Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

JE M'APPELLE Mercan Hundril ET JE SUIS Felionien
Diverses Informations
Multi-Compte : Lakota
Message(#) Sujet: Capitaine Eran Mer 30 Déc - 18:47

Identité du Personnage
Informations Générales
▬ Nom : Hundril
▬ Prénom : Mercan/Eran
▬ Âge : 28
▬ Genre :
▬ Groupe :Felonien
▬ Métier ou Fonction : Capitaine Pirate

▬ Origine : Sorean
▬ Nationalité : Feliona Duché D'Ylliss

Psychologie & Physiologie
Eran est en fait tout le portrait craché de Mercan, mais quelle coïncidence! Son teint basané est bien la cause à effet d'être constamment sur les voiles de Woda et sous un soleil impardonnable. Un capitaine de navire sans prestance n'en est pas un. Il faut inspirer le respect par sa seule présence c'est ce qu'Eran réussi à dégager. Son air sévère remet rapidement les hommes en place sans même qu'il ose dire mot. Du haut de ses un mètre quatre-vingt-huit il en impose comme s'il faisait largement plus. Il a une silhouette avec des muscles bien définis il reste toute fois bien flexible rien à avoir avec des muscles gonflés et atrophier. Ses longs bras lui donnent une bonne portée pour les escarmouches et ses doigts longs et fins aident au maniement.

Son regard vert absinthe brille comme s'il y avait de petites lumières derrières les yeux. Par un simple regard il peut faire passé certaines personnes par une gamme d'émotion ce qui visiblement l'aide dans son rôle de capitaine. Une vicieuse cicatrice longe son visage en passant par son oeil gauche, elle commence au front et se termine à la même hauteur que ses narines. Ses sourcils remontent quelque peu vers la fin de la tête avant de redescendre en crochet, ce qui lui donne toujours un air sérieux malgré lui. Son nez long et fin s'arrête à quelques centimètres de sa bouche. Ses lèvres minces peuvent dessiner aussi bien un sourire des plus charmeur et ceux qui semblent menacer d'elles-mêmes.   Sa chevelure folle et longue a été quelque peu calmée par des dreadlocks qu’avec leurs pesanteurs ne revient pas au visage avec le vent.  Un pendentif d'un couteau est supporter par un collier de cuir, qui rappelle sa soeur sauvagement tuée par les chiens d'Ylliss.  

Il a également quelques tatouages. Sur le bras gauche il y a des tatouages de genre tribal qui part du poignet et monte jusque son cou et devi au pectoral  ou une fleur y est posé en l'honneur de Namira qu'il aime toujours.  Sur son bras droit une tête de mort y est posée sous son poignet et un tribal moins complets sur son avant-bras.  Eran porte généralement un manteau bleu ressemblant drôlement à celui rouge de son alter ego Mercan.  Une rapière de luxe est posée à sa taille, démontrant bien son bon goût, mais malgré le tape à l'oeil c'est une arme bien balancée et parfaite pour son style aléatoire de combat.

Eran est une personne malgré son fort caractère de merde est pourtant un charmeur.  Sa vengeance la rendu bien tordu et est une vraie machine à tué. Il est le premier à se jeter sur les navires militaires de Feliona, peu importe le duché.  Par contre il semble éviter les navires marchands et civils, surement par principe. Pas parce qu'il est pirate qu'il doit forcément être un salaud de la pire espèce.  Alcholique et légèrement drogué à ses heureux Eran fêtes presque chaque jour. Son nouvel entourage est bien plus inquiet qu'il meure intoxiqué plutôt qu'au combat.



Biographie
Comme je dois tenir un journal de bord je crois qu'il est de mon devoir d'écrire le avant. Disons simplement que ceci est le journal d'avant bord ou un truc comme cela. Ne cherchez pas à comprendre car si vous lisez ceci, je suis mort ou sinon, croyez moi, vous souhaiteriez que je le sois si j'apprends que vous avez fourré votre nez sans ce journal. Compris? Je ne sais pas pourquoi je pose des questions à l'écris comme cela, m'enfin bon... Commençons.

Tout a commencé voilà de cela vingt-six années. C'est l'année où j'ai poussé mon premier cri et ce n'était pas un cri de guerre. J'étais un jeune bambin et d'après mes parents, j'étais des plus tranquilles et adorables, comme quoi on change avec le temps. Mercan m'a été donné comme prénom. J'étais le deuxième garçon et comme le veut la tradition, j'étais pour être militaire. Mon grand frère Admil était l'héritier de la fortune et allait devenir la tête de la famille en devenant marchand comme notre père. Moi, je ne marchais pas encore que mon destin était déjà écrit. J'allais devoir faire partie de l'armée, comme tout bon second fils de bonne famille. C'est une drôle de tradition de prévoir déjà ce que nos enfants vont devenir dès leurs naisssance, mais bon... À ce moment, disons que je ne pouvais pas vraiment me rebeller à cette idée. Mes premier mots sortirent tard selon ma mère, mais bon, soyons honnête, je crois que tout le monde aurait aimé que je reste muet.

Dès mon jeune âge on m'avait fait réaliser ce que j'allais devenir. Un membre de l'armée et, vu la richesse de mon paternel, j'aurais droit à un grade dès ma formation terminée. Du moins c'était le plan. Bon, le tout ne s'est pas passé comme il le fallait, mais avant de se rendre à ce petit moment décisif, continuons par mon jeune âge.

Admil et moi étions de vraies petites pestes et, malgré qu'il était plus vieux, je l'entrainait dans plein d'histoires où il recevait le blâme. Malgré que père savait que j'étais responsable , il essayait de faire comprendre à Admil qu'être chef de famille était également de prendre la responsabilité de nos actions, même si on a été influencé et mal conseillé. Sages paroles et tout n'est-ce pas?

Les jeux arrêtèrent rapidement pour mon frêre et moi. Il fut confiné toutes les journées à sa chambre avec un tuteur pour lui enseigner tout ce qu'il devait apprendre pour être comme père. Pour ma part, il me restait encore quelques années avant de devoir faire mes classes. Père m'envoya passer ce temps ailleurs pour ne pas que je dérange Admil. Je fut envoyé chez mon oncle Rakim, un militaire retraité et remercié pour ses longues années de dur service. Sa maison n'avait rien de celle de mon père; elle était petite et peu confortable, mais elle avait du coeur. Je me senti d'avantage chez moi chez Rakim qu'à mon vrai chez moi.

Rakim était bien plus dur que mon père, un soupir de traver et je me méritait une giffle. C'était une toute autre expérience ça c'est certain. Il m'apprit à lire, à compter et à me battre. Pas seulement à la rapière, mais avec tout ce qui peut ce trouver à portée de mains, car selon lui, en temps de guerre tout peut arriver. Pour payer mes études de mes propres moyens, je travaillais sur son bateau de pêche pendant l'été. J'ai appris la majorité des choses que je sais de cet homme. Dommage que la mort frappe tout le monde et personne n'est immortel. Comme il n'avait pas de fils ou de descendant, mon père récupéra les biens de son frère et me donna sa rapière comme cadeau.

Malgré le fait que mon oncle était décédé, je ne rentrai pas directement à la maison car c'était le temps pour moi de faire mes classes. Voyons cela plutôt comme une prison qu'autre chose. Rien le droit de faire, rien le droit de dire. Chez Rakim c'était un vrai paradis au final. Pas la peine de vraiment en compter plus long car de toute manière, ce fut le passage le plus merdique de ma vie et j'ai coulé les classes car j'étais supposément un danger et j'étais une mauvaise influence. Les enculés de militaires ont beau dire ce qu'ils veulent, ils sont tous des retardés d'idiots. Mon père me donna une raclé monumentale lorsque je rentrai à la maison avec une telle nouvelle. Je fut même menacé de me faire embarquer comme simple marin dans l'armée et qu'il ne voudrait plus entendre parler de moi.

Ce qui fut ironique car plus jamais il n'a entendu parler de moi puisqu'il mourru dans son sommeil cette nuit là. Mon frère fut donc l'héritier et eu, par la même occasion, le pouvoir complet sur moi. Il me traina partout, j'étais devenu une sorte de garde du corps si on veut. Je le suivais lorsqu'il devait aller conclure des affaires et dans de rare occasion, je voyageais seul pour surveiller la cargaison. C'était un boulot plutôt tranquille, mais plaisant d'un certain côté. J'étais honnoré de la confiance qu'Admil me portait.

Un jour ma destiné revint à la charge. Le cargo de mon frère fut attaqué et j'étais à bord. La confusion était de masse car non seulement il y avait l'équipage marchande de mon frère, mais de plus il y avait le Duc D'Ylliss lui-même. Dans le chaos et la panique des hommes ce fut très dur de combatre. Je n'ai toujours pas compris qui ou quoi m'avait frappé ce jour là, mais j'en garde encore la cicatrice. Je me souviens avoir vu rouge et d'un coup tout noir. Je crois avoir perdu connaissance quelques secondes à peine et en me reveillant, j'avais repris part au combat comme si rien n'avait été. Dans la mêlée j'avais sauvé la vie du Duc, un salopard avait essayé de le prendre par derrière. J'avais retourné ce dernier en le saississant par l'épaule pour lui montrer qu'une vraie mort arrive de face. Ce fut le premier homme que j'ai eu a regarder mourir de mes mains. Son visage est le seul qui m'a hanté par moment, tous les autres ne sont que l'impact du moment et à la longue, j'ai fais la paix avec cette mort.

À la suite de cet évènement, et pour ma dévotion au combat, le duc tint à me remercier. Il m'invita chez lui pour discuter et j'acceptai avec grand plaisir. J'avais beau être, et je le suis encore, en conflit avec l'autorité, c'était tout de même le Duc D'Ylliss. De plus, il avait gagné mon plus grand respect lorsque je l'avais vu combattre. Il maniait et manie toujours l'épée avec grâce et d'une technique épatante. Depuis ma visite chez le Duc, je suis Corsaire et j'ai mon navire. La seule condition est que je fasse des rondes régulières et que j'escorte les navires à sa demande. Soyons honnête, c'est la moindre des choses. J'ai horreur des pirates malpropres et des brigands.

Depuis ma nomination, je revois mon frère de temps à autre et j'escorte encore de temps en temps ses cargaisons, seulement moins souvent. Mon équipage est là parce qu'il le veut bien, le Duc me finance et j'ai le droit de garder une part de ce que je trouve sur les navires ennemies, donc c'est pas l'argent qui manque pour mes hommes. Je suis que des plus heureux.


Ellipse des 2 ans
Enfin retourné chez lui, Mercan avait escorté la mage Namira comme promis. Le temps passé avec cette personne l'avait renversé de toute part et tout côté ,si bien que pour une des rares fois il en discuta avec son frère. Le conseil de son ainé était simple, la marier. Mercan avait pris le tout comme une blague et était reparti aussi vite, sauf qu'en faite l'idée le travaillait fortement.  Après tout, avoir une succession , une famille à lui n'était pas une mauvaise chose.  Il pourrait se retirer de son métier et assister son frère dans le commerce, malgré la guerre qui le déchirait de l'intérieur. Après tout Mercan évitait le plus possible d'attaquer des navires des autres duchés. Il avait le coeur en Feliona, il aimait tellement son pays, la guerre l'attristait plus qu'autre chose.  Alors qu'il se préparait à partir, il avait ouï dire que des hommes d'Ylliss allaient embusquer un repaire de pirates. Voilà pourquoi il avait signé, pour protéger le royaume, pour le nettoyer de la vermine.  Mercan alla donc parler avec l'amiral en chef des opérations pour en faire partie.  Étant accueillie les bras ouverts, Mercan trouvait sa bien étrange d'être aussi bien reçu par ceux qu'il méprisait normalement. Peut-être avaient-ils compris l'importance de son rôle dans ce genre de situation ?

En à peine quelques jours, le Coup d'estoc avait quitté le port et était en mer avec deux navires du duché d'Ylliss.  Pendant le voyage Mercan avait rédigé de nombreuses lettres qui étaient toutes chiffonnées au sol de sa cabine. Il tentait de ce trouvé la formule magique de comment écrire ses sentiments à Namira, celle pour qui sont coeur battait.  Il pensait à elle jour et nuit incapable de la sortir de son crâne.  Même Bérénice lui avait fait une scène pour qu'il soit moins con et qu'il fasse ce qu'il avait faire.  L'idée du mariage semblait bien gros pour lui, mais ses sentiments le trahissait et Bérénice le poussait du mieux qu'elle le pouvait pour lui faire comprendre qu'il n'y avait rien de faible dans aimer quelqu'un.  Confus Mercan avait du mal dormir les premiers jours de l'expédition.  Il se sentait si loin de qui il était avant et de ce qu'il voulait être, le tout était une expérience hors du commun. Il est vrai qu'il avait songé au mariage à sa première romance avec Aelia, mais il était si jeune que le tout lui semblait comme un vague rêve.

Après quelque jour en mer le corsaire Hundril était toujours dans sa cabine et avait enfin écrit la lettre qu'il trouvait à son gout. Sa demande était faite, bien sûr il n'allait pas l'envoyer ainsi il n'était pas lâche, c'était plutôt un discours qu'il voulait apprendre par coeur pour sa grande demande. Son coeur battait à toute allure, il avait peur d'un refus. Après tout , il n'était pas vraiment reconnu pour sa fidélité. Il était quelqu'un de loyal, mais fidèle restait à prouver.  Il pouvait enfin se reposer, il se jeta dans son lit et se laissa bercer par la mer.  Le sommeil vint à lui rapidement et il chuta dans un profondément dans le monde des rêves.  Il fut réveillé par des bruits d'acier et de hurlement. Une attaque?  Il se jeta hors du lit par réflexe malgré qu'il n'était pas tout à fait éveillé.  Un soldat d'Ylliss entra dans sa cabine et Mercan était confus pendant un moment.

-On nous attaque?

Le soldat répondu aussitôt.

-Oui! Des pirates! Des pirates partout!

Mercan agrippa sa rapière et était prêt à aller défendre son équipage et ses confrères Feloniens. Aussitôt qu'il approcha de la porte pour sortir sur le pont, il reçut un coup terrible à la tête. Le corps du Capitaine Hundril tomba lourdement sur le sol et sa rapière glissa plus loin.  Lorsqu'il rouvrit les yeux, il était attaché dans la cale incapable de bouger. Il se débâtait comme un loup sur son dernier souffle, mais en vain.  

-Du calme Hundril, pas la peine de jouer les héros. Tout le monde sur ce navire d'idiots a été tué.

Mercan se figea en levant les yeux. C'était bien un Amiral d'Yllliss, amis que ce passait-il? Ils s'étaient rangés du côté des pirates? Les traitres!

-Bande de fils de putains ravagés par la peste! Vous êtes des traitres à votre propre pays! N'avez-vous pas honte? Comment vous pouvez tou....

Il fut frappé d'un coup de pied au visage pour un des hommes et quelques un d'entre eux se mirent à rire.

-Pauvre con Hundril, tu es la vermine ici. Nous nous sommes réellement des hommes d'Ylliss toi tu que de la merde sous une semelle de botte et ont vient gentil de te retirer avec un bâton.

Mercan fut estomaqué, en faite il était la cible depuis le début. Il le savait bien maintenant.  Tranquillement l'information de tout le monde de son navire de mort commençait à passer. Tout le monde même Bérénice? Les chiens allaient le payer. Il était tellement enragé qu'il versait des larmes de colère ce qui attirait simplement plus d'amusement aux hommes d'Ylliss.

-Un capitaine doit bien partir avec son navire non? Ne t'inquiète pas. Je vais faire en sorte que ta lettre pitoyable d'amour se rendre à cette...Namira.

Les yeux injectés de sang Mercan se redébattaient de plus belle, ses poignets commençaient à saigner sous la friction de la corde.  L'Amiral lâcha un dernier rire avant de faire signe à tout le monde de sortir. Ils étaient seul à seul.

-Pauvre con, ça t'apprendra à nous faire chier et à te croire supérieur. Nous allons bien mieux défendre notre duché sans toi espèce de bouffon.

Mercan était tellement brisé de l'intérieur qu'il éclata de rire , se rire fut arrêté par une gifle à la gueule.

- Woda va vous dévorer! Espèce de chiens! Vous pensez pouvoir vous en tirer? Même dans la mort je vais te trouver et t'enculer à coup de sabre!

L'Amiral bien confiant de la situation eut un rictus en frappant une dernière fois Mercan.

-Toujours aussi grossié, maintenant coule sagement sinon je fais la même passe à ton frère, qui lui est pourtant un bon type.

Mercan sera les dents et jura en silence sa vengeance sans fin.  L'Amiral quitta la cale au même moment ou Mercan sentait l'humidité s'attaquer à son pantalon. L'eau rentrait rapidement et montait à une vitesse effrayante. Il recommençait à se débattre de rage en passant à tout ses hommes morts. Tous comme des membres de sa famille, y comprit Bérénice qui était sans soeur de coeur. Il lâcha un cri horrible de douleur et de furie. Il allait mourir comme une merde dans le fond de l'eau. Le seul réconfort qu'il avait c'est qu'il allait rejoindre son équipage et que Woda serait celle qui lui prendrait la vie au fond de l'océan.  Le navire bascula et Mercan avait maintenant la tête sous l'eau. La noirceur ne lui faisait pas peur, il reçut un truc derrière la tête et il roula des yeux en se disant ''Mais c'est fini oui? Je peux bien mourir maintenant? Pas la peine de me balancer des trucs par la tête en plus Woda!''  Quelque chose glissa sur ses doigts, quelque chose de métallique. Vous vous foutez de moi? pensa-t-il. C'était bien quelque chose de tranchant. Visiblement Woda ne voulait pas qu'il meure maintenant, du moins c'était ainsi qu'il prenait le message.  Il réussissait à défaire ses liens et nageait à l'aveuglette ne sachant pas réellement ou il était dans la cale.  Son souffle était limité et il commençait à trouver la torture pire que mourir attaché.

Il nageait dans le sens contraire ou le navire coulait et il réussit à avoir un peu d'air vu qu’à cet endroit l'eau n'était pas tout à fait roi.  Puis il vu la lumière subtile de la nuit avant de séchage de se qui devait être son cercueil marin.  Il s'agrippa à un reste flottant en observant les navires tranquillement s’éloigner. Pas question de se montrer, c'était bien trop dangereux pour le moment. La haine grandissait dans son coeur, il aurait aimé crier des injures, mais cela aurait possiblement mené à sa perte.  La lame que Mercan tenait était en faite un couteau de cuisine de Bérénice.  Il eut les larmes aux yeux aussitôt, la main tremblotante il laissa larme partir au fond avec le reste.  Woda l'avait peut-être sauvé, mais elle avait été si cruelle.

Une fois les navires éloignés, Mercan leva les yeux au ciel et observa les étoiles. Il était tout de même loin de la côte, mais sa détermination était sans fin, il allait venger Bérénice et tout son équipage.  Il débuta donc une nage en direction de la côte une nage qui fut digne d'un marathon. Il nageait pour prêt de six heures et arrivé sur la rive il était incapable de bouger quoi que ce soit. Il s'endormit de fatigue malgré toute la rage qui l'habitait.  La douleur était son seul compagnon et maintenant il savait bien que cette blessure n'était pas pour guérir. Il reprit ses esprits . Il n'était pas certain ou il était, mais tous les souvenirs lui revinrent rapidement. Le coeur empli de haine Mercan se redressa avec peine. Il avait mal non seulement à son corps tout entier, mais également à son âme.  

Mercan réussit à s'orienter après un moment et se dirigea vers un petit village ou il trouva un capitaine à la recherche de marins. Ironiquement Mercan fut Matelot pour quatre longs mois avant d'aller à une cache à lui sur une des iles de l'archipel. Là il avait caché un bon montant de pognon en cas d'urgence et quelques armes sympathiques.  Rapidement il s'acheta un Navire qu'il baptisa L'Éternelle Estelle II , ce qui malgré tout le faisait quelque peu rire intérieurement.  Il recruta un équipage de pirates, pas le meilleur, mais il allait ajuster le tir au fil du temps. La nouvelle de la mort de Mercan semblait avoir soulagé ses nouveaux confrères. Certains Pirates prétendaient être les auteurs de cet acte, car c'était la rumeur qui circulait.  Mercan naviguait sur un autre nom, étant peu créatif, il avait pris le nom de Eran, Capitaine Eran et c'était tout. Quand quelqu'un lui demandait son nom de famille, il répondait simplement que lui et sa soeur n’en avaient pas. L'histoire du Capitaine Eran était fort simple, des hommes D'Ylliss avait tué sa soeur et maintenant il cherchait vengeance sur toutes les putains militaires peut importe le duché et sa provenance.  C'était surtout un équipage suicidaire qu'Eran avait décroché, mais leur but était simple.

C'est maintenant depuis 1 an que le pirate Eran circule en mer avec L'Éternelle Estelle II et déjà sa réputation était solide. Il était un capitaine avec un leadership hors pair qui pouvait transformer une bande de cons en un équipage respectable.   Autant que les pirates craignaient Mercan que maintenant la plupart des marins commençaient à craindre Capitaine Eran et son Estelle assoiffés de vengeance. Tout ce qui touchait à son ancienne vie avait été un au revoir difficile. Il ne voulait pas attirer du tort à ceux qu'il aimait tant. Mettre son frère ou même Namira en danger était totalement impensable et il en allait de même pour ces amis. Que personne ne le sache en vie était une bonne chose.


Informations IRL
▬ Pseudo : Pirate Gentleman
▬ Âge :  29
▬ Comment avez-vous connu le forum ?  Entre deux verres et une danse du ventre...c'est flou
▬ Quel code se cache dans le règlement ? OK 'spèce de troll
▬ Comment était surnommé la nouvelle Reine de Feliona, avant d'être couronnée ? OK 'spèce de troll

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JE M'APPELLE Solyma ET JE SUIS Fondatrice ▬ Solyma
Diverses Informations
Multi-Compte : Tous les Admins ♥

Informations RolePlay
Âge:
Métier:
Disponibilité pour RP:
Message(#) Sujet: Re: Capitaine Eran Mer 30 Déc - 19:31

FICHE VALIDÉE
"C'est partie pour le Grand Voyage ! Découvrons Sorëan et l'Arche tous ensemble !"

Félicitation !
Ton personnage est validé, nous te souhaitons bienvenue sur L'Arche de Sorëan et espérons que tu t’amuseras bien parmi nous !

Afin de commencer à jouer sur de bonnes bases, nous t'invitons à aller recenser ton avatar afin d’éviter de potentiels conflits quant aux images/personnages pour les nouveaux arrivants, ainsi que d'aller recenser ton groupe et ton métier.
De plus, n'oublie pas de remplir ton Profil s'il te plait ! Il te faudra aussi activer la partie "Information Roleplay" !

De plus, sache que tu peux aussi réaliser une fiche de suivi RP/Relations ! Pour ce faire, il te suffit de te rendre dans ce forum-ci. Sache que le modèle proposer de codage n'est pas obligatoire, si tu veux faire autrement : tu peux -_^

Pour te lancer en rp, tu peux consulter ou faire ta propre demande de rp dans le forum mit à ta disposition pour cela !
Tu pourras aussi y faire verrouiller tes topics clos, et trouver le code nécessaire si tu désires proposer des prédéfinis à l'administration.

N'hésite pas à contacter le Staff par MP si tu as un problème ou une question.


Le staff te souhaite la bienvenue!

Voir le profil de l'utilisateur http://sorean.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
 

L'arche de Sorëan :: Identification :: Présentations :: Fiches validées :: Les Felioniens :: Capitaine Eran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» capitaine et veteran de minas tirith en "nmm"
» Furibard (capitaine nain customisé...)
» Le capitaine Biceps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: