglige… L’état de santé de ma Valentine ne cessait de décliné depuis quelque temps, elle essayait de le cacher mais je le savais… Depuis que cette maladie s’est déclarée, je voyais que son appétit déclinait, elle maigrissait a vue d’œil. Sur la fin, elle perdait même des cheveux par poigné, tentant de le cacher par tous les moyens, portant des coiffes et des chapeaux… Malgré la peine et la douleur, je continuais de faire semblant de ne rien voir, j’avais interrogé son médecin qui finit par m’avouer qu’elle était condamner… Rien ne pouvait la sauver, malgré les recherches et les différents médecins qu’elle avait vus lors de mes absences… Il n’y avait plus rien à faire…A part attendre et passer le plus de temps possible avec elle…

-- 32 du mois de la lune 1570 –

.   C’est avec une certaine détresse que j’écris ses quelques mots, après avoir fini par avoué sa maladie il y a quelque temps déjà, ma chère Valentine s’est éteinte juste après avoir eu ses 39 ans… Ses funérailles auront lieu dans trois jours, normalement, Marc devrait être rentré pour y assister…

-- 19 du mois du soleil 1571 –

. Voici maintenant plusieurs mois que ma femme nous a quitté, la vie a repris son cour malgré tous. J’ai eu peu de nouvelle de Marc, il semble très occuper par son travail de navigateur et passe son temps libre à travailler pour la compagnie d’armateur familial. Ceci combiné à mes propres devoirs, je l’ai à peine croisé depuis quelque mois… Le plus gros des problèmes, c’est que le duché est en ce moment confronté à une grosse recrudescence de piraterie. Je prévois pour contre cela d’armer de nombreux capitaines corsaire, j’ai fait en sorte qu’il dispose de vaisseaux rapide et manœuvrant pour facilités les interceptions. J’ai également augmenté leurs droits sur leurs prises ainsi que les récompenses pour la capture des pirates. J’essaie également de rassembler un maximum d’information sur leurs différents repaires. J’ai en ce sens missionner plusieurs espions et ai ordonné de rassembler puis de remonter à la source les rumeurs qui cour sur certain lieux de recèles ou de commerces peu scrupuleux où ses forbans seraient susceptible de se rassembler ou d’écouler leurs prises.

-- 21 du mois du vent 1571 –

.   Une autre tragédie a frapper ma famille, voilà plus de une semaine que nous somme sans nouvelle du vaisseau de Marc, perdu corps et bien dans une tempête. Seul une partie de la mature et de son chargement ont été retrouvé. Les quelque survivants pris dans débris nous on raconter les derniers moments à bord ou tout n’était que panique, craquement de boit maltraiter, le vent hurlent comme un démon alors que les hommes essayait de sauver le navire, luttant de toute leur force contre les éléments. La plupart des survivant étant des hommes éjecter du navire, j’ai ordonné une recherche approfondie des survivants et prie Woda que mon chère fils ai pu y survivre également….

-- 39 du mois du vent 1571 –

.   Un véritable miracle vient de se produire, mes prière ont été entendu, mon fils est revenu hier à la maison. Je n’ai pas pus écrire cela hier, trop occuper avec mon miraculé pour lui prêter la moindre attention. Le récit de Marc fut passionnant, ayant eu la chance de se réveiller sur une plage déserte d’une petite ile. Il y passa quelque temps, se remettant de quelques blessures légères en se nourrissant de fruits et petit animaux capturé sur place. Réalisant qu’aucun navire ne passerait proche de cet endroit, il bricola un radeau à partir d’épaves échoué en même temps que lui, essayant de rejoindre une voie de navigation fréquenté… Il tenta le tout pour le tous, se guidant avec les étoile et d’après ses souvenirs des carte du coin. Marc passa plusieurs jours sur cette embarcation de fortune, survivant grâce au vivre récolter avant le départ. Finissant par apercevoir un navire au pavillon allié, il n’hésita pas à tenter le tous pour le tous, se rapprochant au maximum, finissant même par mettre le feu a son radeau pour signaler sa position. Expliquant sa situation, il réussis a rentre en changeant de bateau dès le premier port ou le navire s’arrêta.

-- 43 du mois de la foudre 1573 –

. La chasse au pirate intensive que je mène depuis presque deux ans commence à porter ses fruits. Les grandes potences aux entrées des grands ports du duché sont couramment alimenté en nouveaux locataires, portant chacun le sceau de la condamnation à mort pour piraterie, un exemple clair et sans pincette de ce qui attend toute personne s’adonnant à ce métier. Mon fils est d’ailleurs devenu un des principaux acteurs de cette réussite, mettant son talent au service du duché en tant que capitaine d’un vaisseau d’escorte pour les grands convois maritimes, s’adonnant à la chasse et mise à sac de leur repaire quand le temps le lui permet. Il eut la brillante idée de ne prendre qu’un petit navire rapide, lui permettant certes, d’embarquer qu’une petite quantité d’hommes, mais surtout de les poursuivre avec efficacité et discrétion, repérant leur tanière pour revenir avec une force d’attaque terrestre et éliminer en force la menace.

-- 13 du mois de la terre 1574 –

. Cela me parait étrange d’écrire ses quelques lignes dans ce journal… Je viens d’en parcourir un petit aperçu au travers des différents tomes et j’en apprends plus sur l’homme que fut mon père. Car oui, comme les quelques très rares personnes qui lirons ses lignes s’en doutes, ce n’est plus mon père, le regretter (…) Beauclerk d’Ylliss qui laisse sa plume parcourir ses pages. La raison en est simple, le duc d’Ylliss n’est plus… Ca me parait étrange d’écrire ça, que la figure paternelle que j’ai toujours connu a disparue définitivement… Mais les responsable paieront de leur vie cette perte, je le jure sur mon nom que je n’aurai de repos tant que ses gibier de potence ne se balancerons au bout d’une corde….

.   Car oui, c’est suite à une attaque de quelque forban avide de richesses que mon père perdit la vie… Certain penseront qu’il a eu une belle mort mais je ne peux m’empêcher de penser que ce n’est qu’un grand gâchis…


Et voilà, je venais de refermer le lourd tome relié de cuir, le déposant sur le bureau qui restera toujours, même des années après sa mort, le bureau de mon père. Tournant dans le fauteuil de bois garnis de cuir noir élimé par le temps pour me tourner vers la grande fenêtre du bureau, donnant une vue imprenable sur le port de Saphir dévoré par la pénombre du soir tombant. Je plongeais mon regard sur les quais, apercevant la lueur les gargotes pleine de marin extenués venus dépenser leur maigre solde et me mis à repenser à la suite des événements… Je n’ai jamais aimé conter ma vie comme mon père, se fut donc les seuls mots que j’y ai écrits. Les débuts furent plutôt durs pour moi, même si j’avais été préparé à assumer mon devoir de duc depuis longtemps, je n’étais pas plus presser que ça de les remplir…

Je dus abandonner mon navire, ainsi que mes fonction de capitaine corsaire, prendre la suite de mon père aussi soudainement ne me laissant aucun temps morts pendant plus de deux ans… Faire fructifier les ressource du duché fur mes priorités, ainsi que sa sécurité… La chasse au pirate fus encourager par l’engagement de mercenaire mage sur les convois clés, il fallait à tous prix maintenir la pression sur les hors la loi, même si les richesses convoyer par l’imposante flotte marchande d’Ylliss attiserait toujours les convoitises, peut-être même ceux d’un pays voisin… Yliss représentant la force navale du royaume de Felonia, il fallait qu’elle soit à la hauteur. En ce sens, je me mis à chercher d’autre solution, je commençais par faire développer de nouveaux navires d’escorte et de transport. En ce sens, une grande zone du chantier naval fut consacrée au développement de ses nouveautés, ainsi qu’un quartier dédié pour les recherches sur les techniques et les armements associé. Pour attirer les bonnes personnes j’utilisais la meilleure arme dont je disposais, l’argent. J’accordais d’important crédit à cette caste encore jeune, les inventeurs. J’eu régulièrement des déconvenues, passant d’idée saugrenu ou irréalisable aux vraies améliorations. Certain ont modifié la forme des coques, travaillant sur quelque chose comme ‘’réduire la résistance de l’eau’’, d’autre la voilure, forme, nombre, système de redirection des mat… Certain ont eu de bonne idée, comme de monté une arbalète de très grande dimension sur le château arrière ou avant d’un navire pour harponner les coques des navires ennemis…

Le temps passa, le monde continuait à tourner et le duché a prospéré du commerce avec ses voisins. Je m’arrangeai pour entretenir de bonne relation avec ses pays comme avec les duchés voisin, faisant des visite de courtoisie en personne au plus important client, voyagent beaucoup à travers le continent, découvrant de nouvelle chose et de nouveau commerce à importer. Il y eu pas mal de problème aussi… Une des plus marquantes fut une attaque de pirate mené par une capitaine mage… Elle est d’ailleurs celle qui m’a laissé une belle balafre sur le torse…Ce fut un assaut violent, son navire navigant d’une façon inhabituelle… voire impossible a réaliser sans utiliser ses tours … Malheureusement, je ne compris ça que trop tard, esquivant les navires d’escorte pour donner l’assaut directement sur mon propre navire, elle envoya ses homme à l’abordage, commençant son attaque. Mais cette catin ne s’attendait pas à une garde renforcer pour ma personne à bord, je ne me fit pas prier d’ailleurs pour rejoindre le combat. C’est à ce moment que je l’ai croisé, elle me défiait avec une rage et une haine presque palpable, même si j’en ignore toujours la raison. Le duel commença, un duel que j’aurai remporté sans ses tours déloyales… Me blessant dans sa fuite, tout en me délestant de mon pendentif, un cadeau de ma sœur… Sa tête fut mise à prix et une missive à la tour des mages fut envoyer pour les prévenir de ce renégat… Certain jour, je me dis que ressasser cette histoire est idiot, ce pendentif n’a que peu de valeur en fait… C’est plus par principe en fait, je déteste que l’on me vole personnellement et me blesse… Pour ça, je détacherais personnellement sa tête de ses épaules…. Ou la ferait pendre… je n’ai pas encore choisis…

En plus du commerce, la politique interne ainsi que le conseil des trois duc, uni sous la houlette du roi de Felonia occupait une grande partie de mon temps restant… Quand j’y suis arrivé, j’étais considéré comme un jeune gamin sans grande expérience, le fait que mon père me tenait eloigner pendant de l



Je dus également gérer les relations avec les deux autres grands duchés de Felonia, je me rendis aussi vite compte en les visitant lors des rencontres de courtoisie et des visite au roi dans la capital qu’Ylliss avait un grave déficits en force armé cappable de déffendre






DE TOI A NOUS DIS NOUS TOUT
Pseudo : Red Eyes
Age : 27 fin aout ==’
Comment avez-vous connu le forum ?par des amis.
Qu’en pensez-vous ? vraiment complet et en même temps suffisamment ouvert et libre pour faire ce que l’on désire dessus.
Code : L'Arche s'est planté, like a boss !
Quel était le nom de l'empereur lors de la période du règne des deux impératrices ? c'est Grenn Nat Eiran

Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Marc Beauclerk D'Ylliss, noble de Felonia Ven 30 Aoû - 18:09

Bonjour, tu avances ?
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: La Terre des Discussions :: Archives V1 :: Fiches refusées ou abandonnées :: Marc Beauclerk D'Ylliss, noble de Felonia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: