L'arche de Sorëan :: Identification :: Présentations :: Fiches validées :: Les Felioniens :: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Aelia S. Ringvild ET JE SUIS Felionienne
Diverses Informations
Multi-Compte : Frantz Dinckel

Informations RolePlay
Âge: 29 ans
Métier: Duchesse de Huss
Disponibilité pour RP: Active
Message(#) Sujet: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé] Mer 16 Déc - 11:54

Identité du Personnage
Informations Générales
▬ Nom : Ringvild
▬ Prénom : Aelia Syglia
▬ Âge : 29 ans
▬ Genre :

▬ Groupe : Félionien
▬ Métier ou Fonction : Duchesse de Huss

▬ Origine : Sorëan
▬ Nationalité : Féliona

Psychologie & Physiologie


Psychologie


Droiture et rigueur. Ce serait les maîtres mots de la personnalité d'Aelia. La jeune Duchesse a du apprendre très vite à se débrouiller par elle-même et à se forger une discipline très stricte tout comme elle a suivit le chemin de l'érudition. Solitaire par nature, elle n'aime pas beaucoup la compagnie même si son statut l'oblige a entretenir des relations de complaisance avec les autres Duchés de Féliona. Malgré tout elle est cordiale et sociale voire peut être trop abordable pour une personne de son rang. La Noblesse de son sang ne lui ait jamais monté à la tête, elle est de bonne naissance certes mais cela ne fait pas d'elle une de ces nobles qui écrase le peuple pour prouver son lignage. Bien au contraire, elle est à l'écoute des gens et prend en considération les demandes même si au premier abord, on pourrait croire que c'est le cadet de ses soucis.

Déterminée n'est pas suffisamment fort pour décrire la Duchesse. Elle est  bornée voire jusqu'au-boutiste. Sa volonté est inébranlable et si elle a décidé quelque chose, il faudra vraiment un événement majeur ou une voie sans issue pour la faire changer de chemin. Etant très indépendante, elle manque de confiance envers les autres, préférant se référer à ses propres jugements. La seule qu'elle écoute sans trop rechigner est Sheril qu'elle a apprit à apprécier et qu'elle reconnaît être une source de sagesse de part son âge avancé et son expérience.

Initiée depuis sa plus tendre enfance aux arts de la guerre, Aelia a développé un côté un peu masculin, guerrier, qui la rend assez … Agressive et peut être un peu trop crue. Elle réagit au quart de tour et peut s'emporter très rapidement, autant physiquement que verbalement. De vieux réflexes. Cela n'a pas que des mauvais côté car elle a pu apprendre très rapidement les joies des joutes verbales et réparties pour clouer le bec à ceux qui voulaient la prendre pour une fille frêle et écervelée. Autant elle peut être digne de son statut et adopter un comportement princier, autant elle pourra jurer comme un charretier et passer outre les barrières des classes sociales. C'est un fait assez rageant pour les vieux Nobles.

Malgré ses apparences dures et froides, elle reste une femme en soi. Plutôt bienveillante, elle se fait un devoir de rendre la vie belle à son peuple et son entourage. Ce n'est pas Mère Thérèsa mais elle ne supporte pas les injustices et le malheur, d'où le fait qu'elle reste droite dans toutes circonstances et que ses décisions peuvent parfois être sujet à controverse du point de vue de la noblesse. En effet, tout ce qui pourrait se faire de luxueux et coûteux et totalement inutile comme des bals ou des banquets à n'en plus finir ne l'intéresse pas et sont mêmes presque proscrits. Elle mène une vie assez simple bien qu'elle profite d'un confort certain. Il ne lui en faut pas beaucoup, le minimum lui convient.

De part sa jeunesse, elle a une certaine fougue qui peut paraître être de la folie, prête à mener une bataille de front s'il le fallait ou se mettre en danger sans réfléchir. Mais cela ne fait que révéler son courage et sa détermination. Elle aime aussi profiter des différents plaisirs de l'existence et est plutôt une bonne vivante sans tomber dans l’excès.

Autoritaire. Sévère mais juste. Bonne patte. Selon les situations, on ne sait pas trop qui est vraiment cette Aelia. Peut être parce qu'elle est un peu caractérielle, il faut savoir prendre des pincettes avec elle et surtout ne pas la brusquer. Cependant, derrière ce masque si dur, elle reste très tolérante envers les gens bien qu'elle ne leur accorde pas sa confiance, elle est prête à faire des concessions si elles sont justifiées.

Elle n'est pas capricieuse et est plutôt facile à vivre pour une Noble. Ses exigences ne sont quasiment qu'alimentaires pour garder la forme et la ligne mais elle est loin de l'extravagances de certains de sa cour. Elle ne les dénigre pas pour autant, c'est juste que sa vision de voir la vie est différente.


Physique

Du haut de ses 29 printemps, Aelia a tout de la fraîcheur de la jeunesse. Un regard vert émeraude vif, de jolies ondulations dans ses cheveux blonds dorés, un visage triangulaire raffiné où des lèvres fines naturellement carmines forment souvent un sourire agréable. Elle ne mesure qu’un petit mètre soixante cinq pour 60 kilos et elle les porte bien.

Elle n’est pas grosse mais elle n’est pas mince. Elle est musclée de partout : aussi bien des jambes que des bras. Le maniement de la lance ainsi que la chevauche d’aigle-roc ne lui permettent pas d’être une gringalette. Ces formes ne sont pourtant pas disgracieuses, elle a une jolie taille ainsi qu’une poitrine relativement généreuse, relevant sa féminité. Son corps dans son ensemble est plus celui d’une athlète que celui d’une guerrière : souple et rapide, elle arrive à se mouvoir avec une grande facilité et dextérité. De ce fait, tout comme les aigles-roc qu’elle éduque, elle est plus agile que forte, ce qui ne l’empêche pas de pouvoir mener un combat et mettre des hommes à mal même si ses capacités physiques restent relativement celles d’une femme.

Son allure est noble, elle marche le dos bien droit avec un pas ferme et décidé, le menton toujours levé, jamais baissé. Elle est assez nerveuse, active, ne supportant pas d’être immobile ou de rester sans rien faire trop longtemps. C’est une femme qui a besoin d’action et de bouger mais pas pour faire n’importe quoi, il faut que son temps soit occupé efficacement.

Aelia est une femme toujours enjouée, plutôt de bonne humeur et positive, c’est une fonceuse qui aura toujours le sourire aux lèvres, les traits aimables mais attention, sa colère peut être aussi effrayante que sa beauté. Ses yeux sont assez révélateurs de son humeur, ils peuvent être empreints d’une vive malice plutôt sereine ou s’assombrir du plus terrible courroux.

Lorsque l’on regarde la Duchesse dans son ensemble, on ne peut douter de son appartenance à la Noblesse, s’apprêtant toujours avec justesse selon les circonstances. Elle est certes une guerrière mais elle aime porter de belles robes qui lui permettent à la fois d’être coquette mais de pouvoir bouger à tout moment, cachant dessous généralement soit des bas soit des collants pour être à l’aise. De ce fait, Aelia aime porter des vêtements amples, au du moins qui lui permettent de se déplacer sans être trop entravée. Robe, jupe, pantalon, elle porte de tout. On pourra juste noter qu’elle évite de s’habiller dans des tenues trop sombres, préférant les couleurs vives qui expriment bien son tempérament explosif.


Biographie
Dans le Duché de Huss, le Seigneur des Terres n’arrivait pas à avoir une descendance. C’était un triste sort que celui de ne pas pouvoir enfanter. Etait-ce le Duc ou la Duchesse qui portait cette malédiction ? Après des années de tentatives infructueuses, ce fut avec joie qu’on vit s’arrondir le ventre de la Dame de Huss. Le Duché était en liesse, un héritier allait bientôt naître. Aelia Syglia : C’était une petite fille qui avait pointé le bout de son nez. Certes un peu déçu de ne pas avoir eu un fils, le Duc passa vite outre ce choix du destin, il avait pu avoir un enfant et cela était déjà un moment grandiose dans sa vie d’homme mais également de Suzerain.

L’enfance d’Aelia fut toute à fait normale pour une jeune noble : cours d’étiquette, de maintien, d’histoire, de combat, … Une éducation classique mais qui avait fait ses preuves. Parents et enfant menaient une vie heureuse sans ombre au tableau. C’est seulement lorsqu’elle eut 10 ans qu’une tâche fit son apparition sur leur existence si idyllique. Cette « tâche » mesurait à peine 1m30 de haut et était âgée de 10 ans également. Elle s'appelait Pyreinth et d'après les adultes, c'était la fille illégitime du Duc.

Que les Dieux les préservent ! Le Duché de Huss allait être sali par l'infidélité de son Seigneur. L'épouse légale était blessée mais elle ne pouvait que trop bien se remémorer la souffrance que l'un et l'autre éprouvait lorsque tous les mois, l'espoir d'avoir un héritier s'évanouissait aussi vite qu'il était apparut. Il fut presque « normal » que le Duc tente de chercher ailleurs ce qu'il ne pouvait avoir dans son foyer. Ce n'était cependant pas une raison pour le pardonner aussi facilement. Mère et enfant étant itinérantes, le problème ne se posait pas trop. Phèdra l'inventrice n'était passée que pour informer le Seigneur de sa paternité. Peut être qu'un peu de nostalgie l'avait guidée jusqu'au Duché de Huss. Une chose était certaine, elle ne réclamait rien, si ce n'est un peu de reconnaissance de la part du Duc pour lui avoir donné un autre enfant. Embarrassé mais voulant tout de même témoigner de sa gratitude, le Suzerain décida de donner de quoi faire vivre la famille Kendrak, sans que cela ne s'ébruite.

Aelia était jalouse de cette enfant de quelques mois son aîné. Elle n'était plus la seule à être choyée par ce père qu'elle aimait tant. Elle devrait le partager avec cette fille qu'elle ne connaissait pas et qu'elle ne voulait pas connaître. Cependant leurs routes seraient à jamais liées. Elles partageaient une partie de leur sang et peu importe le temps qui s’écoulerait, elles seraient à jamais des sœurs, que cela leur plaisent ou non.

Les années passèrent et la jeune fille progressait sans cesse dans tous les domaines et en particulier dans celui du combat. Elle voulait tellement que son père soit fier d’elle. Elle serait le fils qu’il n’avait pas pu avoir mais en même temps, elle voulait qu’il la considère comme une femme à part entière. Cela faisait également quelques années qu’elle apprenait à éduquer des aigles rocs. Malgré ses tout juste 16 années, elle était plutôt douée, les relations entre elle et ses oiseaux géants se faisaient plutôt facilement. Lors d’une couvée, elle vit un aiglon tout doré sautillant, gesticulant sans cesse. Il était tellement petit et insouciant qu’elle craqua totalement sur sa frimousse. Aelia décida qu’il serait son aigle-roc et lui donna le nom d’Arnbjörn.

A l’aube de ses 19 ans, la jeune femme, dont la fraîcheur et la beauté faisait écho dans tout le Duché, avait prit pour habitude de se mêler à la foule. Elle aimait cet univers différent, des marchands à la criée, des petites gargotes d’où s’échappaient l’odeur des épices, les chants des marins alcoolisés accoudés aux bars, frappant leurs chopes les unes contre les autres dans un fracas sourd mais plutôt agréable. C’était une ambiance particulière qu’Aelia aimait côtoyer. Elle était loin la vie de noble où chaque chose devait rester impeccablement à sa place.

C’est là qu’elle rencontra un homme, présentant bien sur lui, éduqué. Il s’appelait Wilfred et lui faisait la cour lorsqu’elle passait devant sa boutique chaque samedi. Elle ne s’intéressait pas particulièrement à lui mais il est vrai que ses confitures étaient un vrai délice. Ce manège dura des mois mais Aelia ne lui montrait jamais de signes d’affection en retour. Jusqu’au jour où l’homme fut agacé et voulu passer à la vitesse supérieure : Prétextant vouloir montrer une nouvelle création dans son arrière boutique à la noble blondinette, il tenta de lui dérober autre chose que de simples baisers. En très mauvaise posture et surtout choquée du changement de comportement de ce Wilfred qu’elle pensait connaître, Aelia n’arriva pas à bouger. C’est à ce moment là qu’il apparut. Un homme si grand qu’il avait cassé la porte comme s’il s’agissait d’une vulgaire feuille de papier. Il se saisit de Wilfred par le dos de sa chemise et l’envoya rouler au fond de l’arrière boutique. La jeune femme n’avait qu’aperçu les yeux verts brillants et les cheveux bruns de son sauveur. Elle ne réalisa même pas qu’il l’avait soulevé de terre pour la faire sortir, en n’oubliant pas de donner un grand coup dans les côtes du malotru qui gisait au sol.

Le jeune homme déposa Aelia quelques mètres après la boutique, la reposant par terre et resta auprès d’elle pour voir si ses jambes étaient capables de la porter. Encore sous le choc, elle tremblait de toute part et ce mystérieux inconnu la conduisit au bar le plus proche pour la « rafraîchir ». Ne connaissant toujours pas leurs identités respectives, ils commencèrent à boire, pour « fêter ça » qu’il disait. Elle avait échappé à un bien mauvais moment alors maintenant il fallait l’oublier. Après quelques pintes, il lui donna son nom : Mercan Hundril. Il était de passage en ville avec son frère pour affaire. Ils restaient quelques semaines ou jours, il ne savait plus très bien. Plus il parlait et plus Aelia était intriguée par ce drôle d’oiseau. Il n’avait rien de Wilfred, ses manières n’étaient pas toujours correctes mais il avait la franchise d’assumer ce qu’il était. Après cette soirée au bar, ils décidèrent de se revoir, le temps de son séjour.

Et le séjour passa et ils se dirent adieu. Les commerçants itinérants reprenaient la route. En signe d'amitié et de reconnaissance, Aelia donna à Mercan un de ses rubans, un entièrement en soie fine d’un rouge écarlate : « Pour que tu ne m’oublies pas » lui avait-elle dit. En contrepartie, il lui offrit un bracelet artisanal en bois un peu grossier mais c’était l’un des siens.

La vie continua son cours jusqu’à ce qu’un beau jour, après deux années d’errances, les deux frères revinrent au royaume pour une autre période commerciale. Les retrouvailles furent chaleureuses, Mercan était devenu un peu plus « homme », une grande cicatrice traversant son visage. Cela ne l'avait pas plus changé que cela, il restait fidèle à lui-même. Leur première sortie fut d'ailleurs un bar de la place où le jeune homme finit rapidement rond. Il ne devait rester qu'une semaine mais son séjour se prolongea pour une période indéterminée. Mercan et Aelia se voyaient presque tous les jours après le travail de « garde du corps » de son frère, quand celui-ci lui permettait de vaquer à d'autres occupations. Ils allaient là où leurs jambes les emmenaient. La jeune femme était toujours très intriguée par lui, il lui racontait ses voyages, ce qu'il avait fait et vu. Pour la première fois de sa vie, Aelia avait l'impression d'avoir ce qu'on appelait un « ami ». Elle arrivait à lui parler, à se confier à lui alors qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant avec quiconque.

Aelia décida d'emmener Mercan chasser un peu plus à l'est du Duché de Huss, dans les contrées plus sauvages pour profiter de la nature et du grand air et surtout : de l'anonymat. Accompagnés d'Arnbjörn, les deux jeunes gens se rendirent dans un petit village paysan mais décidèrent de passer leur séjour de manière plus rustique. Ils installèrent leur campement dans une plaine non loin de la forêt et de la rivière. A la nuit tombée après leur journée de chasse, ils allèrent se rafraîchir dans l'eau, se baignant et s'amusant comme des enfants. Sauf que : Ils n'en n'étaient plus, et les jeux innocents se transformèrent assez rapidement lorsqu'ils prirent conscience qu'ils étaient juste un homme et une femme.

Non pas comme Wilfred quelques années plus tôt, Mercan s'était approché d'Aelia pour la coller contre lui, l'étreindre de toutes ses forces sans pour autant l'étouffer. Il ne la forcerait à rien. Avec délicatesse, il lui avait embrassé le cou pour remonter doucement jusqu'à ses lèvres. C'était la première fois qu'un homme la touchait de cette manière et elle ne souhaitait pas qu'il s'arrête. Elle l'avait prise à son tour dans ses bras, le serrant contre elle et partageant son désir de lui appartenir. Ils passèrent leur première nuit d'amour à la belle étoile. Le soir n'était pas si froid, leurs corps entremêlés dans le noir les réchauffaient de la meilleure des chaleurs. Cette nuit-là et les quatre jours suivants, ils s'abandonnèrent l'un à l'autre aussi souvent que le désir les submergeait.

La dernière nuit, après encore quelques heures de plaisir, leurs corps étant blottit l'un contre l'autre dans une harmonie quasi-parfaite, l'heure était aux confidences. Aelia caressait les bras de Mercan qui la serrait contre lui, les lèvres collées sur son front. La jeune femme avait envie de parler, lui, souriait en lui répondant quelques mots entre deux baisers. Sauf que tout ce qu'elle avait sur le cœur n'était pas facile à entendre :

- Mercan ?
- Hum …
- Je crois … Que … Tu es le premier homme que j'aime plus que mon père...

En effet la jeune femme allait dévoiler son plus terrible secret. Dés son adolescence, Aelia s'était rendue compte qu'elle portait pour son paternel un amour bien différent de celle d'une simple progéniture. Elle l'admirait mais plus encore. En grandissant, ses sentiments n'avaient pas bougé, elle aimait plus que tout ce père qui ne la regardait que comme une petite fille. Elle en était malade et verte de jalousie de voir ses parents former un couple si parfait quand bien même ils eurent à essuyer l'infidélité du Duc. Elle aurait tant désiré être la seule femme de sa vie mais elle n'était que la seconde. Elle s’en voulait d’avoir de tels sentiments si immoraux, si contre-nature. Cependant en rencontrant Mercan, c'était la première fois que son amour se portait sur quelqu'un d'autre et c’était une délivrance. Car oui, c’était une certitude : Aelia était éprise de Mercan.

En lui révélant ce secret, elle espérait nouer avec lui une relation de confiance absolue. Il ne devrait jamais le divulguer et surtout, elle espérait qu’il l’aimerait autant après s’être ainsi dévoilée. Mercan resta silencieux, il devait sans doute encaisser ses révélations qui n’étaient pas faciles à digérer. Soulagée d’avoir partagé son plus sombre secret, la jeune femme se blottit contre son amant en pensant que leur idylle durerait à jamais. La réalité la rattrapa très vite au petit matin lorsque dans leur tente elle se réveilla seule. Aelia ne s’inquiéta pas de suite, elle cru que Mercan était parti leur chasser ou pêcher quelque chose pour déjeuner. Sauf que les heures défilaient et son bien-aimé ne revint jamais au campement. Elle resta dans la plaine deux jours encore à espérer qu’il ne s’était qu’égaré. Mais il fallait se rendre à l’évidence, Mercan avait fuit comme un lâche et c’est le cœur en miettes qu’Aelia retourna à la capitale de Huss.

Les jours puis les semaines s’enchaînèrent sans une once de nouvelle de son marchant itinérant, la jeune femme sombra dans une dépression terrible. Elle qui était si pimpante n’avait plus goût à quoi que ce soit. Son corps faiblissait et son esprit semblait absent. Le Duc s’alarmait devant le désespoir de son enfant mais même lui ne pouvait plus rien y faire. En lui volant son cœur, Mercan avait aussi subtilisé l’amour impur qu’Aelia vouait à son père, redevenant une femme dans sa normalité et ses faiblesses. Ce n’est que deux mois plus tard, alors qu’elle errait dans les rues, dans l’avenue des bars, qu’elle entendit une voix tonitruante qui pourtant lui était connue. Elle entra comme une souris et son cœur s’arrêta de battre.

Sur une table, debout, les bottes crasseuses, Mercan, fortement alcoolisé, prenait par la taille deux danseuses exotiques qui pouffaient pendant qu’il leur bécotait le cou à l’une ou à l’autre. Elles essayaient de se sauver mais il les rattrapait toujours.

- Oh Mercan ! Que dirais ta femme si elle te voyait ?
- J’ai pas d’femme … hips
- Alors à qui il est ton joli ruban rouge à ton cou ? C’est pas très viril tout ça * rire *

Mercan jeta un œil vitreux au bout de tissu qui pendouillait devant lui, titubant et risquant de tomber il s’accrocha à la taille d’une des danseuses.

- Aaaaah ça ! Devine à qui c’est ça !

Il lâcha sans vergogne les deux femmes qu’il tenait dans ses bras pour faire « son show ». Retirant le ruban à son cou, il le leva bien haut, tournant sur lui-même pour le montrer à tout le bar comme une pièce rare et magique.

- Ceci m’sieurs dames, appartient à la fille du Duc de Huss ! C’est elle qui me l’a donnée et en personne s’vous plaît ! Hé ouais, j’me la suis tapée cette petite catin incestueuse ! Parce que vous connaissez pas la meilleure ?! Cette pute se fait son père aussi ! Ahahahah !

Aelia était livide, brisée par celui qu’elle avait tant aimé… Déjà que ce qu’il disait n’était pas la vérité, elle était déformée au plus haut point mais le pire de tout : il venait de lâcher son secret le plus noir en public. Quand bien même elle était blessée au plus profond d’elle-même et que son désir le plus cher aurait été de disparaître, ce n’était pas que sa personne qui était mise en cause mais sa famille dans son entier. Elle enleva le capuchon qui lui cachait le visage et se faufila à travers la foule qui était devenue bien bruyante.

- SUFFIT ! Tais-toi bougre d’âne ! Comment oses-tu te moquer ainsi du Seigneur de ces Terres ! Tu blasphèmes contre moi et ma famille ! C’est impardonnable !

Elle sauta sur la table où Mercan divaguait, la reconnaissant sans doute mais ne percutant pas. Elle le saisit par le col et le jeta violemment au sol, restant seule élevée parmi la peuplade de gens qui resta choquée.

- MERCAN HUNDRIL ! TU N’ES PLUS LE BIENVENUE DANS LE DUCHE DE HUSS ! SI TU OSES ENTRER SUR NOS TERRES, JE TE JURE QUE JE TE FERAIS PENDRE HAUT ET COURT ! DEHORS MAINTENANT ! ET TOUT DE SUITE !

La fureur d’Aelia résonna jusque dans la rue, les passants s’arrêtant même de marcher. Les hommes soulevèrent Mercan et le jetèrent dans la rue, pour son bien. Au vue de la colère de la fille du Duc, ils n’auraient pas pariés qu’elle ne change pas d’avis et l’exécute sur place. Il ne fallait pas toucher au Duc mais le fait qu’elle ne démentisse rien laissa planer des rumeurs qui s’ébruitèrent dans tout le Duché. On ne parlait plus que de ça.


La honte était sur la famille Ringvild, tout le monde était au courant de ce qui se disait dans les rues : Le Duc, en plus d'être infidèle à son épouse, avait une relation incestueuse avec sa propre fille. Certains riaient en scandant que ce n'était que des divagations d'un alcoolique qui avait engendré cette farce, d'autres, regardaient d'un œil mauvais cette noblesse aux mœurs étranges, cela les écoeuraient. Après quelques semaines de ragots toujours aussi animés, la Duchesse ne put s'empêcher de prendre sa fille entre quatre yeux. Il fallait qu'elle sache car son mari, lui, semblait indifférent à tout ce qui pouvait se dire.

- Aelia, dis moi que ce n'est pas vrai ! Toi et … ton père !
- …

Le bruit sec d'une gifle sur le visage de la jeune femme résonna dans toute la chambre.

- REPONDS-MOI MAINTENANT !
- Mère … Père n'a jamais eu d'yeux que pour vous … Mais c'est vrai que je l'ai aimé bien plus qu'une fille. Seul Mercan était au courant... Oh Mère comme je regrette, si vous saviez !

Une autre claque avait marqué la joue d'Aelia qui ne pouvait retenir ses larmes.

- Je vous en prie Mère, pardonnez-moi... Pardonnez-moi d'avoir eu des sentiments contre-nature envers mon propre Père mais ils se sont tus maintenant, je vous le jure !

La Duchesse ne dit rien et ferma la porte d'Aelia à clé en sortant de sa chambre. Celle-ci resta enfermée dans sa propre demeure plusieurs jours durant. On lui servait ses repas puis on refermait la porte, tels étaient les ordres de sa mère. La punition cessa le jour où le Duc vint lui-même redonner sa liberté à Aelia. Il n'était pas au courant de ce que la Duchesse lui faisait subir et cette idée lui était insupportable. Comment pouvait-on faire souffrir sa chair et son sang ? La jeune femme n'était plus qu'une ombre, le teint livide, les yeux rougis par les pleurs, ses cheveux emmêlés n'avaient pas été coiffés depuis un moment. Elle portait les mêmes vêtements que le jour de la dispute avec sa mère.

Effondré devant un tel spectacle, le Duc ne put retenir son élan paternel et serra fort sa fille contre lui. C'était l'une des rares fois que son père la prenait dans ses bras. Il avait toujours été chaleureux mais d'une autre manière : une main sur le haut de ses cheveux, un sourire franc, un hochement de tête accompagné d'un regard tendre. Voilà quels étaient les gestes tendres qu'Aelia connaissait. Le jeune femme continua de pleurer dans les bras de son père. Peut-être qu'il l'avait toujours su ou ignorait-il toute cette histoire, le Duc n'était pas homme à croire n'importe quoi. Il caressait le dos de sa fille pour qu'elle arrête ses sanglots mais leur source était intarissable. Sa mère la détestait, elle avait perdu l'homme qu'elle aimait et celui qui la consolait n'était autre que son père qui tant d'années elle avait désiré ardemment. Sa vie était un fiasco total.

C'est à ce moment-là que la Duchesse les aperçut dans l'encadrure de la porte. Ainsi enlacés, l'épouse se sentit bafouée, la terrible rumeur prenant forme sous ses yeux. Pourtant ce n'était qu'une illusion. Cette image resta gravée dans son esprit si profondément que celle-ci la hantait chaque jour, ne supportant même plus de voir le visage de sa fille reprendre des couleurs. Tout comme ses sourires destinés à son père lui fendaient le cœur à chaque fois qu'elle les surprenait. Seulement quelques semaines après ces événements, on retrouva le corps inanimé de la Duchesse au beau milieu de la chambre conjugale. Elle s'était pendue au plafonnier.

Le Duc était inconsolable tout comme Aelia. Le Seigneur avait toujours aimé profondément son épouse et sa disparition lui laissait un vide dans son cœur d'homme. Ils avaient traversés tant d'épreuves ensemble, voilà qu'il se retrouvait seul. En bonne fille, Aelia s'efforça de soutenir son père du mieux qu'elle pouvait. Mais elle savait qu'elle ne remplacerait jamais sa mère et elle ne le désirait plus. Comment en étaient-ils arrivés là ? Pourquoi est ce que le malheur rôdait autour de leur famille ? Leur vie ne serait plus jamais la même et ils devaient malheureusement faire avec.

Aelia décida de devenir plus forte chaque jour, pour son père, pour le Duché. Elle deviendrait le pilier de Huss. Elle se forgea un caractère fort et une volonté de fer. Elle ne fléchirait plus. Elle s'était préparée à toutes les éventualités sauf une seule : la mort du Duc.

Affaibli par le chagrin, il tomba malade et ne se soigna pas. Du moins, pas comme il le fallait. Depuis le décès de son épouse, il n'était plus que l'ombre de lui-même, il s'occupait toujours des affaires du Duché mais il est vrai qu'il se reposait beaucoup sur les connaissances d'Aelia en terme de politique, d'économie ou de tout autre domaine. Elle était bien formée et avait prit en main tout ce qui concerne Huss avec l'aide de son père. Elle agissait pour lui, souhaitant le soulager de ses tracas. Cependant cela ne suffit pas pour le faire sortir du gouffre. Il avait beaucoup maigrit, perdait parfois la tête, n'avait plus conscience du temps qui passe. Voir son père s’amenuiser ainsi déchirait le cœur d'Aelia mais elle restait forte, pour lui. Elle était avec lui lorsqu'il rendit son dernier souffle. Elle tenait sa main maigre et faible jusqu'à ce que la vie le quitte.

L'héritière du Duché n'avait pas le temps de pleurer son défunt paternel. A peine avait-il franchi les rivages éternels que l'on se battait pour prendre sa place. La jeune femme dû se battre, au sens propre comme au figuré, pour rester à la tête du Duché. Après plusieurs mois de lutte, les rennes du Royaume lui furent confiées. Elle n'avait que 24 ans et était la nouvelle Duchesse de Huss.

Depuis qu'elle a obtenu ce titre, Aelia s'efforce de rendre son Duché plus fort. Tous ses efforts lui valurent la reconnaissance de la Famille Royale. Bien que jeune, elle était digne de gouverner son peuple. Elle menait le Duché d'une main de fer dans un gant de velours, jamais tyrannique, le plus juste possible, elle faisait de son mieux pour que la vie soit belle à Huss.

La disparition de la Royauté de Féliona l'a vraiment choquée, elle était très fidèle à son Souverain. Cependant les autres Ducs ne vont pas laisser la place vacante trop longtemps. La course à la couronne commence et Aelia ne se laissera pas faire, elle sera une adversaire redoutable quand bien même elle est la seule femme à disputer la titre de Reine.


Ellipse des 2 ans

La guerre civile battait son plein lorsque la fameuse Maîtresse des secrets dévoila sa véritable identité : Hanaël Nat Urvan, l'héritière du trône. Cela faisait presque une année que les 3 Duchés se battaient entre-eux, se déchiraient pour une couronne qui appartenait déjà à quelqu'un. Malgré la preuve de la filiation de cette nouvelle Reine, Aelia avait du mal a avaler que sa « Suzeraine » ait laissé la situation critique en Féliona prendre une telle ampleur, jusqu'à sacrifier des centaines voire milliers de gens, soldats et civils. Ce manque d'honnêteté de la part d'Hanaël avait du mal à passer pour la Duchesse de Huss qui avait vu son peuple se soulever pour elle, prêt à donner sa vie pour voir Aelia monter sur le trône et tout cela pour rien. Ce n'était pas tant ne pas avoir la couronne qui rendait amère la défaite de la Duchesse mais bien toutes ces morts inutiles. Autant dire que ses relations diplomatiques avec la Reine sont tendues, quand bien même son allégeance est faîte. Elle était une fidèle de la famille Royaume et rien ne pourrait entacher cela.

La Duchesse de Huss étant aussi seulement une femme, ses aventures amoureuses furent troublées quelques temps. Son cœur battait pour deux hommes, un était Duc de Turquoise, l'autre simple « chien » de mer de son rival le Duc d'Yliss. Sa dernière nuit d'amour avec Mercan avait rouvert des anciennes cicatrices qu'Aelia pensait guéries à jamais. Cependant elle ne le revit plus depuis. Elle continuait ses échanges épistolaires avec Kadvael Aamu, le trouvant toujours plus merveilleux à chaque missive. C'était ce qui était le plus difficile à digérer pour la Duchesse qui se pensait de bien plus grande vertu... Elle aimait sincèrement ces deux hommes diamétralement différents. Tous ses tourments prirent fin lorsqu'après un an, les espions qu'elle avait aux quatre coins des Duchés lui apprirent la mort du Capitaine Hundril, tué par des pirates. Elle s'était certes réhabituée à son absence mais la nouvelle lui fit un choc. C'était comme si toute trace de sa vie passée avait disparue. C'était un drôle de sentiment qui la suivit pendant quelques semaines, ayant quelques peu du mal qu'il en était fini du Capitaine Hundril. Elle avait gardé le bracelet qu'il lui avait ramené des Terres de Glace. Avec une nostalgie non-cachée on pouvait la voir le contempler silencieusement puis se remettre à bouger comme si une pause s'était faîte dans le temps. Avec le temps, la douleur s'était estompée et surtout, elle n'était plus vraiment seule. La relation qu'elle entretenait avec le Duc de Turquoise se construisait doucement mais sûrement. Ils avaient eu le loisir de se revoir plusieurs fois après la fin de la guerre civile. Leurs cœurs étaient enfin liés, s'étant avoués leurs sentiments réciproques. Leurs titres et responsabilités les empêchaient de penser à plus pour l'instant, désirant tous deux garder leur Duché respectif.

Actuellement Aelia cherche à consolider ses relations avec la nouvelle Reine mais compte bien lui faire comprendre que ce qui a été perdu ne pourra pas être retrouvé. Une certaine distance s'installant entre Félios et le Duché de Huss qui préfère se reconstruire seul pour le moment.


Informations IRL
▬ Pseudo : Kouraï
▬ Âge : 27 ans
▬ Comment avez-vous connu le forum ? Cela fait un petit paquet de temps que j'y fais errer mes claquettes ^^
▬ Quel code se cache dans le règlement ? Le staff est là pour vous faire pleins de câlins ^^
▬ Comment était surnommé la nouvelle Reine de Feliona, avant d'être couronnée ?La Maîtresse des Secrets

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Aelia S. Ringvild ET JE SUIS Felionienne
Diverses Informations
Multi-Compte : Frantz Dinckel

Informations RolePlay
Âge: 29 ans
Métier: Duchesse de Huss
Disponibilité pour RP: Active
Message(#) Sujet: Re: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé] Mer 13 Jan - 9:23

Woilà ! Normalement c'est fini ^^

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Taranis Nat Eiran ET JE SUIS Admin ▬ Taranis
Diverses Informations
Multi-Compte : Moana Goldrain ▬ Cyriel Lemingvinder ▬ Kotha & Kanon ▬ Sorel Wineldil ▬ Magnus Sventyr ▬ Zoria ▬ Gaël Virdyn ▬ Yusef Farakhan ▬ Tatiana Nuixa ▬ Akihide Inagawa

Informations RolePlay
Âge: 28 ans.
Métier: Empereur de Talrëa.
Disponibilité pour RP: Disponible o/
Message(#) Sujet: Re: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé] Mer 13 Jan - 13:30

Ouaiiiis !
Vanessa, tout est OK pour moi Very Happy

Bon, je vais pouvoir faire Magnus alors Wink
Je vais voir si j'ai le temps de le faire pendant mon taf pour le coup (hug)

Par contre...Je pense qu'un certain gros barbu doit mal accepter l'amourette Aelia-Kadvael lol.
Mine de rien, c'est le risque de voir un Talrean devenir Duc de Huss...OU...de voir une Aelia partir pour Turquoise dévoilant plus d'ennuis qu'autre chose (Pyreinth en Duchesse de Huss ? Le monde s'en remettrais ? XD)

Me tarde de voir les tournants que tout cela prendra *_*
Voir le profil de l'utilisateur http://migoto-no-shima.forumsactifs.com
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé] Mer 13 Jan - 14:16

all is said^^

FICHE VALIDÉE
"C'est partie pour le Grand Voyage ! Découvrons Sorëan et l'Arche tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur L'Arche de Sorëan et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants, ainsi que d'aller recenser ton groupe et ton métier.
De plus, n'oublie pas de remplir ton Profil s'il te plait ! Il te faudra aussi activer la partie "Information Roleplay" !

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas


JE M'APPELLE Contenu sponsorisé ET JE SUIS
Diverses Informations
Message(#) Sujet: Re: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: Identification :: Présentations :: Fiches validées :: Les Felioniens :: Aelia Syglia Ringvild, Duchesse de Huss [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Aelia MacMillan [Validée]
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: