Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Keldahn Tiergas Mer 24 Juil - 20:42

Tiergas Keldahn
IDENTITÉ

Nom : Tiergas
Prénom : Keldahn
Surnom : Kel' pour sa sœur. Ceux que lui trouvent les autres ne l'intéressent pas.
Age : 47 ans.
Sexe : Masculin.
INFORMATIONS IMPORTANTES

Groupe :  Peuple des glaces.
Métier ou fonction : Marchand d'armes... Et d'amour.
Origine : Sorëan.
Nationalité : Le royaume des glaces.
CARACTÈRE


~ Faîtes l'amour, pas la guerre... Dans les deux cas, il te faudra payer.

A l'instar de son peuple, Keldahn est froid envers les inconnus, qu'ils soient de Soréän voire des Terriens s'il venait à en rencontrer. Peu causant, il n'engagera pas volontiers la conversation, direct, répondant avec simplicité... Guère encourageant pour une discussion en somme. Ensuite bien sûr, dans le cas d'une transaction, s'il est question d'arme, il décrira comme il le doit ses articles, en faisant démonstration... Il s'agit d'une des voies permettant de connaître rapidement une discussion agréable et vivante avec lui, où il ne donnera plus l'impression que plus vite la personne sera partie, et mieux il s'en portera... Mais s'il est question d'une étreinte... Là est un point extrêmement sensible du personnage. Il exposera son prix, sans accepter aucun marchandage, se montrera complètement insensible dans ses propos... Et prendra sans doute par surprise la cliente alors qu'il sera d'une incroyable douceur durant l'étreinte, tout en refusant toute parole. Après quoi il quittera la couche, toujours sans un mot, adressera une parole polie à la cliente sur le départ, sans faire montre de davantage d'émotion à son égard qu'avant. Mais qu'une femme tente de lui tirer de l'affection pendant ou après, et il se montrera alors hostile, agressif. Une étreinte, il n'offre qu'une nuit avec lui, pas de l'affection autre que celle au cours de l'acte.

La froideur évoquée dans le relationnel se retrouve aussi quant il est question d'actes. Sans illusions, volontiers sarcastiques et blessants sur ces sujets, Keldahn ne cachera pas son opinion si la question lui est posée devant le fait accompli : la mort est une réalité qu'il accepte, dont il est le responsable quand lui, sa soeur ou son commerce est menacé, et oui, toute relation sexuelle est totalement dénuée de sentiments avec lui, d'où qu'il en fasse commerce puisqu'en tant qu'homme, il est plutôt recherché. Bien sûr, son devoir est de donner des enfants à bien des femmes des glaces... Mais il n'est dit nul part qu'il est forcé de le faire en toute occasion, et sans rétribution. Il se plie à la tradition... Tout en y mettant ses conditions.

Peut-être certaines le saisiront enfin, cet étrange malaise qu'il dégage à demeurer froid, voire tendu presque, quand il discute d'autre chose que d'arme et du beau temps avec une inconnue. En effet, Keldahn pourrait être dit misogyne, bien qu'il le cache le plus souvent derrière son masque impassible. Offrir son corps à des femmes, pour que celles-ci puissent enfanter... Le lot des hommes des glaces, devenu un peu de son gagne-pain, et mais surtout ce qu'il hait le plus dans son existence, et dans la société dans laquelle il vit. Celles n'ayant aucun lien avec lui risquent bien souvent de se heurter à ce rejet, mais si elles parviennent à passer outre, à se faire accepter de lui, alors elles feront la connaissance de celui qui se rapproche le plus du Keldahn de son enfance.

Dévoué envers ceux qui lui sont chers, soit aujourd'hui sa demi-soeur Ryehl, Keldahn est un peu plus enjoué (il s'éloigne légèrement du zéro absolu). Sans aller sortir un trait d'esprit toute les minutes, il glissera quelques fois d'ironiques réflexions trahissant son amusement... Ou son envie de blesser la personne en face de lui. Plus enclin à être agréable dans l'intimité d'une marche dans les plaines gelées, discret dans ses manières et ses attentions, il n'en fait pas moins sentir sa présence, disposant ce dont à besoin la personne appréciée, comme "devinant" ses besoins une fois qu'il la connait. Désintéressé, il n'attendra pas de remerciements, appréciant simplement la présence de quelqu'un qu'il apprécie. Patient, il peut néanmoins s'emporter et se montrer désagréable, voire blessant quand le sujet des femmes, et de son "devoir" d'homme des glaces sont évoqués. Quant à si quelqu'un pense pouvoir lui faire rendre des comptes... C'est le meilleur moyen de se faire claquer la porte au nez. Toute insistance sera réprimée à coup de sous-entendus venimeux. Que la majorité de ses interlocuteurs soient de sexe féminin ne l'a jamais empêché, ni fait se sentir coupable, alors qu'il en faisait blêmir plus d'une et parfois partir en pleurs. Donc oui, certaines ayant eu affaire à lui le qualifie de "salaud sans cœur". Mais aborder avec lui ses sentiments est une pente extrêmement glissante.
PHYSIQUE

~ C'est cela que t'as payé ton or, pas mon affection.

Ses cheveux noires noués sur les côtés et lui descendant jusque dans le bas de la nuque, laissant dégagé son front qui s'arrête sur deux fins sourcils. En dessous encore, deux yeux d'un bleu pure et pâle à la fois, séparés par un nez peut-être un rien trop massif d'après des standards féminins, mais normal puisqu'il n'en est pas une. Des lèvres presque pulpeuses, et des joues parfaitement lisses, qui s'achèvent sur une mâchoire douce et un menton fin... Un visage de femme. Un visage d'homme des glaces.

Néanmoins, contrastant avec l'élégance vestimentaire habituelle des siens, Keldahn s'habille d'une manière que l'on qualifie alors de "sauvage", et qui passerait pour banale dans les royaumes humains : de cuir et de tissus qu'usent temps, intempéries, et coups. Il arbore une armure faite de la peau tannée d'une créature qui ne craint pas le froid du royaume, lui couvrant torse - qu'il a plat, malgré ce que présageait sa face - jusqu'au genoux, s'interrompant pour mieux céder la place à des bottes de peau semblables, quoique plus sombre. En bandoulière, une lanière de cuir où sont accrochés plusieurs couteaux de lancer; à sa hanche, un fourreau contenant son épée. Mais son armement varie selon les occasions et les besoins, sa carriole ne manquant pas d'articles, pour lesquels il a déjà fait couler le sang.

Sous cette armure se trouve un corps d'un mètre quatre-vingt, svelte et finement musclé, à la taille mince, à la peau d'un bleu claire. Ses activités martiales et ses voyages réguliers sont à l'origine de son endurance. Quant à son corps fin, ses ascendances d'homme des glaces n'y sont sans doute pas pour rien. Ses mains en apparence graciles se révèlent pleines de cals, du fait de son maniement des armes réguliers. N'ayant pas subit de blessures sévères, son corps est encore vierge de toute cicatrice remarquable autre que les quelques résidus des jeux d'enfance, dans un paysage de glace et de neige mêlée.

En mouvement, Keldahn fait montre d'une même grâce que les femmes qui l'entourent, le garçonnet qu'il était s'étant joint sans hésiter avec ses sœurs et demi-sœurs afin d'apprendre la danse glacière. Economie de mouvements, l'impression d'un puissance retenue... Mais cette élégance involontaire manque voler en éclat à chaque fois qu'il s'emporte contre une femme des glaces, au profit d'une violence bien peu commune dans le royaume.

La voix de Keldahn est plus basse que les femmes, agréable à l'écoute et très douce... Cependant, tout cela est aisément effacé par la froideur qu'elle exprime souvent, dissimulant tout juste son déplaisir en la présence d'une certaine personne, ou des propos tenus. Il est rare de l'entendre rire : il ne se laisse ainsi aller en général qu'en présence de sa soeur.

HISTOIRE


~ Quand les miens évoquent ma naissance, ils - elles - parlent d'une bénédiction. Moi, je n'y vois qu'une malédiction, que je suis le seul à subir... Et elles ne peuvent - ne veulent ! - le comprendre, car elle leur est vitale.
Pensée de Keldahn


Un garçon naquit, dans un village du royaume des glaces, aux pieds des Flèches Blanches occidentales. Et tous les habitantes furent ravies à cette nouvelle, alors que la sage-femme portait le nourrisson à sa mère, leur deux visages se penchant sur lui avec bienveillance et une indescriptible joie.

Si Keldahn avait déjà été éveillé à son esprit d'adulte, il eut sûrement pensé : "Te voilà venu au monde, Keldahn. Tu as droit aux sourires de tes geôlières. Bienvenue dans ta prison de glace."

Mais bien sûr, il n'était qu'un bébé tout juste né, et ce genres de pensées ne lui venaient pas. Elles ne commencèrent à pointer le bout de leur nez empoisonné que vers l'adolescence. L'adolescence. Le moment où tout homme de glace, qu'il ait vécu heureux jusque là ou non, saisit enfin la signification de tout ce qui lui a été dit au cours de son enfance, et de son "devoir" d'homme des glaces. L'adolescence.

Jusqu'à ce jour-la, il avait vécu heureux, un enfant doux et tendre qui jouait avec la horde de sœurs et de demi-sœurs qu'il avait - à disposition, si j'ose dire -. Quand sa mère et ses tantes lui refusaient d'aller jouer avec ses sœurs les plus imprudentes - pour le protéger, disaient-elles -, il ne pouvait que faire la moue, sans les faire pour autant céder. Quelque fois, il était confié spécialement à Ryehl, sa plus grande demi-sœur, de dix ans son ainée, pour qu'il prenne exemple sur l'attitude de l'apprentie forgeronne. En effet, le village se trouvant au pieds des Flèches, il commerçait souvent avec ceux plus en hauteur qui exploitaient quelques mines. Leurs forges n'étaient donc jamais à court de minerai, approvisionnant en outils et en armes les villages supérieurs qui se réservaient pour la mine, et l'une des forgeronnes des lieux avait choisi Ryehl pour apprentie, celle-ci se passionnant vite pour cela.

Ainsi, elle avait souvent eu, tout en reproduisant avec application les gestes de sa mentor, à garder un œil sur l'enfant chéri du village, triste de n'avoir pu suivre à l'aventure ses autres sœurs. Mais Ryehl trouva une parade à cette tristesse, et alors qu'elle réalisait une toute petite dague qui tira un sourire de satisfaction de la forgeronne expérimentée, elle proposa au petit Keldahn de l'essayer. Aussi bien le petit que la femme plus âgée écarquillèrent les yeux. L'apprentie proposa de voir si l'enfant se sentait à l'aise avec l'arme, elle-même allant veiller sur chacun de ses mouvements de la danse glacière, qu'il apprenait petit à petit. Et Keldahn fut ravi quand l'adulte accepta, et qu'il gagnait sans le savoir le poste "d'essaye tout" de Ryehl, qui lui réserva pendant toutes les années qui suivirent "l'honneur" de tester les armes qu'elle réalisait.

Cela ajouta à ses occupations d'enfant des glaces, garçon parmi une myriade de filles nées parfois de même père, parfois non, de passer des moments privilégier avec l'une d'elle. Réservée mais enjouée avec lui, il eut une fois une discussion innocente avec elle, qui ne prendrait un sombre sens que bien des années plus tard.

"Et quand moi je partirais, je ferais plein d'enfants avec des femmes ?
- Oui Keldahn, en tant qu'homme tu le feras.
- Et quand un homme viendra, tu auras plein d'enfants avec lui ?
- Oh oui Keldahn, j'aurais des enfants... Mais tu resteras toujours mon préféré !"


Et elle avait si doucement rit en disant cela, et il avait tant souri, et la forgeronne avait levé les yeux vers les dieux avec un sourire en coin...

Puis des années plus tard, à l'adolescence, il lui avait fallu partir, laissant derrière lui sa mère aimante, ses sœurs et demi-sœurs taquines, et sa chère Ryehl. Il se sentit un peu perdu en regardant le village s'éloigner, et tous ces visages qu'il aimait et connaissait, alors qu'il cahotait dans la charrette tirée par les Edoux (Edoc* au singulier) qui le menait vers son nouveau chez lui, un village non loin du premier... Mais un autre quand même. Le hasard - ou Woda ? - voulut que son départ coïncide avec l'arrivée d'un homme parmi les siens. Du moins partit-il avec l'image du sourire timide et plein d'espoir de Ryehl, perdue parmi toutes les autres.

Il fut triste.

D'abord enchanté, alors qu'il était accueilli comme un membre de la famille retrouvé. A sa grande surprise, il s'avéra que ce nouveau village avait déjà un homme, mais un adulte ayant passé le siècle, qui s'était établi avec une compagne et était le père d'une partie de la nouvelle génération de fillettes qui tournoyèrent autour de Keldahn. Ces dernières, adolescentes voire presque adultes, l'accueillirent avec ravissement et moult gentillesse. Il  crut y trouver là bien d'autres sœurs qu'il n'avait qu'à apprendre à connaître. L'adolescence. Où il fut surpris par bien des câlins qui se transformèrent soudain en baisers, sans qu'il ait aspirer à rien d'autre que de doux bras autour de lui. Sa première fois le laissa tout déboussolé, allant trouver conseil auprès de l'homme adulte qui vivait là. Celui-ci eut un sourire et le félicita. C'était son "devoir" après tout, il n'avait pas à se sentir gêné. Et ce devoir, il eut à le remplir d'autres fois dans l'année qui passa.

Les relations qu'il avait avec les filles de ce village n'étaient pas celles qu'il entretenait avec ses sœurs, et elles le lassèrent, lui faisant d'autant plus ressentir une certaine solitude que si bien sûr, leurs attentions étaient charmantes, mais il redoutait toujours de voir un désir d'enfanter dans un regard où il n'était pas la veille... Que rien ne lui paraissent désintéressées en vint à l'étouffer et à engendrer un sentiment de malaise chez lui. Certaines de ses sœurs vinrent bien quelques fois lui rendre visite, apportant avec elles pour faire du troc les lames et outils forgés au village. A chaque fois il avait l'espoir de voir Ryehl, mais jamais il ne la vit. Ravivé par la présence de ses proches, il retombait presque aussitôt après leur départ dans une sorte de "manque" d'une affection simple sans attentes. Car il lui semblait que, où qu'il porta son regard, une femme voulait être gentille, le câliner... Alors qu'il était déchiré entre l'envie d'être seul ou avec sa famille comme avant. Se renfermant, il laissa bien une fois lui échapper une petite plainte lors d'une visite de ses sœurs, sur sa solitude, son impression d'étouffer, son envie de partir. Elles le regardèrent avec un air navré, voire fâché pour quelques rares, lui dirent quelques consolations - "Ce serait dangereux ! Et puis tu ne peux qu'être bien ici !" - avant de l'abandonner à nouveau.

Il voyait chaque jour commencer et s'achever comme le précédent, lui seul semblant remarquer le gouffre dans lequel il sombrait, quand Ryehl se présenta, bien des mois plus tard.

Il n'en cru pas ses yeux quand il la vit arriver, seule, dans un long chariot recouvert d'une bâche en cuir, tiré par deux placides edoux. Son arrivée attira l'attention du village, mais elle ne s'intéressa d'abord qu'au Keldahn have qui vint la voir, hésitant.

"Bonjour Keldahn. Il y a un surplus d'outils dans le chariot, que je dois troquer avec un village dans les hauteurs contre de la soie des neiges, nos réserves sont presque finies. Tu viens ?" lui dit-elle simplement sans préambule, sans... Sourire.

Mais le garçon n'y prêta pas attention, alors que s'élevaient quelques protestations des femmes alentours - "C'est dangereux pour lui, Ryehl, il ne devrait pas ainsi s'aventurer dans les montagnes, et si vous croissiez un prédateur ?". Ryehl ne s'intéressa qu'à son demi-frère, qui répondait, une note de désespoir dans le voix.

" Oui, je voudrais bien...
- Alors monte."


Et il fut presque choqué alors que, s'étant hisser sur le banc pour s'asseoir à côté d'elle, elle lui mettait une étrange arme entre les bras, ressemblant à un arc posé à l'horizontal sur une barre de bois.

"Une arbalète, le dernier type d'arme que j'ai appris à fabriquer. Tu me diras si elle fonctionne bien. Je veillerai sur lui, cela suffira." clama-t-elle en conclusion.

Et plus aucunes n'eut de remarques à faire, car il était connu que Ryehl pratiquait régulièrement - et avec efficacité - la danse glacière. Et Keldahn connut une grande joie alors qu'elle faisait claquer les rênes, faisant s'éloigner les edoux dociles, loin du village, au doux son des tintements de métal et du discret grincement du bois derrière lui. Et des larmes coulèrent le long de son visage alors qu'il tenait l'arbalète, réalisant dans le même temps que passer par le village où il vivait maintenant n'était pas le chemin direct pour aller voir ceux qui élevaient les tisseuses de givre. Ryehl était venu le chercher. Intrigué, il ne manqua d'essayer l'arme sur le chemin, s'étonnant de sa précision, et se désolant devant le temps de rechargement. Avec une pâle ombre du sourire que le garçon lui connaissait jusqu'alors, la jeune femme lui apprit qu'un humain - un "Inventeur", dit-elle - des royaumes du sud s'était aventuré jusqu'au village. Mais elle ne s'étendit pas plus sur le sujet.

A ce stade, Keldahn avait déjà commencé à changer. L'enfant calme et tendre périssait malgré lui, étouffé par les attentions constantes des filles et femmes du village. Il se sentit bien "au calme" quand les plus intéressées furent occupées par leur grossesse où leur enfant nouveau-né. Tout le monde fut heureux - il y eut même un garçon ! -, et lui aussi... Mais sans guère se rapprocher d'elles et de leur nourrisson. Il était père, mais il ne fut guère mis à parti dans l'éducation des petits - il y en aurais eu trop de toute façon -. Elles le laissèrent tranquille, tout en continuant de le choyer, il avait fait ce qu'il "devait". Maintenant, elles avaient des enfants à élever... Sans lui. Quelque part, il en fut horrifié. Ryehl aussi avait changé. Plus sombre, moins enjouée... Il n'en comprit la raison que bien plus tard.

Il lui sembla que ses "sorties" avec Ryehl - qui devinrent étrangement régulières, il y avait toujours du surplus, des matériaux à aller chercher ailleurs - lui devenaient vitales, alors que les femmes du village ne le retenaient plus. Qu'ils partent tous deux toujours plus loin, toujours plus longtemps, ne dérangea guère. Ryehl le protégeait, et il avait fait son devoir. Il avait retrouvé toute sa vigueur à l'entrainement, essayant et maîtrisant épée, dague, couteau de lancer, arc, arbalète... Demeurer au village ne lui causait plus qu'un sentiment de malaise, presque de dégoût. Les quelques femmes qui demandèrent ses faveurs lors de leurs voyages n'étaient presque rien en comparaison, le jeune homme se refusant à plusieurs d'entre elles. Quand il osa en parler à sa sœur - qu'ils ne soient pas de même père ne lui importait pas, elle était la sœur qui était venu le chercher -, elle l'écouta sans rien dire. Ne rejeta pas cette attitude aberrante. Après tout, il était un homme des glaces, c'était son devoir que d'avoir des enfants avec plusieurs femmes ! Mais non, il ne l'acceptait pas, sans se l'expliquer. Et Ryehl l'écouta, et il ressentit une infinie reconnaissance.

Il ne trouva le mot qui le révulsait tant qu'après la tempête.

Il avait passé la vingtaine, Ryehl la trentaine. Le blizzard rendait la visibilité presque nulle. Le temps ne les menaçait nullement par la chute de température, ni eux ni les edoux, mais bien par le risque d'un accident, qu'une faille invisible ne les entraîne dans l'abîme. Alors le chariot avançait lentement, Ryehl devant tirant les edoux, tâtant à chaque pas le terrain avec un pic de glace. Et Keldahn restait dans le chariot, tenant les rênes. C'était à elle de le protéger. Et alors qu'il la voyait lutter à chaque pas sous la violence du vent, il songeait que homme ou femme, peu lui importait alors : il eut souhaité se tenir à sa place, plutôt que d'être là, craignant qu'une mauvaise évaluation ne l'emporte sous ses yeux. C'était égoïste, mais sans elle, il ne se sentait pas le courage de retourner dans son village, pour y rester à jamais, entourer de femmes avides - le mot était un peu fort, mais il lui semblait que c'était le seul et unique rôle qu'elles lui accordaient - de ses enfants qu'il n'avait pas à élever. Des enfants sans père. Un père sans enfants. Rien que des liens charnels à ses yeux, qui creusaient un grand et douloureux vide en lui. Un vide affectif, que seule sa sœur parvenait un tant soit peu combler.

Deux jours de cette marche aveugle et lente, qui les laissèrent tous deux à cran, épuisés... Et aux portes d'un village isolé et inconnu. Dans la tourmente, ils s'étaient égarés. Trop éreintés pour songer à repartir rapidement sur le chemin, ils y firent halte. Bien sûr, ils furent accueillis avec chaleur... Peut-être trop au goût de Keldahn, qui fut bien vite renseigné : leur dernier jeune était parti il y avait quelques temps déjà, et nul homme ne s'était présenté depuis lors, laissant des femmes dans l'attente d'être fécondées. Comme en remerciement pour les vivres qu'elles leur offrir, il se plia à la tradition. Des femmes qu'il n'avait jamais rencontré, qu'il étreignit moins de quelques heures avec douceur mais sans réel plaisir. Il n'aspirait qu'à ce qu'elles aient ce qu'elles voulaient, et le laisse tranquille. Mais le lendemain, alors qu'il était à bout de force et qu'il ne pensait plus qu'à repartir, elles voulurent le retenir.

"Qui sait quand toi ou un autre homme viendra à nouveau ?
- Et si je n'attends pas d'enfant ?
- Tu peux bien rester encore un peu, le temps que je sois sûre..."


Et Keldahn vit une vague de visages pleins d'espoir et de gentille l'entourer, voulant le retenir avec de doux mots, alors que lui même eut souhaité bondir sur le chariot et en faire claquer les rênes, pour partir au plus vite. Il était paralysé, ne songeant même pas à fuir. Fuir ? FUIR ? Elles allaient le garder ! Il ne pourrait pas partir ! Et il y aurait encore d'autres étreintes brèves - il pourrait dire non à certaines, mais il lui semblait qu'elles étaient si nombreuses...! - et qui le laisseraient vide ...

"Auriez-vous souffert d'une attaque de Croc des Roches ? J'ai ce modèle à vous proposer contre eux."

La voix de Ryehl sembla briser le sort qui lui liait les membres, alors qu'ils réalisaient, lui et toutes ses 'admiratrices, qu'ayant écarter les rabats avants de la bâche du chariot, sa sœur pointait nonchalamment sur le groupe de femmes une arbalète grand modèle, dans le sens qu'un de ses carreaux faisait la longueur de son bras - et que la taille de l'arme était adaptée en conséquence -, et qu'un système de rotation et d'actionnement rapide permettait d'en tirer plusieurs d'affilés avant de recharger. Arme atypique du royaume des glaces, Keldahn la supposait très efficace contre d'énormes créatures. Et contre des femmes... Ces dernières pouvaient bien sûr ériger des murs de glace pour se défendre - alors que Keldahn, qui était à l'avant de l'attroupement, n'avait qu'à se jeter la tête la première dans la neige -, mais qui sait si un mur si rapidement mis en place tiendrait le coup ? La remarque évoquait le commerce, et sans doute eut-elle pu tirer quelques sourires, si elle n'avait pas été dite avec une voix de glace, qui laissait entendre que Ryehl ferait sans hésiter l'expérience.

"Non ? Alors il est temps pour nous de partir... Dès que vous aurez lâché mon frère."

Le même ton froid, et Keldahn sentit plus qu'ils ne vit les femmes s'écarter légèrement, lui laissant de l'espace, lui permettant d'atteindre enfin le chariot, alors que Ryehl gardait tranquillement l'arme étrange en place. Lançant les edoux sur le chemin, les placides animaux mettant un temps avant d'accélérer, le jeune homme entendit sa sœur se démener pour faire tourner l'arme vers l'arrière, comme si les femmes allaient les - le ! - poursuivre. Et pourtant, son cœur battait si fort que cette possibilité ne lui semblait pas si aberrante. Plusieurs minutes passèrent, où il ne fixa que la neige devant lui, et les edoux qui avançaient à leur rythme. Le village avait disparu depuis longtemps quand il fit enfin faire halte aux bêtes, n'ayant pas entendu Ryehl ramener l'arbalète à l'intérieur du chariot.

"Ma soeur...?"

Il la trouva, toujours à l'arrière, les mains serrant l'arme, les dents serrées... Et à sa grande surprise, des larmes coulant le long de ses joues. Inquiet, il défit ses poignes - qu'elle avait puissante, la forgeronne ! -, la faisant reculer. Quand elle le vit ainsi, elle se jeta brusquement en arrière, s'affalant contre la bâche avant de parler, la voix vibrante de rage, regardant vers là d'où ils avaient fui, comme pouvant tuer d'un regard lointain les femmes du village.

"Elles pouvaient l'avoir leur enfant, elles le pouvaient ! Tu étais là à le leur offrir sans rien demander en retour, et elles elles en redemandaient, sans rien avoir à faire que tu ais peur, que tu ne veuilles pas, t'utilisant comme un étalon. Complètement sourdes et stupides, alors qu'elles pouvaient l'avoir leur enfant, avec juste un peu de patience, en attendant un autre homme... !"

Alors elle se recroquevilla entre les mains de Keldhan, qui lui avait saisi les épaules, attendant qu'elle lui explique le pourquoi de cet emportement...  Et elle lâcha dans un sanglot.

"Je suis stérile petit frère..."

Ce fut Keldahn qui l’enlaça, la berçant alors que des larmes contenues depuis longtemps ruisselaient, gelant à même ses joues, le long de son cou. Alors que lui même frémissait, réalisant, pleurant à son tour. Un vulgaire étalon, c'est cette impression qui lui crevait le cœur à chaque fois. Les hommes étaient si rares, alors ils devaient féconder le plus de femmes possible, et il lui semblait qu'en le voyant, ces dernières ne voyaient en lui qu'un étalon bon à leur donner l'enfant désiré, avant de ressortir de leur existence, où d'en être à l'extrême limite, alors que leur vie ne gravitait plus qu'autour de leur rejeton. Il n'y avait que sa sœur pour l’enlacer ainsi, sans désirer une étreinte plus intime, cherchant seulement à lui offrir encore son réconfort, alors qu'ils s'effondraient tous deux dans les bras de l'autre. Des larmes, une chaleur partagée, savoir que l'autre ressentait une peine au moins aussi douloureuse que la sienne, et prenait quand même le temps d'avoir mal pour eux deux...

Et Keldahn avait mal, et il souffrait, les bras de Ryehl étaient autour de lui, et les siens autour d'elle, et la solitude était partie...

Ils s'endormirent. Et au matin, Keldahn eut l'impression d'avoir retrouvé un peu du sourire de Ryehl. Il n'y eut pas que cela : dans son sommeil, cinq petits mots tournèrent dans sa tête sans qu'il en ait conscience, et qui donnèrent naissance à une idée folle, qu'il mit en application quelques temps plus tard, dans un autre village.

Sans rien demander en retour.
"5 eiran de cuivre."

La femme qui s'était approchée, yeux papillonnants, léger sourire aux lèvres, le dévisagea comme si une tisseuse de givre venait de lui sortir d'une narine. Il répéta alors la chose très simplement, impassible.

"Pour que je te féconde, 5 eiran de cuivre."

Elle balbutia, semblant espérer une plaisanterie... Mais il n'ajouta rien, stoïque, attendant. Il poussa l'audace jusqu'à lever une main, demandant un paiement... Alors, rouge comme le soleil du matin, elle fit volte-face avant de s'éloigner rapidement, semblant à la limite de courir.

Cela avait été simple. Un prix. Et elle avait refusé par son départ.

Si simple. Pourtant source d'une immense joie. Et toutes les femmes qui, intriguées par la scène, le dévisageait, ne purent que s'étonner de le voir sourire, alors qu'une jeune femme avait ainsi fui devant lui. Nulle femme n'occuperait sa couche ce soir-la... Rien ne disait qu'il ne pouvait pas demander une petite compensation. Une forme de victoire, qui le déposa sur un petit nuage pendant bien des jours, alors qu'il n'avait qu'à supporter leurs ridicules approches que le temps de leur dire son prix, avant qu'elle ne décampe, rouge de confusion. Et le spectacle de leur grâce mis à mal par la gêne lui fut le plus plaisant qui soit.

Jusqu'à ce qu'une accepte.

C'était à Crystal, et Keldahn avait déjà fait fuir quelques femmes ainsi, à sa plus grande joie, la densité de la population de la capitale le faisant hésiter entre un méprisant calme et un vent de panique. Mais il y avait bien d'autres hommes pour les satisfaire, n'est-ce pas ? Elles finiraient par se lasser ? Il n'avait qu'à tenir le temps que Ryehl écoule une grande partie de son stock. La semaine s'achevait, et avec elle, son lot de femmes perturbées... Mais une dernière se présenta, le prenant par surprise. Une qui lui fourra ses 5 eiran de cuivre dans les mains sans qu'il n'ait prononcé un mot, avant de le tirer derrière elle, lui disant juste :

"Voilà tes eiran. Maintenant, viens avec moi."

Et elle le traîna, tel un pantin dont on a coupé les fils, à travers tout un quartier, jusqu'à ce qui devait être chez elle. L'enlaçant, le caressant doucement, puis avec insistance alors qu'il demeurait impassible, elle finit par chuchoter, comme inquiète :

"Qu'y a-t-il ?"

Comme revenant des Limbes où cette nouvelle compagne l'avait jeté, Keldahn réagit. Reprenant le contrôle, il inversa les positions, la prenant avec douceur sur la couche, au rythme de ses gémissements... Elle l'avait payé, il devait la féconder à présent. D'une certaine manière, il s'était lui-même pris au piège. Quand ce fut fini, elle s'endormit, alors que lui restait éveillé, comme dans un mauvais rêve dont il ne parvenait pas à se tirer. Au cœur de la nuit, il parvint à retrouver la place d'où la femme l'avait tiré... Et Ryehl qui l'attendait. Il lui raconta, cette nouvelle étreinte... Elle l'écouta, et il lui sembla que par son silence, sa sœur lui disait qu'elle savait. Que cela ne pouvait que finir ainsi. Il était un homme des glaces, et son avenir était de coucher avec de nombreuses femmes, afin qu'elles enfantent d'une nouvelle génération, parmi laquelle d'autres garçons qui prendraient le relais, et ainsi de suite.

Encore sous le choc, Keldahn ne changea pas de tactique, espérant que cela ne se généraliserait pas, qu'il en repousserait encore bien d'autre... Mais il y eut une autre femme la semaine suivante. Puis deux autres celle d'après. Elles semblaient à présent accepter de devoir le payer...

Sa ruse n'avait pas fait long feu, et s'était retournée contre lui.

Son "commerce" ne lui rapporta pas les fruits - ou plutôt leur absence - escomptés. Cela ne le détruisit que davantage, rendant d'autant plus mécanique ce fait de copuler, à présent pour quelques pièces plutôt que pour la tradition. Les femmes étaient d'autant moins enclines à s'attacher à lui, payant un service. Et les rares qui espéraient de l'affection ne trouvèrent que sécheresse en lui. Keldahn eut la dizaine d'années qui suivit pour les honnir d'autant plus. Cette haine, brûlante comme les feux d'une forge, il l'enferma au plus profond de lui même, sans pour autant parvenir - ou vouloir - l'empêcher de brûler parfois des imprudentes, sans jamais faire de distinction, se fermant à la délivrance que pouvait représenter une compagne.

Quand il déclara qu'il ne voulait plus retourner au village où il était censé vivre, Ryehl le soutint, et mit fin à cette période "temporaire" de voyages. Pour une plus définitive. Les ramenant tous deux dans leur village, elle devint enfin forgeronne à part entière, étant demeurée "apprentie" - tout en ayant largement le niveau - tout ce temps, ce que Keldahn n'avait pas saisi. Etant venu le chercher, voyageant avec lui... Elle avait fait traîné son apprentissage en longueur, ne souhaitant pas s'établir définitivement en tant que maîtresse confirmée d'une forge, aux dépends de son frère qui avait besoin de liberté. Keldhan l'adora pour cela. Ensemble, ils s'organisèrent afin de passer outre cela, ce besoin de demeurer longtemps à la forge pour refaire les stocks, en s'organisant par saison. Ainsi, il y avait des petites saisons de marchandage et de voyages, et d'autres de repos et de forgeage dans leur village natal. Là-bas, nulle femme ne venait chercher l'attention de Keldhan, afin d'éviter tout risque de consanguinité. Un vrai repos...

Mais malgré cela, les habitantes constatèrent bien que le frère et la sœur s'étaient refermés sur eux-même, et demeuraient en retrait. Ce n'était pas la cohabitation avec leur famille originelle qu'ils recherchaient... Mais plutôt l'absence de contact avec elle.

Ainsi commencèrent-ils à se faire un nom dans le domaine de la vente d'armes, Ryehl s'y spécialisant... Et Keldhan, en tant que "vendeur d'amour". Mais ce terme était complètement vide : c'était au contraire la mort de l'amour qu'il vendait. Du désir et du besoin pur, sans aucuns sentiments, malgré toutes les manières des femmes qui tentaient quelque fois encore de le cajoler... Mais il ne voulait pas de leur attention qu'il considérait comme fausse. Et cela le rongeait sans qu'il n'y puisse rien, son horreur se transformant en une aversion sans nom à l'égard de la société matriarcale qui le contraignait dans cette situation. Une rumeur vint à courir, devant le repliement de la frère et de la sœur, qu'ils auraient une relation incestueuse. Une horrible invention, née de la défiance, et d'un début de colère devant ce détournement de la tradition.

A ce sujet, il me reste une dernière anecdote à vous conter, qui fut un tournant dans leur existences, vers des lendemains toujours plus sombres...

Le duo avait quitté Crystal, bien des années après leur première visite. La nuit venant, ils firent halte, ne comptant pas avancer sans rien y voir. Keldahn détachait les harnais des bêtes, afin qu'elles puissent un peu aller à leur guise pour se détendre, quand il les vit venir. Quatre femmes, magnifiques dans leurs étoffes bleutées soyeuses, et qui le firent frémir de dégoût. Un sentiment de malaise se nicha dans son ventre. Malgré cela, il vint à leur rencontre. Plus vite elles s'en iraient, mieux il se sentirait. Les approchant, il crut voir, malgré leur apparente jeunesse, quelques marques d'ancienneté sur leur visage. Des aînées... ?

"Es-tu Keldahn Tiergas ? Le 'marchand d'amour' ?" lui demanda l'une d'elle, avec une douceur digne d'une tisseuse de givre.

Il acquiesça sans un mot. Alors une deuxième s'avança, une lueur de défi dans les yeux, lui demandant à brûle-pourpoint, sans la douceur habituelle des femmes qui demandaient son attention.

"Féconde-nous."

Il écarquilla les yeux. Là ? Maintenant ? Si loin de la ville ? Mais leurs regards décidés n'annonçaient nulle plaisanterie. C'était à son tour d'être abasourdi. Avec un soupir, il lâcha.

"20 eiran de..."

La gifle ne lui dévissa pas le cou malgré la surprise - merci ses réflexes -, mais il ne comprit pas alors qu'elles affichaient soudain un visage sévère, deux d'entre elles lui saisissant ensemble les bras, avant de le tirer, sifflant :

"Nous allons te présenter à la Reine, à qui tu expliqueras ton comportement abject, 'marchand d'amour'.
- Non. Lâchez-moi."


Il se débattit, refusant tout net. Il n'avait pas de comptes à rendre à qui que ce soit ! Il faisait son si cher "devoir", comme tant d'entre elles l'appréciaient. S'il n'avait pas le droit à un refus définitif, il pouvait y mettre des conditions. Elles n'avaient pas à le forcer. Mais les femmes ne voulaient pas le lâcher, l'une d'elle se mettant même à l'injurier, lui qui osait détourner la tradition et son devoir sacré.

"Ne me touchez pas !
- Tu cesseras ces odieuses pratiques, Keldahn Tiergas !


Et il lut un tel mépris envers lui dans leur yeux, une telle colère à son encontre, que la sienne s'embrasa. Vous ne savez pas, et vous n'en avez que faire ! Alors il les frappa. Se défaisant de leur prise d'un geste brusque, il adressa un revers à celles qui le tenaient. Quand elles relevèrent la tête, elles avaient les lèvres éclatées.

L'une d'elle se jeta sur lui, semblant prête à le déchiqueter.

"IMMONDE POURCEAU ! TRAÎTRE A TA RACE... !"

Et son cri s'éteignit dans un sifflement, alors que d'un geste rapide, Keldahn lui plantait un poignard dans la poitrine. Le corps s'affaissa sur lui. Alors qu'elle semblait encore vivante, il retira la lame pour la planter à nouveau, la sentant se détendre enfin. Par dessus l'épaule couverte de soie, il adressa aux trois autres un regard luisant de haine, sa voix se réduisant à un mince filet aussi tranchant que son arme. Il sentait le sang couler le long de sa main...

"Vous ne me forcerez-pas à quoique ce soit."

Et alors, il sentit la glace jaillirent autour de lui, à l'écraser... Elles vont me tuer en retour. Pensa-t-il simplement, ne pensant pas pouvoir faire grand chose contre trois maîtresses des glaces en furie, avec un cadavre dans les bras.

Il n'y eut pas de sommation. Une simple déclaration, alors que le cliquetis d'un mécanisme se mettant en place se faisait entendre.

"Vous ne toucherez plus jamais mon frère."

Alors Ryehl, du chariot, mit à exécution une menace vieille de plus d'une dizaine d'années. Les carreaux vrombirent, se suivant à une vitesse folle, certains ratant leur cible mais les autres transperçant les chairs, fracassant les os, alors jetés dans la neige dans un éclat rouge par la puissance des tirs. Cela prit à peine quelques secondes, où trois vies vieilles de plus d'un siècle s'éteignirent, le silence seulement perturbé par le sifflement des carreaux et le bruit sourd des corps heurtant avec violence la neige... Puis un étrange bruits de secousses, alors que le carreau engagé refusait de s'envoler. De toute façon, les trois femmes étaient mortes. Lâchant sa victime, Keldahn respira à nouveau, observant le charnier. Ryehl délaissa l'arbalète semblait-il enrayée, venant l'aider à s'extraire de la glace qui l'entourait. Dans ses yeux il ne lut rien qu'une colère froide et vieille, qui avait attendu son heure, et aucuns regrets. Il n'en ressentit pas non plus. D'une certaine manière, ces femmes avaient servi de bouc-émissaire. Les mauvaises intention, au mauvais moment, avec les mauvaises personnes...

Ils repartirent dans la nuit, laissant les corps là. Le jour suivant, ils croisèrent un petit ruisseau. Keldahn s'y lava. Le jour d'après, ils trouvèrent une crevasse. Keldahn y jeta le vêtement souillé.

Woda voulut qu'il se soit mis à neiger après qu'il ait repris la route, ensevelissant peut-être les quatre corps avant le passage d'autres voyageurs. S'il y eut une enquête, ils ne furent pas inquiéter. A leur passage suivant à Crystal, rien n'avait changé... Si ce n'est eux. C'était il  a plusieurs années.

Néanmoins, suite à cela, Keldahn encouragea davantage Ryehl dans son attrait pour le forgeage. Le "presque" échec de l'arme qui s'était bloquée, et qu'elle n'était jamais parvenue à vendre du fait de son étrangeté au sein des leurs, semblait la travailler. Il évoqua à nouveau alors l'Inventeur qui était venu il y avait bien longtemps, donnant l'idée - et les astuces - pour fabriquer cette "arbalète", qu'il avait lui-même finit par apprécier. L'intérêt que sa sœur ne parvint pas à lui cacher l'amena à la pousser dans cette direction. Il souhaitait qu'elle fasse quelque chose pour elle-même. Cela allait détruire leurs habitudes - car elle ne pouvait rester dans le Royaume pour cela -, et lui se retrouverait... Seul. Car il ne pourrait la suivre, malgré l'envie qui lui vint à cette pensée. Dans un même temps... La quarantaine passée, il pourrait bien voyager par lui-même, non ? Alors frère et soeur se séparèrent, Ryehl vers le sud et "L'Académie du Savoir", et Keldahn demeurant au Royaume des glaces. C'était il y a plusieurs années. Depuis lors, il emprunte les mêmes chemins, suit les mêmes cycles de "saisons" qu'ils avaient mis en place, se reposant dans leur village natal tout en espérant l'y voir s'y remontrer un jour...

Quant à l'Arche ? Elle ne rendit que plus fort le désir de liberté de l'homme des glaces, qui aspirait à retrouver sa sœur... Comme à quitter ce royaume où le rôle qu'il devait assumer le rebutait depuis bien longtemps.

DE TOI A NOUS DIS NOUS TOUT
Pseudo : Mentheloup.
Age : 18 ans.
Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat.
Qu’en pensez-vous ? Je n'en ai pas encore découvert toutes les facettes, mais je m'y attelle o/ !
Code : OK by Vanessa
Quel était le nom de l'empereur lors de la période du règne des deux impératrices ? OK by Vanessa

Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Vanessa Crescent ET JE SUIS Admin ▬ Vanessa
Diverses Informations
Multi-Compte : Lagneya, Ylliana, Rizen, Ark'na, Melyn
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Mer 24 Juil - 22:37

Bonjour à toi et bienvenue sur l'Arche de Sorëan.

Bon, je sais que tu n'as pas encore fini mais je préfère le faire maintenant^^

Tu as choisi de faire un homme des glaces, en soit, je ne l'empêche pas mais cela impose un certain nombre de contraintes sur lesquelles je suis, hélas, d'une certaine intransigeance.

La première et la plus importante est le physique. Malheureusement, ton avatar me laisse à penser que ca ne va pas aller je le crains.

L'une des grande particularité des hommes des glaces, hormis leur grande rareté, tient de leur apparence androgyne à l'extrême. Pour un humain, c'est presque impossible de les distinguer des femmes. Tous ressemblent à s'y méprendre à des femmes, la seule différence tenant juste de l'absence de poitrine et de "l'équipement trois pièces intégrés" et malheureusement, le personnage sur ton avatar, sans être une montagne de muscle n'est pas du tout androgyne et ne rentre pas dans les critères physique d'un homme des glaces ^^"

A titre de comparaison, le prince Sorel Wineldil, un de nos prédefs joué est considéré selon tous les standards comme TRES viiril physiquement parlant pour un homme des glaces et même lui arrive à se faire passer pour une femme auprès des humains, c'est dire le niveau.

Déjà, voici le gros point noir qui va poser soucis, je m'excuse ne pas te laisser terminer avant de parler mais je préfère le faire maintenant avant que tu ne fasse quelque chose que tu seras obligé de corrigé et te faire travailler pour rien.

En attendant, si tu la moindre question, n'hésites pas^^

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Mer 24 Juil - 22:48

Bonsoir,

Bon, je vais tout de même tenté de défendre mon avatar x) .

Tout d'abord au niveau de la comparaison entre mon avatar et celui de Sorel : il est beaucoup plus aisé de ne pas faire de différences homme/femme avec une image manga. Or, ayant jusqu'à présent été sur des forums où le semi-réel était privilégié, j'y ai pris goût, ai fait ma petite réserve et donc ai tenté ma chance avec celui-ci ici. Je ne le regrette pas, mais je suppose que je vais souffrir /PAN/.

En terme d'apparence, navrée, je n'avais pas tout à fait saisi ce détail. Néanmoins, il me semble que mon image n'est pas particulièrement virile sur ces points-ci : traits de visage plutôt ronds, glabre, même sur le torse, peau peu marquée et des cheveux mi-longs. Cela peut-être dit léger, mais en comparaison des top' de la virilité... Il me semble que c'est très bien pour ce qui est recherché. La silhouette correctement musclée se justifie par ses activités martiales (marchand d'armes ET il pratique). Une femme faisant du sport finira bien par développer quelques muscles quand même, non ? /BRIQUE/

Le plus gros se joue selon moi sur mon choix d'avatar semi-réel plutôt que manga. Bien sûr, si malgré ces arguments, il ne passe pas... Je sais pas trop ce que je vais faire en fait >>' A moins d'en trouver un autre qui me plaise pour le personnage ><' (pas gagner, le personnage a été taillé sur mesure pour l'histoire).

Merci pour votre écoute, et à vous les studios o/

P.S : Y a-t-il une chatbox sur le forum ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Vanessa Crescent ET JE SUIS Admin ▬ Vanessa
Diverses Informations
Multi-Compte : Lagneya, Ylliana, Rizen, Ark'na, Melyn
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Mer 24 Juil - 23:01

Tout d'abord je suis ravie de voir que tu le prend bien^^

Alors effectivement je suis d'accord sur ce point, c'est bien plus facile de faire des persos androgynes en usant d'image de type manga que semi-réel. Mais là malheureusement, même en jouant sur le côté sportif il n'a rien de féminin. Je regarde ce type, c'est marqué en gros sur sa tête que c'est un mec. Là, même dans un club de travesti il n'arrivera pas à se faire passer pour une femme^^"

Si tu es attaché au semi-réel comme image, je te conseille plutôt la démarche, trouver l'image d'une femme très plate et jouer en disant que c'est un homme, tu aura plus de chances. Si tu trouves une image qui te plait mais que la couleur de peau ne correspond pas, nous avons plusieurs bon graphistes sur le forum, Irisia entre autre, qui pourront éventuellement te faire des colorations.

Voilà, je suis très ouvert à pas mal d'idée mais un homme des glaces est le plus dur des types de perso à faire sur Sorëan, exception faite du prince Sorel qui est un prédef particulier. Je risque d'être tatillon sur pas mal de point donc j'espère que cela ne te dérangera pas^^


PS : *sort son fouet* Je te renvoie au tout dernier article du règlement concernant la CB ^^

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Mer 24 Juil - 23:50

Bonsoir,

Ah mais non ! Ces magnifiques arguments devaient te faire dire 'Oui' ! Ta réponse n'est pas acceptée, je... *Pleure toutes les larmes de son corps* Il vivra... Ailleurs alors ;^;

Bon, j'espère que cet avatar convient mieux /PAN/. Quant à la coloration, elle est légère, mais avec une image semi-réelle, je me voyais mal y mettre un bleu pétant.

Quant aux détails, pas de problèmes, je suis ouverte à toutes remarques sur le sujet (et je m'attends à en avoir, vu que l'histoire est/sera peut-être un rien atypique ^^').

P.S : Aurais-je posé la question qu'il ne fallait pas poser n__n ? /meurt/
P.S bis: le fouet est-il une tradition des admins de forum RPG?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Jeu 25 Juil - 10:12

Oui, cette image passe bien mieux^^

Pour le reste des détails, nous verrons quand tu auras finie ton histoire mais pour le moment tout s'emboite assez correctement. Je vois que tu m'a créer une nouvelle bestiole, l'Edoc, l'idée est intéressante en complément du placide laineux, pense à me faire une fiche pour cet animal et me l'envoyer pas MP sur Solyma.


PS: oui que c'est marqué en gros dans le règlement, oui^^

PSbis : Toujours !
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Jeu 25 Juil - 14:56

Fiche terminée *-* *S'effondre*.

Pour le Edoc, j'ai pensé qu'il pourrait être utile, vu que je ne trouvais pas de monture/bête de somme pour le peuple des glaces, le placide laineux étant bien trop grand, enlevant toute visibilité à un conducteur(ce qui est plutôt dangereux quand on voyage). Y aurait-il une fiche codée que je pourrais remplir pour l'Edoc, à envoyer ?

Quant à Ryehl, est-ce que je pourrais la proposer en prédef' ?

Histoire à rallonge. Bonne (et pas trop ennuyeuse ^^' ?) lecture o/ !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Jeu 25 Juil - 17:02

Bon, je vois tout de même que le sujet à été potassé à fond. Tu sembles bien avoir comprit les fondements du background.

Deux mots cependant, les femmes des glaces n'ont pas d'obsessions de la reproduction et ne sautent pas sur le nouveau mâle du quartier XD De ce point de vue, elles ressemblent plus aux femmes modernes et ont des enfants quand l'envie leur prend. Certaines n'en auront qu'un, d'autre voudront en élever une ribambelle et même certaines passent leur vie sans aucun désir de maternité. Sachant qu'une femme des glaces peut enfant jusqu'à 140 ans en moyenne.

Il arrive aussi que des hommes s'installent en couple s'ils se trouvent une compagne, ce peuple connait l'amour aussi^^ Et la plupart des femmes respectent les mâles, les chouchoutent et les protège. Si on attend qu'un homme des glaces réponde à des sollicitations pour faire des enfants, il n'est jamais forcé, la plupart des femmes y mettent les formes et rendent la chose agréable^^

L'idée de ton personnage est parfaitement valable, un homme qui se rebelle car il n'aurait pas supporter la vie dans un petit village trop reculé, le tout surprotégé par une sœur visiblement un peu dérangé par son infertilité^^

De même, ses pratiques de monnayage sont vraiment répréhensibles et tu l'as bien comprit, sans compter qu'il a 4 cadavres sur le dos déjà. Penses bien que tôt ou tard, ce genre de pratique devra lui retomber sur la tête d'une façon ou d'une autre.^^ si ces points son assimilés, ca ira.


Pour ce qui est de l'enoc, il n'y a pas de fiche type, une image et une description suffisent, je retouche après si cela nécessite des adaptations au BG.

Et oui, tu pourras proposer sa soeur en prédef une fois validé, pour cela, tu trouveras une fiche à faire dans la section des demandes^^
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Jeu 25 Juil - 17:54

Bonjour,

Présentation de l'enoc envoyée. Quant à l'histoire, j'ai essayé de rendre les femmes (sauf les dernières folles furieuses *sifflote*) plus gentilles et moins harceleuses, en faisant plusieurs petites modifications.

J'espère que cela conviendra. Sinon, pourrais-tu m'orienter sur ce que je pourrais changer ?

EDIT : Quant aux répercussions de ses actes... Mais c'est tout à fait voulu. Avec une histoire et une mentalité pareille, je n'ai pas prévu qu'il vive une vie de bisounours n___n
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 10:37

Courage tu y es presque^^

Dernier détails, technologique cette fois, concernant la super arbalète à répétition de sa sœur^^"

Alors l'arbalète existe sur sorëan, oui, mais elles sont rares et utilisés plutôt par des humains spécialisés dedans. A ce jour, la seule arbalète aussi sophistiquée est un prototype fabriqué par l'inventeur Viktor Hass, et vu le caractère de merde (du perso), il va pas aimé qu'on lui pique son jouet^^

En terme d'arme à distances, le peuple des glaces s'appuie plus sur les armes de finesse que les armes lourdes. L'arc est bien sûr en tête de liste mais aussi toutes les armes fines de lancer comme les couteau ou éventuellement d'autre chose du même acabit^^
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 13:00

J'avais bien repéré que le peuple des glaces utilisait plutôt des armes fines et je pensais que Keldahn et Ryehl s'en distinguaient encore une fois, Kel' apprenant aussi à se servir d'armes plus lourdes qu'à l'accoutumée (merci frangine forgeronne) tandis que sa sœur fait de tout, j'ai envie de dire... Peut-être dans la perspective inconsciente de percer les défenses de la magie de glace des enquiquineuses ? *Rire machiavélique*

Si je rajoute des détails disant que l'arbalète n'est pas tout à fait en point, se bloque, n'a pas la précision etc... Il y aurait moyen de la garder ? Cela donnerait une possibilité de jeu si quelqu'un prend Ryehl, dans le cas où elle et Keldahn se sépareraient, elle pourrait devenir Inventrice (et se faire tirer les oreilles par Viktor 8D).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Vanessa Crescent ET JE SUIS Admin ▬ Vanessa
Diverses Informations
Multi-Compte : Lagneya, Ylliana, Rizen, Ark'na, Melyn
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 13:07

Ca marche quand même pas mal sur les plates-bandes des inventeurs^^

Je peux tolérer l'exception du aux métiers particuliers de sa soeur mais dans ce cas, elle est clairement une inventeuse (chose possible pour une femme des glaces), ce qui en fera une originale parmi les siens et renforcera la fossé entre eux et les siens. Ce qui inclue qu'elle a forcément eu contacts avec des humains inventeurs pour récupérer une partie des concepts qu'elle utilise car elle n'a pas pu les apprendre toute seule^^

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 13:25

Pour intégrer les Inventeurs, il faut avoir inventer quelque chose. Disons que l'arbalète n'est pas au point lors de l'escarmouche de fin (se bloque et tout le tintouin, je fais les modif' dès qu'on a trouvé un terrain d'entente /BRIQUE/). Je pourrais conclure qu'elle tente sa chance du côté des Inventeurs pour s'améliorer ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 13:46

Pour intégrer les inventeurs, il faut surtout avoir une démarche scientifique et être capable d'innover au dela de ce que les gens connaissent^^ Or, même peu fiable, un tel objet, pour une femme des glaces, sort de l’ordinaire et de ce qu'ils connaissent en matière de forge^^ Donc, elle a forcément eu à un moment ou à un autre un contact avec un inventeur, probablement avant de reprendre contact avec Kel. Les humains viennent parfois dans le nord^^
Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 14:49

Voilà les modifications apportées :


Citation :
Et il fut presque choqué alors que, s'étant hisser sur le banc pour s'asseoir à côté d'elle, elle lui mettait une étrange arme entre les bras, ressemblant à un arc posé à l'horizontal sur une barre de bois.

"Une arbalète, le dernier type d'arme que j'ai appris à fabriquer. Tu me diras si elle fonctionne bien. Je veillerai sur lui, cela suffira." clama-t-elle en conclusion.


Citation :
Et des larmes coulèrent le long de son visage alors qu'il tenait l'arbalète, réalisant dans le même temps que passer par le village où il vivait maintenant n'était pas le chemin direct pour aller voir ceux qui élevaient les tisseuses de givre. Ryehl était venu le chercher. Intrigué, il ne manqua d'essayer l'arme sur le chemin, s'étonnant de sa précision, et se désolant devant le temps de rechargement. Avec une pâle ombre du sourire que le garçon lui connaissait jusqu'alors, la jeune femme lui apprit qu'un humain - un "Inventeur", dit-elle - des royaumes du sud s'était aventuré jusqu'au village. Mais elle ne s'étendit pas plus sur le sujet.


Citation :
[...] d'en tirer plusieurs d'affilés avant de recharger. Arme atypique du royaume des glaces, Keldahn la supposait très efficace contre d'énormes créatures. Et contre des femmes...


Citation :
Les carreaux vrombirent, se suivant à une vitesse folle, certains ratant leur cible mais les autres transperçant les chairs, fracassant les os, alors jetés dans la neige dans un éclat rouge par la puissance des tirs. Cela prit à peine quelques secondes, où trois vies vieilles de plus d'un siècle s'éteignirent, le silence seulement perturbé par le sifflement des carreaux et le bruit sourd des corps heurtant avec violence la neige... Puis un étrange bruits de secousses, alors que le carreau engagé refusait de s'envoler. De toute façon, les trois femmes étaient mortes. Lâchant sa victime, Keldahn respira à nouveau, observant le charnier. Ryehl délaissa l'arbalète semblait-il enrayée, venant l'aider à s'extraire de la glace qui l'entourait. Dans ses yeux il ne lut rien qu'une colère froide et vieille, qui avait attendu son heure, et aucuns regrets. Il n'en ressentit pas non plus. D'une certaine manière, ces femmes avaient servi de bouc-émissaire. Les mauvaises intention, au mauvais moment, avec les mauvaises personnes...


Et tout ce bloc de fin :


Citation :
Néanmoins, suite à cela, Keldahn encouragea davantage Ryehl dans son attrait pour le forgeage. Le "presque" échec de l'arme qui s'était bloquée, et qu'elle n'était jamais parvenue à vendre du fait de son étrangeté au sein des leurs, semblait la travailler. Il évoqua à nouveau alors l'Inventeur qui était venu il y avait bien longtemps, donnant l'idée - et les astuces - pour fabriquer cette "arbalète", qu'il avait lui-même finit par apprécier. L'intérêt que sa sœur ne parvint pas à lui cacher l'amena à la pousser dans cette direction. Il souhaitait qu'elle fasse quelque chose pour elle-même. Cela allait détruire leurs habitudes - car elle ne pouvait rester dans le Royaume pour cela -, et lui se retrouverait... Seul. Car il ne pourrait la suivre, malgré l'envie qui lui vint à cette pensée. Dans un même temps... La quarantaine passée, il pourrait bien voyager par lui-même, non ? Alors frère et soeur se séparèrent, Ryehl vers le sud et "L'Académie du Savoir", et Keldahn demeurant au Royaume des glaces. C'était il y a plusieurs années. Depuis lors, il emprunte les mêmes chemins, suit les mêmes cycles de "saisons" qu'ils avaient mis en place, se reposant dans leur village natal tout en espérant l'y voir s'y remontrer un jour...

Quant à l'Arche ? Elle ne rendit que plus forte le désir de liberté de l'homme des glaces, qui aspirait à retrouver sa sœur... Comme à quitter ce royaume où le rôle qu'il devait assumer le rebutait depuis bien longtemps.


J'espère que cela répond à tes attentes, même si maintenant j'ai un doute : un homme des glaces armés jusqu'aux dents sur un Edoc peut voyager seul quand même ^^' ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 18:34

Oui il peut, ce n'est pas parce qu'il a quelques restrictions comme ne pas quitter le pays ou l'impossibilité de servir dans l'armée qu'il est prisonnier de son village, il est libre de vivre sa vie et de s'installer ou il entend, tant que ce n'est pas son village natal^^

Bon, je cherchais encore un truc pour te pourrir la vie mais je pense que dans ma grande bonté, je vais t'épargner à partir de maintenant^^

FICHE VALIDÉE
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Sorëan et l'Arche tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur L'Arche de Sorëan et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas Ven 26 Juil - 18:42

Dans l'idée, c'était plutôt vis-à-vis du fait qu'un homme des glaces n'est pas supposé "se mettre en danger"... En fait la conduite de Ryehl vient de là (quand elle l'embarque), c'est parce que je pensais qu'un homme se balade seul au risque de disparaître, d'être attaqué par une bête & cie n'irait pas... Bon, c'est pas grave o/ /meurt/.

Rpppppp ! *-*
Merci d'avoir lu et prit le soin de me corriger ^^'.
Revenir en haut Aller en bas


JE M'APPELLE Contenu sponsorisé ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Keldahn Tiergas

Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: La Terre des Discussions :: Archives V1 :: Fiches refusées ou abandonnées :: Keldahn Tiergas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: