L'arche de Sorëan :: La Terre des Discussions :: Archives V1 :: Fiches refusées ou abandonnées :: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude. Dim 24 Nov - 18:42

Silence d'Emeraude




[Howl_by_charlie140588]
Nom : D’Émeraude (Son nom d'origine était Cuhán)
Prénom : Silence (Ses parents l'avaient appelé Ehlona)
Age : 18 ans mais elle ne le sait pas
Sexe : Féminin
Groupe : Talrëan (elle est née talrëanne mais elle vit dans le Cœur d’Émeraude depuis ses 3 ans)
Métier ou fonction : Aucun : survivante du Cœur d’Émeraude
Origine : (Sorëan)
Nationalité : Elle est née dans le Duché de Grenat mais maintenant, on peut dire qu'elle est une habitante et presque partie intégrante du Cœur d’Émeraude.

Caractère



Me décrire sur ce point est assez … complexe.
Ayant grandit dans la nature la plus sauvage, j'ai souvent des réactions instinctive. Calme, observatrice, attentive, tout voir et tout entendre m'est imposé à chaque seconde de ma vie dans le Cœur d’Émeraude. Je suis souvent immobile, dans un coin et j'observe, pour repérer, analyser, essayer de comprendre et pouvoir anticiper leur actions si je venais à sentir leur comportement devenir plus instable. Silence … c'est pas pour rien que Eoghan m'a donné ce nom. Je suis une prédatrice, une chasseresse. La vie que je vis au cœur de cette forêt me rends plus forte, endurante mais quelque peu … non, juste asociale. Je ne sais ni lire ni écrire, ni même penser réellement. La communication qu'Eoghan et moi utilisons est très différent. Nous nous exprimons par image, sensation, émotion partagé. Rien que la communication humaine, par mots avec signifiant et signifié m'est étrangère. Différente, oui, je le suis, au plus profond de moi, dans ma manière d'être, de penser.
je ne sais même pas où je me trouve clairement. Je serais un être si différent pour eux. Pour l'instant, personne ne connaît ni mon existence, ni moi la leur, réellement. Je n'ai presque vu que des cadavres et une personne en autre que j’évite. Cet endroit est mon monde, et en dehors, il n'y a rien, je veux pas en sortir, Eoghan non plus..
Je suis sans cesse sur le qui-vive, ne dormant jamais que d'une oreille. À l’affût, prête à réagir à la moindre inattention, au moindre signe de danger. Je suis également toujours avec mes armes, que ce soient ces falcatas ou mon vieux couteau. Ne pas avoir mes armes me rend nerveuses, anxieuse, sûrement encore plus prompt à l'action que je ne le suis avec mes protections. Je vis dans un monde ou la loi c'est : ''t'es faible, j'te bouffe'' alors forcément, j'ai préféré devenir prédatrice que proie.

Eoghan : que dire sur lui ... Il est mon gardien, il est mon père, mon frère. Il m'a trouvé quand j'étais petite, et je ne peux m'éloigner de lui sans souffrir le martyre, sans avoir l'impression qu'on m'arrache la poitrine de l'intérieur. Quand je chasse seule, je fais bien attention à ne jamais être trop loin de lui. Je l'aime, réellement, et lui aussi m'aime. Il m'a ''expliqué'' qu'à début, il me trouvait étrange, une petite chose trop fragile, qui semblait ne servir à rien mais au final, nous sommes devenu cela, une famille. Je refuse d'être loin de lui. Il veille sur moi, et moi sur lui. Le lien qui nous unit est si grand … je crois que je ne survivrais pas sans lui.




Physique



A quoi je ressemble... Je m'étais souvent poster cette question avant, et n'avais pour seule réponse ce que pouvait me renvoyer le reflet trouble d'un ruisseau. Mes cheveux, ils forment un peu comme une sorte de fourrure, qui me coule le long du dos et me tient chaud, cache en partie mon visage. Elle n'est pas fluide, emmêlée, parsemé de feuille, de branche, elle semblent presque végétale. Si je suis de dos, on pourrait croire à une souche ou un buisson.
Ma peau elle, elle est sombre, très. Parfois, je me plonge dans la rivière et je vois que même si elle reste sombre, elle l'ai moins. Je crois que c'est mate, mais je n'en suis sûre, je connais pas ce mot. Elle n'est pas aussi blanche que celles de personnes (mortes pour la plupart) que j'ai pu croiser. Personne ne nous a vu, jamais, nous sommes les ombres de cette forêt.
Mes yeux par contre, ça je les ai déjà vu, dans la lame du mes armes, il sont entre le vert et l'ambre, couleur plus visible sous le soleil. La teinte tend vers le vert plutôt le soir, lorsqu'il n'y a pas vraiment de lumière. J'ai un visage assez neutre, encore un tantinet rond mais on n'y lit plus rien d'enfantin. D'ailleurs mon corps non plus n'est pas celui d'un enfant. Grande (environ un mètre soixante-dix), ma silhouette est élancée, et finement musclée par mes années de traque et de survie. Ça forge un corps de lutter tous les jours pour sa survie. Je pèse pas grand chose, ayant surtout du muscle sur le corps. De par ma vie sauvage, j'ai gardé des cicatrices. Peu il est vrai mais quelque unes malgré tout. Pour la plupart, ce ne sont plus que des lignes blanches sur ma peau sombre, pour les autres, elles sont un peu plus en volume, un peu plus voyante. L'une d'elle notamment, allant de l'épaule droite à ma hanche gauche. Un souvenir d'un prédateur alors que je faisais mes première chasses seules.
Je suis presque nue. Dans la foret, je n'ai pour vêtement d'une truc de jupe, qui cache le devant et le derrière. Elle est retenu par une ceinture de cuir prise sur le corps d'un homme sur laquelle se trouve des accroches. Je n'ai rien en haut si ce n'est le fourreau croisées de mes falcatas, qui du coup passe en travers au niveau de ma poitrine. Au pieds, je n'ai rien. Les chaussures, je n'aime pas ça, c'est trop étrange. J'aime sentir l'herbe sous mes pieds, les feuilles, l'écorce. Cette forêt est notre univers, et j'aime le ressentir.


Ses armes Les armes qu'elle utilise sans cesse et dont le maniement n'a plus de secret pour elle sont ses étranges lames qu'elle a trouvé un jour, près du cadavre d'un homme qui s'était visiblement fait attaque. Elle les transportent dans son dos, dans un double fourreau croisé qu'elle également récupérer sur le corps.
Spoiler:
 

La marque sur sa poitrine sur sa gorge, avant sa poitrine, on peut savoir une chose étrange, comme une sorte de marque, de relief : il s'agit là d'un cadeau de son père. Étant née sans le don de parole, lui, un arcaniste de grand talent fabriqua tout d'abord un pendentif qu'il avait l'idée de lui accroché autour du cou. Mais cet objet, étant un artefact lié à l'esprit lui permettant de communiquer par la pensée, il ne voulait pas qu'on lui prenne cet objet pour s'en servir à d'autres fins que celle de sa création. Alors, il fit plus pour elle. Il lui offrit la possibilité de ne jamais perdre sa voix. Il demanda à un très proche ami à lui d'insérer cet objet dans la chair de sa fille, sous sa peau. L'objet se trouve sur sa gorge, juste au dessus de sa poitrine. Elle en a le dessin sous la peau, comme un emblème, un symbole très intriguant en relief de peau.
Mais en plus de propriété que son père lui a donné, une autre est apparu, le jour de la mort de ses parents, quand Eoghan est sorti de son sommeil . Le pendentif, le talisman a réagi à l'attaque et entre les deux êtres à créer une sorte de lien presque totale. C'est empathique. Si l'un est blessée, l'autre le ressent et voit la blessure apparaître sur son corps. Si l'un tente de blesser l'autre, il ressent une forte douleur dans son corps, vers son cœur. Et enfin, si les deux sont séparés d'une certaine distance, ils ressentent à nouveau une certaine douleur. Ils sont liés, pour le meilleur et pour le pire.

Spoiler:
 




Histoire


Il était arcaniste, et elle soldat au servir de l'empereur. Ils se sont connus à la cour, alors que lui même il se mettait au service de des armées de l'empereur. Il ne voulait que faire le bien, que protéger la population contre les possibles menaces qui aurait pu frapper les Talreäns. Ils se sont vu, et ce qui devait arriver arriva. Ils ont passé du temps ensemble, bien plus qu'ils n'auraient du. Ils étaient tous les deux serviteurs de l’empereur pourtant, il se marièrent.
Il ne fallut pas plus longtemps pour qu'elle tombe enceinte et qu'une enfant magnifique ne naisse. Le père, inquiet, sentant que quelques chose n'allaient pas, décida de demander conseil auprès de celui qui fut son maître. Et le verdict tomba : l'enfant était muette.
Si pendant un temps, les parents furent déçu, inquiets pour leur enfant, le père décida d'agir. Et c'est à l'aide d'un ami magicien qu'il lui rendit la possibilité de ''parler'' un jours, de ne pas être une enfant du silence. Elona Cuhán, tel était le nom de l'enfant. Tel on ne l’appellerai bientôt plus jamais …

Ils étaient toujours au service de l'empereur quand cela arriva. Le père avait voulu rendre visite à son vieux maître à la Tour des Mages, et lui présenter son enfant. Leur mission était fini, et avant de rentrer à Tilesse, Les parents voulurent passer par le Cœur d’Émeraude, c'était le chemin le plus rapide plutôt que contourner et de perdre du temps qui pouvait être précieux.
Ce fut le dernier mauvais choix qu'ils firent.

Ils étaient en plein cœur de la forêt quand ça arriva. La neige était tombée la veille, la forêt qu'on disait d’Émeraude était devenue blanche. Ils venaient de tomber sur une clairière étrange, qu'ils n'avaient jamais vu autrefois, qu'ils ne connaissaient pas alors que la mère avait vécu longtemps près de la forêt. Pourtant, cette clairière … il y avait quelque fois d'inquiétant. Au centre se trouvait comme un sorte immense entrée de grotte, de caverne, l'entrée d'un antre mais celle-ci s'engouffrait sous terre, Ils furent intrigués, ils s'approchèrent de cela . Le père était fasciné par ce qu'il ressentait, ce qu'il semblait dormir si proche de lui, elle voulait partir, tentant l'enfant serré contre elle. Elle n'était pas tranquille.
Et la menace arriva … des Crocs-vifs surgirent … 3 femelles et 2 mâles … La mère devint pâle, le père se mit en garde, suivit de sa femme, les deux entourant leur enfants … il fallait survivre.

Le combat fut rude, le sang se mit à couler vite. Un Croc-vif tomba sous les assauts de la femme. Ils avaient peut être une chance.
Pourtant, deux autre créatures sautèrent sur le père, l'écartant du cercle qu'ils s'étaient fait. Le père fut envoyé contre la roche de l'arche. La pierre sembla d'un coup se fissurer. La mère reprit l'enfant dans ses bras, hurlant alors que les créatures s'apprêtaient à se jeter sur son mari. Le combat fut rude, plusieurs fois, cet édifice rudimentaire au centre de la clairière fut malmenée à la fois par la force et la magie.
Le père fut le premier à succomber. Sous les yeux de l'enfant et de la mère, il tomba, mordu à la gorge. La mère luttait de toute ses forces, blessée, presque mourante, tenant contre elle son enfant. Elle luttait contre ses ennemis, contre la mort qu'elle sentait approcher à grand pas, elle luttait pour l'enfant qu'elle tenait. .

Soudain, une fois extraordinaire se passa. L'entrée de l'antre explosa soudain, et une créature gigantesque apparut, un rugissement sans pareil brisa l'air. Tout sembla figé, des éclats de roches aux rafales de neiges, les Crocs-vifs l'observèrent. Et puis presque de concert attaquèrent le nouvel intrus comme ressucité d'entre les morts. Car c'était bien la magie qui l'avait ramené à lui, à cette vie qu'il avait presque voulu voir disparaître, s'étant endormi, faible, dans son royaume.
D'un seul coup de patte, la créature les fit tous voler. Un mourut sur le coup, les autres s'en sortirent plus ou moins idem. Un nouveau rugissement, et ils fuirent tous, ceux qui étaient encore capable de mourir.
La créature se trouvait devant la femme blessée et épuisée. Elle n'avait même plus la force de fuir ; des perles pourpres tombaient dans le tapis blanc qu'ils avaient en partie balayé par le combat. Elle observait le sol, et tomba à genoux alors que la créature s'approchait d'elle, l'air menaçant, soufflant presque de haine. Elle fixait la mère et l'enfant qui se lovait contre elle. Elle avait faim, elle avait soif, elle brûlait de colère pourtant, la mère sourit avant de s'écraser sur le sol. Elle venait de périr de ses blessures, son corps venait de tomber dans la neige blanche, le pourpres commençait à s'étendre de son ventre.
La petite fille était tombé à côté de sa mère, et elle la regardait, un peu inquiète, ne comprenant pas ce qu'il se passait. La petite avait pleuré durant le combat, des traces, des sillons de larmes étaient encore présent sur ses joue mais pas un son ne s'était échappé de ses lèvres et même là, pas un bruit, elle tendit juste la main vers la créature.
Celle ci s'avançait, elle avait faim, elle mourrait de faim. Toutes ses années endormie, et devant elle, de la viande encore chaude. Il s'approcha, prête à l'avaler d'une bouchée quand soudain, il se passa une chose étrange. Des fils soudain apparut, une douceur étrange, des lignes lumineuses se mirent à luire de l'enfant pour atteindre la créature. Le Gardien ne savait ce qu'il se passait, il ne comprenait rien, il observait ce phénomène, sans savoir ce qu'il se passait. Son cœur, c'est son cœur que les lignes atteignaient. Ça ne faisait pas mal mais le gardien changeait, il le savait, il le sentait …
Cela dura plusieurs secondes durant lequel les fils d'or les lièrent avant qu'il ne s'estompent et que leur lumières ne disparaissent et que la clairière ne retrouve son aspect ordinaire.
Et alors il voulut finir ce qu'il avait voulu commencer. Il se pencha d'un coup, voulant la manger, gober même ce petit amuse-gueule … mais d'un coup, une douleur insoutenable lui vrilla le corps, et il ne put que reculer … sans même comprendre, il voulut à nouveau s'en prendre à l'enfant qui semblait rire, sans bruit toutefois, qui ne devait pas avoir plus de 2 ans, mais la même douleur réapparut, l'obligeant à reculer.
Qu'est-ce qu'il se passait ? Il ne savait pas mais il avait faim, terriblement faim ... Il décida de délaisser cette proie qui paraissait lui résister, et se jeta sur l'un des corps de Crocs-vifs qu'il dévora d'un coup.

Ce lien étrange, cet instinct qui semblait le pousser vers cet enfant, il était trop tard pour le rompre. Ce soir là, alors que la neige avait recommencé à tomber, couvrant les cadavres restants, dernières preuves du combat qui avait eu lieu à cet endroit, il s'approcha, prit avec douceur et précaution le vêtement de l'enfant entre ses dents et l’entraîna loin de cette clairière et des corps sans vie qui s'y trouvait. La neige qui tomba cette nuit recouvra le corps des deux parents de l'enfant alors que lui tenait cette dernière au milieu de sa fourrure, tout contre lui pour éviter qu'elle ne prenne froid. Il ne savait pas pourquoi, mais il voulait protéger l'enfant, cette petite chose si petite, si fragile blottie contre lui, qui dormait en se tenant contre lui. Il sentait qu'elle n'était pas comme lui, qu'elle était comme ses créateurs mais en même temps, elle était si différente d'eux … jamais il ne pourrait lui faire du mal, et intérieurement, la créature se mit à sourire, en s'endormant également.

C'est ainsi que cela, ce lien, cette force qui le poussait vers la jeune enfant commença. Ce lien d'abord forcé devint presque naturel pour les deux liés, ne les obligeant plus jamais. Ils se ressentaient, ils pouvaient deviner où était l'autre, s'il était heureux, apeuré ou encore triste. Ils étaient liés, parfois comme s'ils n'étaient qu'un. C'était touchant, un peu extraordinaire comme relation, étrange aussi. Extraordinaire mais vrai, il était comme le père de cette enfant, la protégeant envers et contre tous.
Les années passent. Le bébé devient enfant, puis jeune fille. Eoghan la protègeait, semblant presque l'élever comme un père l'aurait, mais à la manière d'un animal, lui apprenant à survivre tout en assurant ''ses arrière''. Il lui apprends tellement de choses. Tout la faune, tous la flore, rien n'est laissé au hasard. Elle ne sait ni parler, ni écrire, ni même pensé comme une humaine, mais elle connaissait tellement de chose … ils aiment communiquer, à leur façon, par le ressenti, l'impression. Leur langage semble parfois si développée, ils partagent tous, rien n'est étranger à l'autre.

De ce qu'il se passe maintenant ? Rien, les deux ne savent rien. Ils ne sortent pas. Le Cœur d’Émeraude est leur domaine. Silence grandit, elle s'endurcit, devient de plus en plus une créature de cette forêt. Quand on la distingue de loin, on aurait du mal à la croire humaine, réellement. Elle ne connait pas le monde extérieur, elle ne connait presque rien. Elle sait qu'en dehors, on peut vouloir les chasser, les exterminer parce qu'ils peuvent être une menace. Elle ne sait même pas qu'elle est comme les hommes. Pour elle, elle est la fille, la sœur, l'amie d'Eoghan et c'est ici qu'elle est née.
Parfois, ils croisent des corps, des personnes qui ont voulu s’aventurer trop loin chez eux. Ils les observent un long moment, surtout elle, pour comprendre qui étaient ses personnes, pourquoi ils lui ressemblent à ce point. Elle était aussi fascinée qu'inquiétée par eux, parce que parfois, elle pensait réellement être comme Eoghan, être comme sa fille. Elle ne se reconnaissait pas réellement devant ses corps morts. Elle ne voulait pas les rejoindre, elle avait peur d'eux, de ce qu'il pourrait lui faire, à elle ou à Eoghan.

Mais un jour, une étoile du ciel leur sembla étrange. Eoghan ne se sentait pas bien, très étrange, comme anxieux, un peu agressif par instant comme s'il ressentait un danger imminent. Ce soir là, ils virent l'étoile tomber, ce soir là, ils s'approchèrent trop de leur frontières pour la voir tombée en dehors de leur forêt. Ce soir, là, on les vit, une immense créature et une sorte de petite silhouette sur son dos, au niveau de son cou. Un élan de panique s'empara du groupe de personne qui dormait au pied de la forêt. Panique qui fit filer Eoghan comme le vent à travers les arbres. Mais c'était trop tard, on les avait vu, pour la première fois depuis tant d'année. Pour la première fois, la jeune fille avait vu des humains vivant, mais pour la première fois, on su pour leur existence. Au plus profond de leur forêt, ils entendaient les échos de ceux qui commençaient à les chercher. Ils savaient qu'ils étaient en danger. Ils étaient inquiets. Cela fait quelques lunes que l'étoile est tombée, et même si les hommes se sont éloignés de leur forêt, faute de les avoir trouvé. Cependant, Eoghan sait qu'on viendra les chercher, qu'on ne les laissera pas en paix. Leur refuge ne l'est plus, et maintenant, ils attendent ceux qui voudront les arracher à leur paix.










Réellement
Pseudo : Je dirais Ma-Ehlys, mais je suis aussi connue sous Griffe, Salamandre
Age : Euuuh, 19, bientôt 20 mais j'suis une grande quoi ^^''
Comment avez-vous connu le forum ? Ce forum … ahlala, toute une histoire, qui commence y a bien longtemps … quoi, la version courte ? Bon, en gros, j'ai été HONTEUSEMENT séduite et limite traînée de force vers le gouffre sans fond … ils veulent faire de moi une no-life !!
Et ses criminels notoires : Raf et Vanessa ! Bande de méchants … … mais je vous aimes quand même <3

Qu’en pensez-vous ? Bah franchement, je luttais pour ne pas venir, ayant déjà … 8 persos sur d'autres fofos mais j'ai craqué, réellement ^^
Code : L'Arche s'est planté, like a boss ! (même si j'aurais plutôt tendance à dire comme des … enfin brefs XD)
Quel était le nom de l'empereur de Talrëa lors de la guerre de la reine Harpie ? Pfff, j'aime pas l'histoire, que ce soit celle française ou autre mais je crois que c'est Odavh Nat Eiran



Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Invité ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude. Dim 8 Déc - 1:43

Fiche (re)finie ^^
J'ai fait tous les changements demandés, voici la version bêta Cool 
En espérant que tout aille ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude. Lun 9 Déc - 10:26

Parfait, nous rajouterons le gardien plus tard dans le bestiaire^^


FICHE VALIDÉE
"C'est partit pour le Grand Voyage ! Découvrons Sorëan et l'Arche tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur L'Arche de Sorëan et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants.

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas


JE M'APPELLE Contenu sponsorisé ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude.

Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: La Terre des Discussions :: Archives V1 :: Fiches refusées ou abandonnées :: Une ombre au milieu des reflets d'émeraude.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» ▬ Annexe 3bis : Les Régions de la Terre du Milieu
» Début de soirée en milieu hostile ...
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: